Le bilan pré-thérapeutique

Le scanner ou tomodensitométrie sera systématiquement demandé...

LE PRINCIPE

C’est comme une simple radio. Le sujet est placé dans l'anneau d'un appareil ou un faisceau de rayons X balaie un plan donné de l’abdomen ou du pelvis. Des détecteurs mesurent la quantité de rayons absorbés par les tissus et transmettent les informations à un ordinateur.
Le produit de contraste est de l'iode. Il est souvent nécessaire optimiser et rendre plus performant l’examen. Il est nécessaire pour visualiser certains organes.
L'examen dure de 15 à 45 minutes, mais si vous êtes allergique à l'iode, un produit antiallergique vous sera administré au préalable, ce qui impliquera un délai supplémentaire.
  
SON INTÉRÊT

Il permet de définir la présence de ganglions anormaux et de préciser exactement leur nombre et leur siège.
Il sera l'élément de base pour suivre l'évolution de la maladie sous traitement.
Il précise surtout si la maladie s'est étendue du testicule aux ganglions lymphatiques ainsi que vers les autres organes, foie ou poumon. Comme le montre le cliché de droite.
Un scanner cérébral sera demandé, s'il existe des signes d’appel ou ou pour rechercher des ganglions rétro-péritonéaux et des métastases à distance. 

L’Imagerie en Résonance Magnétique (IRM), en deuxième intention

LE PRINCIPE

L'IRM est un examen qui permet de faire la même chose qu'une coupe d’organe. Contrairement aux rayons X aucune radiation n'est utilisée. L'appareil fonctionne au moyen d'un aimant et d'ondes radio. On doit enlever tous les objets métalliques et signaler les implants métalliques. Un interphone et un miroir permettent au patient de communiquer avec l'opérateur.
La durée de l'examen est variable et fonction du nombre de clichés. En règle générale 30 à 40 minutes sont nécessaires.
Un produit de contraste à base de gadolinium est utile pour voir les tumeurs avec plus de clarté.
Les contre-indications de l’IRM relèvent du champ magnétique intense appliqué. Il est contre indiqué chez certaines personnes porteuses de stimulateurs cardiaques, de prothèses valvulaires cardiaques, des implants cochléaires ou de clips vasculaires intravertébraux et de prothèses articulaires. Il n’est pas recommandé chez les patients porteurs de pompes à insuline, de drain ventriculaire (valve), de prothèses auditives, de stérilet, et de lentille intraoculaire (chirurgie de la cataracte).

SON INTÉRÊT

L’IRM cérébrale sera demandée pour faire un bilan complet pour les stades métastatiques.

L’IRM abdominale est aussi utile en cas d’allergie aux produits de contraste iodés.

En résumé...

  • Bilan standard
    • Une échographie scrotale
    • La mesure des marqueurs sériques (αFP, hCG totale, LDH)
    • Un scanner thoraco-abdomino-pelvien et cérébral
  • Parfois
    • Une IRM abdominale
    • Une scintigraphie osseuse, s'il existe des signes d'appel
    • Une TEP au 5FDG dans le cadre de la surveillance, de l’appréciation des masses résiduelles et de la recherche de récidives

Mise à jour

22 janvier 2017