Les différents stades

Pourquoi définir un stade de lymphome ?

LE CONTEXTE

L'évaluation du stade d'évolution d’un cancer repose sur un ensemble de tests de diagnostic et d'examens permettant d'évaluer la nature précise et l'étendue de la maladie. La détermination précise du stade d'un cancer est l'un des facteurs déterminant pour le choix du type de traitement.
Le but de l'évaluation précise du stade vise trois objectifs principaux.

  • Thérapeutique : permettre d'établir le traitement le plus adéquat pour le patient
  • Pronostique : contribuer à tenter de prévoir l’évolution de la maladie
  • Prospectif : aider de futurs patients en répertoriant votre réponse au traitement et en la comparant aux réponses d'autres traitements à un même stade du même cancer. Ceci est nécessaire pour que les médecins puissent déterminer quel traitement donne les meilleurs résultats selon les patients et les cancers, de façon à écarter les traitements donnant les réponses les moins performantes.

COMMENT ÉVALUER LE STADE ?

Selon les résultats de l'examen clinique et de la biopsie, certains examens d'imagerie médicale peuvent être réalisés. Des analyses sanguines peuvent aussi être effectuées pour permettre de faire un bilan de santé et de détecter l'extension de la maladie.

La stadification de Ann Arbor

LE PRINCIPE

On utilise la même classification que pour maladie de Hodgkin. Comme elle a été décrite au congrès d'Ann Arbor, elle porte le nom de cette ville américaine.
Elle s'applique, en principe, à tous les lymphomes. Cependant, les LNH digestifs, les LNH de l'enfant et les lymphomes extra-ganglionnaire font l'objet d'autres classifications mieux adaptées à leurs spécificités.

LA STADIFICATION

L'évolution du LNH est divisée en quatre : les stades I et II sont localisés alors que les stades III et IV sont considérés comme étendus ou disséminés. Le stade n'est qu'une information qui contribue à se faire une idée du pronostic et à déterminer l'approche thérapeutique à adopter. La classification pathologique est beaucoup plus importante.
  • Stades loco régionaux
    • Stade I, une seule tumeur
    • Stade II, maladie localisée avancée, un ou plusieurs ganglions du même coté du diaphragme
  • Stades disséminés
    • Stade III : maladie avancée, plusieurs ganglions de part et d’autre du diaphragme
    • Stade IV : extension de la maladie, plusieurs atteintes dont au moins une extra ganglionnaire
Les caractéristiques de chaque stade sont données dans le tableau ci-dessous.

LES LETTRES

En plus de cette classification, en stades, des autres paramètres sont pris en compte :
  • A : absence de symptômes
  • B : présence de symptômes : plus de 10 % de perte de poids, des sueurs nocturnes, une fièvre inexpliquée > 38°C
  • E : atteinte extra-ganglionnaire par contiguïté avec une atteinte ganglionnaire ( s atteinte de la rate)
  • X : tumeur volumineuse : rapport tumeur médiastinale/thorax supérieur à un tiers ou masse supérieure à 10 cm de diamètre

Les stades du lymphome

Stades Définition

IE
1 seul groupe ganglionnaire 
IE : 1 seul territoire extra ganglionnaire de contiguïté
II 
IIE
Plusieurs groupes ganglionnaires du même côté du diaphragme 
IIE : II + 1 territoire extra ganglionnaire de contiguïté
III Plusieurs groupes ganglionnaires des 2 côtés du diaphragme
IV Atteinte viscérale

L'évaluation de la masse tumorale

Pour cela, on utilise les critères du GELF (Groupe d’étude des lymphomes folliculaires) qui a validé les critères suivants :

  • Une masse tumorale > 7 cm
  • La présence de 3 adénopathies de plus de 3 cm
  • L'existence de symptômes généraux
  • L'élévation des taux sérique de LDH ou de ß2-microglobuline
  • L'existence d'une splénomégalie
  • La présence d'une compression ou d'un épanchement

Les grades à partir des résultats de la biopsie ganglionnaire

 

 BAS GRADE

 GRADE INTERMÉDIAIRE

 HAUT GRADE

Lymphocytaire à petits lymphocytes

 Folliculaire à grandes cellules

Immunoblastique à grandes cellules

Folliculaire à petites cellules clivées

Diffus à petites cellules clivées

 Lymphoblastique

Folliculaire mixte à petites cellules clivées et à grandes cellules 

Diffus mixte à petites et à grandes cellules 

Diffus à grandes cellules

 A petites cellules non clivées (ganglionnaires et non de type Burkitt)

 

 

Mise à jour

15 avril 2018