La leucémie à tricholeucocytes

Les hémopathies malignes avec cellules chevelues

Il existe plusieurs entités :

  • La leucémie à tricholeucocytes dans sa forme classique (HCL) ou sa forme variante (HCL-V)
  • Le lymphome splénique de la zone marginale (SMZL)
  • Le lymphome diffus de la pulpe rouge de la rate (SRPL)

Ces maladies appartiennent à un groupe d’hémopathies malignes caractérisées par la présence dans le sang de cellules chevelues.

Une leucémie particulière...

UNE DÉCOUVERTE RÉCENTE...

Son nom en anglais, souvent utilisé par les spécialistes, est Hairy Cell Leukemia c'est-à-dire, une leucémie à cellules "chevelues", au microscope.

C'est une forme de leucémie particulière, décrite pour la première fois
en 1958 par la pathologiste américaine , Bertha A Bouroncle (Blood1958;13:609-30) , dont le taux de globules blancs du sang périphérique est rarement supérieur à 20 000/mm3 .
Son point de départ est un lymphocyte, mature de la zone marginale du ganglion qui exprime
une protéine à leur surface, le CD20+, mais ni le CD5-, ni le CD10-.

QUI EST TOUCHÉ ?

Cette maladie est rare, représentant environ 2 % des leucémies.
Elle affecte les hommes beaucoup plus souvent que les femmes (4 hommes pour 1 femme) et au-delà de 40 à 50 ans.


LES FACTEURS DE RISQUE

Plusieurs rapports de cas ont évoqué la responsabilité de l'exposition à des solvants organiques ou des expositions agricoles.
Deux études réalisées sur des populations exposées aux radiations ionisantes ont observé un nombre de cas de leucémie à tricholeucocytes plus élevé qu'attendu.

 
LES SIGNES ET LES SYMPTÔMES …

Une augmentation, parfois très importante, de la taille de la rate (splénomégalie) est pratiquement toujours observée. Les adénopathies sont habituellement absentes.
L'examen de sang (NFS ou hémogramme) révèle souvent :

  • Une pancytopénie, c’est-à-dire une atteinte des toutes les lignées sanguines, avec une anémie, une thrombopénie et une neutropénie. Elle est due à la fois, à une insuffisance médullaire et à un hypersplénisme qui correspond à une augmentation de la capacité de destruction des globules par la rate
  • Une diminution du nombre de monocytes à la prise de sang (monocytopénie), caractéristique de la maladie
  • La présence, en nombre variable, de tricholeucocytes, parfois très faible (de < 1 à 25 % des leucocytes)

LE PRONOSTIC

Il dépend, du risque infectieux et donc du taux de polynucléaires neutrophiles et des monocytes.

Un traitement spécifique...

LES INTERFÉRONS (IFN)

Ces médicaments ont été introduit dans le traitement de la maladie dès 1984 et ont bouleversé son pronostic. Ces médicaments permettent d'obtenir des rémissions complètes, définies par l'absence de tricholeucocytes dans sang et moelle ou des rémissions partielles caractérisées par une normalisation de la NFS (hémogramme) mais avec la persistance de tricholeucocytes dans la moelle.

Deux produits interférons sont utilisés...


L'IFN-2 alpha ( Roféron™) s'utilise à la dose de 3 millions d'unités (MU) en intramusculaire 3 fois par semaine pendant 12 mois suivi d'un traitement de maintenance à la dose de 1 à 2 MU 2 fois par semaine pour prévenir une rechute et les éventuelles complications infectieuses.
L'IFN-2 bêta (Introna™ ) est prescrit à la dose 2 millions d'UI/m² administrée par voie sous-cutanée 3 fois par semaine (tous les 2 jours). Le traitement est maintenu jusqu'à progression de la maladie ou intolérance sévère..
Les effets secondaires

Les plus fréquents sont des syndromes pseudo-grippaux, des troubles hépatiques ou des syndromes dépressifs.


LES ANALOGUES DES PURINES

La désoxycoformycine (Nipent™)

Elle utilisée depuis 1987, à la dose de 4 ou 5 mg/m² en IV, tous les 14 jours avec un maximum de 8 -10 cycles, ce médicament permet d'obtenir des réponses complètes prolongée et rapides dans 60 à 80 des cas
Les effets secondaires sont une myélosuppression, de la fièvre, un risque d'infection, des troubles digestifs, hépatiques et neurologiques.
Le suivi du traitement nécessite des prises de sang répétées pour suivre la numération des globules (NFS).
 

La cladribine (Leustatine™)

La 2-chlorodéoxyadénosine (2-CdA) est donnée à la dose de 0,1mg/kg/jour en perfusion continue pendant 7 jours.Des traitements discontinus, perfusion de deux heures pendant 5 jours ou trois heures une fois par semaine pendant 6 semaines.
Ce médicament permet d'obtenir des rémissions complètes de plus d'un an dans environ 70 % des cas.

L'effet secondaire dominant est le risque de neutropénie, parfois sévère associée à une  immunodépression induite et de la fièvre.

LA SPLENECTOMIE

Cette opération consiste à enlevé la rate. Elle permet de corriger les cytopénies périphérique liées à l'hypersplénisme.

DEMAIN...

De nombreuses recherches sont en cours pour évaluer l'intérêt thérapeutique en seconde ligne des stratégies suivantes :

  • Le rituximab seul ou associé à une chimiothérapie
  • Les immunotoxines recombinantes (BL22, HA22 ou LMB-2)
  • Les inhibiteurs de BRAF

Mise à jour

31 juillet 2013