La prise en charge

De nouveaux facteurs pronostiques

De très nombreuses équipes étudient ce problème. Récemment, il a été montré que la présence d’une surexpression du facteur de croissance épidermique (EGFR), dans les tissus touchés par le cancer du col, était associée à un moins bon pronostic et à une sensibilité moindre à la chimiothérapie.
D’autres équipes travaillent sur la valeur pronostic de l’accélérateur de croissance « erb-B2 » et du gène p53.

L'atteinte des ganglions

LA RECHERCHE DU GANGLION SENTINELLE


C'est un sujet de nombreuses recherches. La localisation précise de ganglion, par techniques plus performantes, devrait permettre de limiter l’importance des curages ganglionnaires non utiles pour maîtriser la maladie.

 

LES MICRO MÉTASTASES GANGLIONNAIRES

 

Les micrométastases des ganglions lymphatiques sont associées de manière indépendante à un risque plus élevé de récidive tumorale dans le cancer du col de l’utérus.Certains auteurs prône leur recherche systématique. En cas de micrométastases des ganglions lymphatiques, les patientes devraient être considérées comme étant éligibles à une radiothérapie adjuvante.

Mieux protéger la vessie des rayons…

La curiethérapie a une place très important dans le traitement du cancer du col de l’utérus. L’irradiation se complique parfois d’irritation de la vessie. Pour protéger la vessie, plusieurs équipe test l’intérêt d’injection intravésicale d’acide hyaluronique.

Les nouveaux vaccins contre les //Paillomavirus//

Le vaccin V503 est en cours de développement. Il est ciblé contre 9 types de Papillomavirus.
Les première études sont encourageantes.
Les études de Phase 3 ont débuté.

Mise à jour

17 février 2016