Le bilan pré-thérapeutique

Habituellement

POURQUOI ?

Ces examens contribuent au bilan d'extension et sont essentiels pour définir la meilleure stratégie thérapeutique à mettre en œuvre.

LES EXAMENS DE BASE

Le scanner thoracique

C’est un examen important qui  permet de préciser l'extension aux organes de voisinage, comme l’aorte ou l’arbre respiratoire, la présence ou non de ganglions (adénopathies) médiastinaux. Surtout, il permet de rechercher des métastases pulmonaires, surtout si elles sont de petite taille.

La tomographie par émissions de positrons ( TEP)

C'est un examen d'imagerie médicale qui est l’alliance de l’imagerie TEP (Tomographie par Émission de Positron), d'une imagerie scintigraphique et d’un scanner multibarettes permettant la fusion des images.
Cette alliance permet un affinement des résultats obtenus par les moyens classiques et une vision précise de la position des tumeurs.
Très souvent le terme TEP est suivi de FDG (Fluoro-Désoxy-Glucose) qui désigne le traceur utilisé et injecté lors de l'examen. C’est, en fait, une sorte de scintigraphie qui utilise un traceur, le 18-fluorodéoxyglucose.
Une TEP sera demandée s'il existe une doute sur des images après l'opération ou en cas de récidive locale ou de métastases.

LES AUTRES EXAMENS

Aucun autre examen n’est indispensable sauf s’il y a des signes d’appel.

Les autres scanners

Abdominal

Il permet de rechercher des atteintes des ganglions lymphatiques du cardia et ceux de la région cœliaque ou d'éventuelles métastases hépatiques.

Cérébral
Cet examen ne sera réalisé que s’il existe des signes d’appel, comme des maux de tête persistants, des crises d’épilepsie ou une paralysie.

Scintigraphie osseuse

Cette technique utilise un marqueur radioactif qui va se fixer sur les os, lorsqu’il y a des zones tumorales. C'est un examen important pour rechercher d'éventuelles métastases osseuses, en particulier s’il existe des signes d’appel comme, par exemple, des douleurs osseuses ou des anomalies des examens biologiques.

LA RECHERCHE D’EXTENSION DANS LES VEINES AUTOURS DU REIN

C’est un point très important et déterminant pour la stratégie thérapeutique. Pour évaluer, une telle complication on pourra vous proposer les examens suivants

  • Une échographie avec examen doppler des veines et des artères rénales
  • Une cavographie. C’est un examen des veines après injection de produit iodé. Il est, de nos jours, très rarement demandé

La ponction biopsie, ce n'est pas systématique

Quelles indications ?

La biopsie percutanée est recommandée lorsque le diagnostic histologique est susceptible de modifier la prise en charge thérapeutique d’une tumeur du rein. La biopsie d’une tumeur rénale est recommandée dans les situations suivantes :

  • Avant la décision de surveillance active d’une petite tumeur rénale
  • Avant de faire un traitement ablatif percutané
  • Avant tout traitement systémique s’il n’y a pas de preuve histologique
  • En cas d’incertitude diagnostique sur l’imagerie

La biopsie rénale n’est pas conseillée et doit être discutée en cas :

  • De suspicion de carcinome urothélial
  • De risque hémorragique élevé
  • De tumeur kystique ou de suspicion clinique d’angiomyolipome.

En pratique

La biopsie de la tumeur rénale s'effectue, en général, sous anesthésie locale, et en ambulatoire,

L'opérateur repère la zone à biopsier grâce à un guidage échographique ou scannographique.
L'opérateur utilise une aiguille 16 Gauge, de type coaxiale pour prévenir le risque de dissémination tumorale et fera au moins deux prélèvements.

Mise à jour

1er décembre 2018