Avant propos

Un peu d'histoire ...

 

Les grandes dates

1891 : Charles Edourad Brown-Séquard (1817 - 1894) greffe par voie orale

1937 : Albert Schretzenmayr injection de moelle par voie intramusculaire

1944 : Jean Bernard injection de moelle par ponction sternale

1958 : Jean Mathé injection intraveineuse aux irradiés de la centrale nucléaire Yougoslave:

1964 : Jean Mathé découverte de la réaction du greffon contre les cellules leucémiques (GVL)

1965 : Jean Dausset, Prix Nobel pour la découverte du système HLA

1970 : GW Santos pour l’utilisation du cyclophosphamide pour le conditionnement

1971 : Thomas irradiation complète du corps (TBI)

1986 : Introduction de la cyclosporine

 

 

 

Les greffes de cellules souches hématopoïetiques

UNE OPTION THÉRAPEUTIQUE TRÈS IMPORTANTE... 

C'est option très importante dans le traitement des leucémies et de certains lymphomes et de certaines maladies non cancéreuses. C'est un traitement pouvant aboutir à la guérison de ces maladies.
Elle est, en général, proposée à des patients de moins de 50 ans à partir d'un donneur HLA identique. Ce donneur peut être de la fratrie ou être un donneur volontaire. Il existe plusieurs types de greffe de moelle osseuse.

LES DIFFÉRENTS TYPES DE GREFFES

On distingue plusieurs types de greffes de moelle

  • Les autogreffes dans lesquelles les propres cellules d'un patient en rémission sont cultivées et réinjectées après un traitement intensif association irradiation et chimiothérapie
  • Les greffes syngénétiques de cellules souches provenant de jumeaux identiques
  • Les allogreffes de cellules souches provenant d’un membre de la famille ou d’un donneur compatible


LES DIFFÉRENTS GREFFONS


Les greffons médullaires


C’est la technique historique. Elle nécessite une hospitalisation de 48 heures et une anesthésie générale de 2 heures pendant laquelle la moelle du donneur est prélevée par ponctions multiples au niveau des os du bassin et éventuellement du sternum.
C’est la seule technique autorisée chez le donneur mineur.

Les greffons de cellules souches périphériques

Les cellules souches sont mobilisées de la moelle vers le sang périphérique grâce à un facteur de croissance hématopoïétique, le G-CSF.
Le prélèvement fait appel à des techniques de tri cellulaire. Les cellules sélectionnées sont des cellules mononucléées parmi lesquelles sont identifiées les cellules souches hématopoïétiques. Les autres cellules et notamment les globules rouges sont réinjectés au donneur. 

Les cellules souches du sang de cordon

Elles sont prélevées à la naissance au niveau du cordon ombilical.
Les cellules du sang ombilical ont des capacités de prolifération et d’expansion plus grandes que celles de l’adulte et sont par ailleurs plus immatures ce qui permet de réaliser des allogreffes avec une compatibilité HLA incomplète.

Quelque soit le type de greffon utilisé, la greffe survient après préparation du patient. Cette séquence, s'appelle le conditionnement.

EN FRANCE...

Chaque année, plus de 2 000 allogreffes de moelle osseuse sont réalisées par 35 centres spécialisés.
Le registre des donneurs de moelle regroupe 165 765 donneurs bénévoles à la fin 2008. Cependant, il faut savoir que ce nombre est 5 fois plus faible que celui d'autres grands pays européens.

Indications des allogreffes et des autogreffes

IndicationsAllogreffe de cellules souchesAutogreffe de cellules souches
Reconnues Leucémie myéloblastique aiguë : 1ère rechute chez l'adulte 
Leucémie lymphoblastique aiguë : 1ère rechute chez l'adulte, 2ème rechute chez l'enfant 
Leucémie myéloïde chronique en rechute < 1 an
Lymphome de haut  grade : rechute ou 1ère ligne si agressif 
Maladie de Hodgkin en rechute 
Myélome: 1ère, 2 et 3ème lignes
Possibles ou en cours d'évaluation Affections non cancéreuses 
Lymphomes et myélome : si rechute après autogreffe 
Certains cancers et maladie de Hodgkin (en cours d'étude)
Maladies auto-immunes 
Leucémie aiguë myéloïde si allogreffe impossible 
Cancers solides

Mise à jour

30 décembre 2012