Selon l'aspect et la localisation de la tumeur

Le segment touché

LES LOCALISATIONS

Les cancers colorectaux ont des localisations préférentielles. Ils affectent :

  • Dans 50 % des cas le rectum et le côlon sigmoïde
  • Dans 15 % des cas, le cæcum
  • Dans 15 % des cas, le côlon ascendant et angle colique droit
  • Dans 13 % des cas, côlon descendant et angle colique gauche
  • Dans   8 % des cas, le côlon transverse


Dans 2 à 5 % des cas, il existe une seconde localisation colique.

DROIT OU GAUCHE ?

Côlon droit

Il dérive embryologiquement de l'intestin primitif moyen et est vascularisé par l'artère mésentérique supérieure.
Les facteurs de risque pour cette localisation sont l'obésité et la consommation d'hydrates de carbone (sucres).
Son pronostic est plus réservé

Côlon gauche


Il dérive embryologiquement de l'intestin primitif postérieur est vascularisé par l'artère mésentérique inférieure
Le facteur de risque est, dans ce cas, une alimentation riche en protéines, notamment animales, et pauvre en calcium.

L' aspect lors de l'endoscopie et ses conséquences...

SON ASPECT EXTÉRIEUR

Lorsqu’un cancer est découvert à l’occasion d’une coloscopie, la tumeur se peut se présenter sous des aspects différents :

  • Une tumeur bourgeonnante (végétation), affectant plutôt le côlon droit
  • Une tumeur circonférentielle en virole,sténosante, peu végétante mais très infiltrante, touchant, le plus souven le côlon transverse, descendant et sigmoïde
  • Ulcère à bords irréguliers et indurés
  • Une lésion infiltrant la paroi du côlon ou du rectum


LES CONSÉQUENCES


Il faut se rappeler que les cancers colorectaux ont en commun de :

  • Se développer dans une cavité au contenu septique, c’est-à-dire contenant des pathogènes comme des bactéries.
  • D’infiltrer la paroi.
  • De rétracter les tuniques du côlon, le plus souvent longitudinalement à droite, et circonférentielle ment à gauche, conduisant à l’aspect dit en virole
  • Rétrécir ou sténoser, le diamètre de la lumière digestive, ce qui peut aboutir à une occlusion. Ainsi, parfois, le cancer est diagnostiqué à l’occasion d’une d’occlusion

Le cancer du rectum

En France, environ 12 000 cancers du rectum sont diagnostiqués chaque année soit environ 30 % dans cancers colorectaux.
La grande différence entre le côlon et le rectum est anatomique. Le côlon est entouré d’une séreuse, le rectum dans sa partie moyenne et basse est fixe, entouré par un espace cellulo-graisseux. Cet espace permet l’extension en profondeur du processus tumoral.

Selon la localisation de la tumeur dans le rectum, les spécialistes individualisent :

  • Les tumeurs du bas rectum dont le pôle inférieur est inférieur ou égal à 5 cm de la marge ou inférieur ou égal à 2 cm du bord supérieur du sphincter anal
  • Les tumeurs du moyen rectum entre 5 et 10 cm
  • Les tumeurs du haut rectum au-delà de 10 cm.


On distingue également les tumeurs sous-péritonéales et sus-péritonéales.

Mise à jour

18 novembre 2018