Les thérapies ciblées

Omacetaxine (SYNRIBO™)

LA MOLÉCULE

C'est un alcaloïde de structure
taxane (cephalotaxus) utilisé en Chine pour traiter les LMC avant l’introduction de l’interféron.
Il est actif par voie injectable sous cutanée à la dose de 1,25 mg/m² deux fois par jour, deux semaines de suite et reprise après un pause de 14 jours. Le traitement est poursuivit jusqu'à l'obtention d'une réponse. Le traitement de maintenance consiste en 2 injections quotidiennes, 7 jours par mois..
Des essais thérapeutiques récents ont montré une efficacité chez les patients réfractaires au Glivec™.

La tolérance du médicament semble acceptable avec une toxicité sanguine et digestive.

SA DISPONIBILITÉ

Il vient d'être homologué aux États-Unis comme traitement de seconde ligne de la LMC.
Ce médicament dispose d'une Autorisation Temporaire d'Utilisation (
ATU ) en France.

La stratégie d'inhibition enzymatique

Les scientifiques considèrent que la LMC se développe lorsqu’une cellule pluripotente subit une mutation conduisant au chromosome de Philadelphie. Le chromosome de Philadelphie est caractérisé par la présence d’un gène de fusion BCR-ABL .
En 1990 des chercheurs ont mis en évidence le rôle essentiel de l'activité tyrosine kinase (TK) dans le pouvoir transformant de la protéine BCR-ABL .

Les premiers inhibiteurs d'origine naturelle, herbimycine A, génistéine ou synthétiques, tyrphostines, testés ont montré une efficacité et une sélectivité variables sur les lignées cellulaires BCR-ABL .

Déméthyler ?

LA METHYLATION

Elle modifie l’organisation de l’ADN contenu dans la chromatine des noyaux cellulaires. PRINCIPE

Cette action est commandée par une enzyme appelée méthyltranférase. Les cellules tumorales expriment une méthylation aberrante, ce qui pourrait conduire à la prolifération de ces cellules. La suppression de cette activité enzymatique aboutit à un arrêt de la prolifération de certaines cellules malignes.


LES HYPOMÉTYLANTS (HMA)

Sur la base de ce concept, plusieurs médicaments hypométhylants déjà homologués pour le traitement des myélodysplasies, sont en cours de développement dans la LMC, comme la 5-azacytidine (AZA) et le décitabine.
Des médicaments proches, appelés « inhibiteurs de la déacétylase des histones » sont, aussi, en cours d’essais thérapeutiques, comme le SGI-110.

@ Pour en savoir plus, cliquez ici, sur « Chimiothérapie Ciblée ».

Les autres pistes...

LE BAFETINIB (INNO-406)

C’est un inhibiteur mixte des tyrosines kinases de ABL et de Lyn actif par voie orale. Ce médicament augmente l’apoptose des cellules tumorales et semble bien toléré.
Ce médicament est en Phase 2 de développement.


EN COURS DE DÉVELOPPEMENT CLINIQUE

On peut citer les molécules suivantes, déjà utilisée dans d'autres indications :

  • Le bortezomib (Velcade™) est un inhibiteur du protéasome, déjà homologué pour le traitement du myélome multiple.
  • L’éverolimus (Certican™) est un médicament contre le rejet de greffe d’organe. C’est aussi un inhibiteur du mTOR qui pourrait agir en synergie avec le Glivec™.
  • Le vatalinib (Zactima™) est un inhibiteur de facteur de croissance vasculaire VEGF

Mise à jour

20 avril 2017