Le bilan pré-thérapeutique

Le bilan standard

S'il existe une forte suspicion de cancer de l'ovaire, on vous demandera de compléter le bilan par un scanner thoraco-abdomino-pelvien avec injection de produit de contraste.
La tomodensitomètrie par émission de positons (TEP-FDG) a certaines indications mais ne fait pas partie du bilan standard.
S'il existe une ascite, l'examen du liquide sera utile pour rechercher des cellules tumorales.
Enfin, un bilan biologique standard sera demandé.

L'évaluation de l’Extension Péritonéale par la Chirurgie

LA CŒLIOSCOPIE

Elle a pour objectif de permettre une observation directe des ovaires et des autres organes génitaux internes et de pouvoir faire des biopsies (prélèvements de tissus pour analyse).

La cœlioscopie n’est requise qu’en cas de présomption de lésion bénigne ou lorsqu’il existe une tumeur solide, unilatérale, sans végétation extra-kystique.

Chez la femme jeune, cette technique permet l’inspection des ovaires, l’exploration du pelvis, de l’abdomen, des coupoles diaphragmatiques, la biopsie, voire une chirurgie réglée.

LA LAPAROTOMIE EXPLORATRICE

Dans le cadre d’un bilan de cancer de l’ovaire, la laparotomie sera pratiquée lorsque tous les autres examens auront été effectués.Votre chirurgien vous avertira avant que, si nécessaire, une intervention chirurgicale puisse suivre cet examen.

Elle permet l’étude visuelle et manuelle, région par région, en précisant le site des lésions, leur diamètre initial ainsi qu’un examen cytologique (au microscope) du liquide d’ascite ou de lavage péritonéal. Elle permet de biopsier toute lésion suspecte. Les prélèvements sont ensuite examinés au laboratoire d'anatomo-pathologie.

Les scores d'évaluation

L'OBJECTIF 


L'utilisation d'un score d'évaluation de l'extension de la carcinose permet la réalisation d'un compte-rendu détaillé des lésions observées et est maintenant essentiel pour la prise en charge thérapeutique de la maladie

EN CAS DE CŒLIOSCOPIE D’ÉVALUATION

La plupart des équipes utilise le score de Fagotti qui n'est validé que pour la cœlioscopie. Il permet de décrire l'extension de la maladie tumorale en fonction de la présence des atteintes suivantes : 

  • Atteinte massive du grand épiploon (atteinte de la grande courbure gastrique)
  • Carcinose péritonéale (carcinose extensive et/ou carcinose non résécable)
  • Carcinose diaphragmatique (infiltration du muscle et/ou nodules confluents sur plus de 50 % de la surface)
  • Rétraction mésentérique (atteinte de la racine du mésentère et/ou nodules infiltrant le mésentère et/ou atteinte non éligible à une destruction par coagulation)
  • Atteinte du tube digestif (atteinte nécessitant une résection digestive et/ou présence d'une miliaire carcinomateuse du grêle)
    infiltration de l'estomac
  • Métastases hépatiques.

Chaque item est coté de 0 à 2. Le score total, pouvant varier de 0 à 14, est obtenu en additionnant le score pour chaque atteinte prise en compte (score=0 si atteinte absente, score=2 si atteinte présente). Il faut savoire qu'à partir d'une score de 8, la chirurgie d'exérèse est habituellement incomplète.

EN CAS DE LAPAROTOMIE

Cette intervention a pour objectif de faire l'exérèse complète. Le Peritoneal Cancer Index (PCI) a été validé dans l'évaluation de l'extension des cancers de l'ovaire. Le score PCI est la somme des scores attribués à 13 régions abdomino-pelviennes : 

  • Mesure de l'implant tumoral possédant le plus grand diamètre dans chaque région 
  • Attribution d'un score de 0 à 3 à chaque région selon la taille de l'implant tumoral 

Le score est obtenu en additionnant les scores des 13 régions pour obtenir le score total, pouvant varier de 0 à 39. Un score égal ou supérieur à 10 à une valeur pronostique.

Mise à jour

5 mars 2019