Les tumeurs malignes

Au début

UNE ÉVOLUTION LENTE...

Les cancers de l’œsophage se développent généralement lentement, sur plusieurs années. Ces modifications précoces produisent rarement des symptômes et passent donc souvent inaperçues. L’événement le plus fâcheux, au cours de la croissance d'un cancer, est la dissémination des cellules tumorales au-delà de l’œsophage (métastases).

LE SIÈGE

Le cancer peut se développer dans l’une des trois parties de l’œsophage. De ce fait, les symptômes sont variables. De plus, le devenir des patients atteints de cancer de l’œsophage est aussi fonction de la localisation car le siège du cancer conditionne la stratégie thérapeutique.

En termes de fréquence, les tumeurs
du tiers moyen, de la vertèbre « D4 » aux veines pulmonaires, sont les plus fréquentes avec environ 60 % des cas. Celles du tiers inférieur, des veines pulmonaires au cardia, représentent environ un tiers des cas  et celles du tiers supérieur, des vertèbres « C6 » à « D4 », sont plus rare, soit environ 10 % des cas. 

UN CANCER EST DÉCOUVERT, QUAND A-T- IL COMMENCÉ ?

  • De 5 à 10 ans entre l'émergence des premières cellules cancéreuses et une tumeur de 0,5 et 1,5 cm
  • Temps de doublement de taille : 3 mois en moyenne
  • 1 gramme de tumeur c'est 1 milliard de cellules !

Les mutations génétiques

Les cancers de type épidermoïde

Les gènes les plus souvent mutés sont : TP53, NFE2L2, MLL2, ZNF750, NOTCH1 .
Il existe des anomalies de copies affectant, SOX2, TERT, FGFR1 , et MDM 1
Des délétions fréquentes affectant RB1.

Les adénocarcinomes

Il s'agit de mutation affectant TGFBR2, TP53, CDKN2A, ARID1A, SMAD4, et ERBB2.
Il existe, dans ce cas, une amplification d' ERBB2, VEGFA, GATA6 et CCNE1
On observe des délétions de SMAD4 .

L'évolution

LOCO-RÉGIONALE

Non traité, le cancer de l’œsophage peut s’étendre de diverses façons. Ainsi, il peut traverser la paroi de l’œsophage et inclure les organes voisins comme la trachée artère ou les bronches, l’aorte, le nerf récurrent (important pour les cordes vocales) ou l’oreillette gauche du cœur


L'ATTEINTE DES GANGLIONS

Quelle importance?

Elle signifie que certaines cellules cancéreuses ont eu la capacité de sortir de l’œsophage pour former d'autres colonies tumorales en dehors de l’organe. Il existe donc un risque que d'autres cellules aient suivi le même processus pour aller dans d'autres organes du corps.
Dans le cancer de l’œsophage, l’envahissement ganglionnaire est précoce pouvant atteindre 30 % pour des lésions atteignant la musculaire-muqueuse et jusqu’à 50 % pour des lésions atteignant la sous-muqueuse

Quel(s) ganglion(s) ?

Trois zones ganglionnaires œsophagiennes distinctes ont été décrites :

  • Les aires du médiastin (moyen et postérieur)
  • Les aires sus-claviculaires et cervicales vers le haut
  • Les aires gastriques supérieures puis cœliaques vers le bas.

De plus, il existe un riche réseau lymphatique sous-muqueux qui draine essentiellement longitudinalement expliquant ainsi la possibilité d’extension très à distance de la tumeur primitive.
L’extension en périphérie de la tumeur primitive est quant à elle facilitée par l’absence de revêtement péritonéal et la proximité des structures anatomiques adjacentes (l’arbre trachéobronchique, la plèvre, le péricarde et les nerfs récurrents).
Enfin, il faut souligner que la probabilité d’atteinte ganglionnaire augmente avec la profondeur de l’envahissement pariétal par la tumeur primitive, et donc avec le stade.

LES MÉTASTASES

Elles se font par migration des cellules tumorales. Cette migration se fait soit par les vaisseaux lymphatiques soit par les vaisseaux sanguins.
Les organes le plus fréquemment touchés sont le foie, les poumons, les os, et le péritoine.

Mise à jour

24 novembre 2017