L'estomac

Un peu d'anatomie

EN DEUX MOTS...

L’estomac appartient au tube digestif et fait suite à l’œsophage et se jette dans le duodénum.
C’est une sorte de sac en forme de cornemuse qui sert de réservoir aux aliments.
Ses  dimensions moyennes, chez l'adulte, sont  : longueur 25 cm, largeur 12 cm, et épaisseur 8  cm. Sa capacité moyenne est de 1 à 1,5 litre mais pouvant aller jusqu'à 3 litres.

LES DIFFÉRENTES PARTIES DE L'ESTOMAC

L'estomac présente une partie crâniale et une partie caudale différentes sur le plan anatomique, histologique et physiologique :

  • Une partie crâniale verticale ou fundus ou grosse tubérosité qui surmonte le corps de l’estomac. Certaines cellules de cette zone produisent de l’acide et de la pepsine, une enzyme digestive. Tous ces éléments composent le suc gastrique qui participe à la digestion.
  • Une partie caudale oblique, l’antre. qui fait suite au fond de l’estomac ou petite tubérosité.

L'estomac présente : 2 faces, 2 bords et 2 orifices

Deux faces

  • Une face ventrale qui regarde vers la grande cavité péritonéale et la paroi abdominale
  • Une face dorsale qui regarde vers la bourse omentale ou arrière cavité des épiploons (derrière l'estomac et en avant du pancréas, entre la rate et le foie)

Deux bords ou courbures

  • Le bord droit ou petite courbure, est concave. L’angle des parties verticale et oblique est très aigu en position debout. On l'appelle incisure angulaire.
  • Le bord gauche ou grande courbure est convexe. Il forme avec œsophage un angle très aigu, l’angle de His*

Deux orifices

  • Le cardia est l'orifice supérieur et est connecté, en haut, à l’œsophage.
  • Le pylore est l'orifice inférieur, duodénal. C'est un canal circulaire, épais, qui est un véritable sphincter du fait de l’épaississement de la couche musculaire moyenne. Il mesure 5 à 6 mm d’épaisseur et permet le passage progressif du contenu gastrique.

SES RELATIONS ANATOMIQUES …

L’estomac est en relation avec d’importantes structures anatomiques.
  • En haut et en avant, se trouvent la partie gauche du diaphragme et le lobe gauche du foie
  • En arrière, le corps et la queue du pancréas
  • A gauche, il est proche du rein, de la glande surrénale et de la rate.


SON DRAINAGE LYMPHATIQUE

L'estomac a un drainage lymphatique proximal, essentiellement le long des courbures. Ensuite, le drainage s'effectue vers l'origine des troncs vasculaires nourriciers, puis vers les relais distaux et enfin le canal thoracique.

(* Wilhelm His (Bâle 9/07/ 1831 - Leipzig 1/05/1904), est un médecin suisse, professeur de physiologie et d'anatomie à Bâle puis à Leipzig )

Les éléments constitutifs de l'estomac

LES DIFFÉRENTES TUNIQUES

C'est un point important...

La paroi de l’estomac est composée de quatre épaisseurs de tissus différents qui sont de l'extérieur vers l'intérieur :

  • La tunique séreuse qui est externe
  • La tunique musculaire ou musculeuse ( muscularis mucosae )
  • La tunique sous-muqueuse
  • La muqueuse


La surface de la muqueuse est parcourue par des plis muqueux que créent les contractions de la musculeuse. Les plis sont particulièrement saillants dans le corps de l’estomac et sont moins marqués dans l’antre.

Elles contribuent à la fonction motrice de l’estomac...

Les muscles de la paroi de l’estomac permettent le mélange des aliments solides, leur pétrissage et leur brassage. Ces muscles permettent aussi la régulation de l’évacuation de du contenu de l’estomac vers le duodénum.

LES GLANDES

Elles sont nombreuses

On distingue les glandes gastriques et les glandes pyloriques. Ces glandes sont étroitement entassées dans un épithélium de type cylindrique.

  • Les glandes gastriques ou glandes fundiques constituent entre 70 % et 80 % du total des glandes présentes dans l’estomac. Ces glandes sécrètent le mucus, le pepsinogène, l’acide chlorhydrique et le facteur intrinsèque ou facteur de Castle du nom de son découvreur William Bosworth Castle)
  • Les glandes pyloriques ne représentent qu’environ 15 % des glandes. Elles sécrètent le mucus et la gastrine.


Quelles sécrétions ?

Les principales substances sécrétées dans la lumière de l’estomac sont : l’acide chlorhydrique, la pepsine, le mucus, les bicarbonates, le facteur intrinsèque (glycoprotéine) et l’eau.
Il faut savoir que l’estomac d’un adulte sécrète environ 2 litres d’eau par jour.

L’acide chlorhydrique et une enzyme : la pepsine
Tous deux, ils participent à la digestion des protéines.
En présence d’acide dans l’estomac, le pH gastroduodénal s’approche de 2 (pH2), tandis que l’épithélium immédiatement adjacent peut avoir un pH presque neutre (pH7). Cette différence de pH joue un certain rôle dans la protection de la muqueuse contre la digestion par l’acide et la pepsine. Elle est sous la dépendance de la sécrétion combinée de mucus et de bicarbonate. On n’a pas encore élucidé le mécanisme par lequel la muqueuse gastrique sécrète de l’acide tout en maintenant un pH quasi-neutre dans la région adjacente à l’épithélium de surface.

Le mucus
Le mucus lubrifie les matières solides ingérées. Le mucus gastrique renferme 95 % d’eau et 5 % de glycoprotéines.
Il est sécrété par des glandes de l’estomac avec le bicarbonate. Les glandes à mucus (mucipares) se trouvent dans les cellules de l’épithélium de surface, dans les cellules épithéliales du col des glandes gastriques et dans les glandes duodénales de Brunner.
Le bicarbonate et le mucus empêchent probablement la muqueuse d’être digérée par l’acide et la pepsine. De ce fait, la muqueuse gastrique saine peut résister à des concentrations élevées d’acide chlorhydrique et à une forte activité peptique (activité en relation avec la présence de pepsine et/ou d’acide chlorhydrique).

Le facteur intrinsèque
Il est secrété par les glandes fundiques. Ce facteur est nécessaire à l’absorption normale de la vitamine B12 ou cobalamine apportée par l'alimentation. Son déficit est à l’origine de la maladie de Biermer.
Cela explique aussi qu’après une ablation chirurgicale de tout l’estomac, ou gastrectomie totale, qu’il soit nécessaire de prescrire de la vitamine B12 injectable une fois par mois.

Une fonction endocrine

LE CONTEXTE

L’estomac produit deux hormones régulatrices, la gastrine et la somatostatine qui sont produites par les cellules entérochromaffines de la muqueuse gastrique.

  • Les cellules G sécrètent la gastrine. Elles se trouvent en grand nombre dans la muqueuse de l’antre
  • Des cellules semblables aux cellules entérochromaffines ECL (Entero Chromaffine-Like) sécrètent la sérotonine et sont aussi présentes dans le fundus et dans l’antre.


PLUS PRÉCISÉMENT ...

La gastrine

C’est l’hormone la plus importante pour la régulation de la sécrétion d’acide chlorhydrique.
Dans des conditions physiologiques, elle est libérée continuellement et sa concentration sanguine augmente au moment des repas.
C’est une hormone qui accélère la sécrétion des ions H + dans les cellules bordantes et du pepsinogène par les cellules principales. Elle accroît la contraction des muscles lisses de l’antre ainsi que le flux sanguin dans la muqueuse. De plus, la gastrine exerce des effets en dehors de l’estomac. Elle permet la contraction du sphincter œsophagien inférieur, la stimulation de la sécrétion des enzymes pancréatiques, la contraction de la vésicule biliaire, l’augmentation de la motilité de l’intestin grêle et la régulation de la libération d’insuline stimulée par le glucose (fonction dite incrétine).
Enfin, la gastrine est une hormone de croissance (facteur trophique) qui stimule la synthèse des protéines et la croissance de certains tissus gastro-intestinaux, comme le revêtement muqueux de l’estomac, de l’intestin et du parenchyme du pancréas. Son excès de sécrétion pourrait être impliqué dans le processus de certaines maladies malignes.

La somatostatine

La somatostatine est sécrétée par les cellules de l'hypothalamus mais également par les cellule D ou delta de l'estomac, de l'intestin et du pancréas. Elle se lie aux récepteurs de la somatostatine.
Au niveau du tube gastro-intestinal, les cellules D ou delta sont distribuées de façon diffuse mais sont surtout localisées dans l’estomac, le duodénum et le pancréas. Leur nombre diminue tout le long du tractus digestif, et ce jusqu’au côlon. Elles portent le récepteur béta-3 adrénergique.
Son rôle est d’inhiber la libération de gastrine provenant des cellules G. Elle agit comme une substance paracrine.

Les autres facteurs

Les nerfs de la muqueuse gastrique contiennent différentes substances importantes pour le bon fonctionnement de l’estomac :

  •  Un peptide intestinal vasoactif, le VIP (Vaso-active Intestinal Peptide). C’est probablement par l’intermédiaire de ce facteur que se fait le relâchement des muscles lisses de l’estomac
  •  Un peptide libérateur de gastrine, la bombésine ou GRP (Gastrin Releasing Peptide). La bombésine permet la libération de la gastrine en réponse à une stimulation du para-sympathique (vagale).

 

Un peu de vocabulaire...

  • Endocrine : lorsqu’une substance chimique (hormone), libérée par une cellule, agit à distance sur une autre cellule après avoir été véhiculée par le sang
  • Paracrine : lorsqu'une substance chimique agit sur les cellules voisines de celles qui l'ont libéré
  • Autocrine : lorsque le messager chimique agit sur les cellules mêmes qui l'ont libéré

Mise à jour

28 novembre 2018