Les nouvelles technologies

Les techniques cœlioscopiques

L’ÉVOLUTION DES TECHNIQUES

L'utilisation de la technique cœlioscopique en chirurgie digestive s'est développée à partir des années 1980.

Le développement de l'instrumentation et des techniques a permis l'application de la cœlioscopie à la résection colorectale.

La faisabilité des résections colorectales par cœlioscopie a été rapidement démontrée, pour des lésions bénignes mais aussi malignes.


DANS LE TRAITEMENT DU CANCER COLORECTAL


Les preuves d’efficacité


Une étude publiée récemment a montré que pour les cancers de stade Dukes A à C, une chirurgie uniquement par cœlioscopie était techniquement possible.
Les résultats obtenus avec cette nouvelle technique moins invasive, sont superposables à ceux obtenus par les méthodes traditionnelles.


Ce qu’il faut en penser, à ce jour…


En termes d'efficacité carcinologique (survie et récidive à 4 ans), les deux techniques sont comparables.

En termes d'efficacité et de complications :

  • Les douleurs, l'iléus (paralysie de l’intestin), la dépression respiratoire post opératoires sont moindres après cœlioscopie qu'après la chirurgie à "ciel ouvert"
  • La durée d'hospitalisation est réduite après une cœlioscopie.
  • La durée d'intervention est plus longue en cœlioscopie qu'en chirurgie ouverte
  • Les taux de morbidité post opératoire sont comparables

La biopsie liquide

EN BREF...


Une biopsie liquide est l’analyse d’un échantillon de sang à la recherche de plusieurs facteurs circulants comme les cellules tumorales circulantes, l’ADN tumoral libre circulant, ou d’autres facteurs, comme les micro-ARN plasmatiques, permettant la détection de biomarqueurs diagnostiques ou pronostiques chez des patients atteints d’un cancer.


SON INTÉRÊT


Tout d'abord, elle est utilisable même si le centre ne dispose pas de fragments de la tumeur cancéreuse. De plus, cette technique, permet d'obtenir des résultats sous 48 heures ce qui est un point important pour la prescription d’une thérapie ciblée.

La biopsie liquide pourrait, demain, être utilisée pour suivre l’efficacité des thérapies ciblées ou pour détecter de manière précoce l’apparition de résistances.

LE CDX2

EN BREF...

Certains cancers colorectaux s'accompagne de modifications de l'expression de Cdx2, un facteur de transcription qui joue un rôle clé dans la définition de l'identité intestinale et exerce une fonction de suppresseur de tumeurs dans le côlon adulte.

UN POSSIBLE BIOMARQUEUR...

L’absence d’expression de CDX2 est un marqueur d’un sous-ensemble de cancers plus agressifs.
Des études récentes ont montré que la chimiothérapie adjuvante bénéficie principalement aux patients atteints de cancer de stade II sans expression de CDX2.

A terme, cela pourrait devenir, un élément de l'arbre décisionnel de mettre en oeuvre une chimiothérapie.

L'IMMUNOSCORE

Ce score prend en compte la densité au niveau de la tumeur et des marges de résection de lymphocytes T, CD8+.
Ce nouveau score permettrait de préciser le risque de récidive de la maladie après l'ablation de la tumeur.

Mise à jour

25 mai 2018