La corticothérapie

Les corticoïdes ou corticostéroïdes

LA CORTISONE

Elle a été découverte en 1935 par un biochimiste américain EC. Kendall (1886 - 1972),  Prix Nobel de Médecine et de Physiologie en 1950 avec T. Reichstein (1897 - 1996) et P. Showalter Hench (1896 - 1955).

LES CORTICOÏDES

Le terme « corticoïde »

C'est une contraction de corticostéroïde et correspond aux hormones naturelles sécrétées par les corticosurrénales ainsi qu’à leurs dérivés synthétiques.

Ce sont des hormones sécrétées par les glandes surrénales.

Elles sont synthétisées dans la surrénale à partir du cholestérol à la suite de transformations enzymatiques initiées par l’hormone adrénocorticotrope antéhypophysaire (ACTH).
 L’hydrocortisone ou cortisol est l’hormone humaine sécrétée à raison de 20 mg/j en moyenne selon un rythme circadien (pic matinal puis décroissance dans la journée).
Les corticostéroïdes naturels possèdent l’une ou l’autre des propriétés suivantes :

  • Une activité glucocorticoïde prédominante, comme le cortisol,
  • Une activité minéralocorticoïde prédominante, comme l’aldostérone.
  • Les corticoïdes naturels sont la cortisone et l’hydrocortisone. Ces deux hormones sont essentiellement utilisées comme traitement substitutif de l'insuffisance surrénalienne (maladie d’Addison*).


Les molécules de cette famille de médicaments

Elle comprend les glucocorticoïdes synthétisés par la corticosurrénale (zone fasciculée) qui sont des hormones stéroïdes à activité métabolique essentielle et les dérivés synthétiques possédant tout ou partie de leurs propriétés biologiques essentiellement utilisés pour leurs propriétés anti-inflammatoires puissantes mais qui possèdent également des propriétés minéralocorticoïdes essentiellement.

LES CORTICOÏDES DE SYNTHÈSE

LEUR PROFILE

Ils sont utilisés principalement comme anti-inflammatoires, antiallergiques et immunosuppresseurs. Ils sont utilisés en thérapeutique depuis 1948.
Les dérivés des glucocorticoïdes (corticostéroïdes), synthétisés à partir du cortisol ont pour caractéristiques :

  • D’avoir une de durée d’action plus longue,
  • De présenter une activité anti-inflammatoire plus importante,
  • D’avoir moins de propriétés minéralocorticoïdes que la molécule mère.

 

LEUR MODE D'UTILISATION

Les corticoïdes de synthèse sont prescrits selon deux modalités.

Comme traitements systémiques


La voie orale est la forme la plus utilisée.
Le traitement intraveineux correspond souvent aux urgences. Les corticoïdes sont alors administrés à forte dose sous forme de bolus de 500 à 1000 mg d’équivalent prednisone, trois jours consécutifs et relayés par voie orale.

Comme traitements locaux


Il existe de nombreuses voies d'administration, cutanée (dermocorticoïdes), infiltration, inhalation, instillation (gouttes oculaires, nasales, auriculaires), lavements. Les traitements locaux ont pour objectif de réduire les complications systémiques.

Les durée de traitement

En fonction de la durée prévisible d’une corticothérapie on défini, les cures courtes et les traitements de longue durée.
Les corticothérapies en cure courte qui sont en général bien tolérées et nécessitent moins de précautions. Le traitement est inférieur à 14 jours, en général entre cinq à dix jours.
Les corticothérapies de longue durée qui sont définies comme durant plus de trois mois, à des posologies supérieures à 7,5 mg/j de prednisone ou équivalent.

 

LES EFFETS DES CORTICOÏDES

Les effets métaboliques

Sur les nutriments

Ils possèdent un effet hyperglycémiant par augmentation de la synthèse hépatique et diminution de l’utilisation périphérique du glucose.
Sur le plan des lipides, ils entraînent une modification de la répartition des graisses qui peut se traduire par une bosse au niveau du cou (buffalo neck) .
Ils diminuent le taux de protides et peuvent entraîner une hypoprotidémie.

Sur les électrolytes

L’effet minéralocorticoïde
Il se traduit par une rétention d’eau, de sodium et une perte de potassium.
Ceci explique qu’un régime sans sel est souvent préconisé ainsi que l’adjonction de potassium lorsque le traitement est prolongé et/ou utilise des fortes doses.

Une hypocalcémie et/ou une hypophosphorémie
Elle peut se traduire par une diminution des réserves par un effet anti-vitamine D. Une baisse du taux de phosphore peut être observée se traduisant par une hypophosphorémie.

Si vous devez avoir un traitement au long cours, votre médecin vous prescrira de la vitamine D, du calcium et assez souvent un bisphosphonate comme l’Actonel™ ou le Fosamax™.


Les effets hormonaux
Les autres effets hormonaux sont variables :

  • La prolactine est diminuée ce qui se traduit par une diminution de la lactation
  • L’hormone de croissance est diminuée, ce qui peut ralentir la croissance chez les enfants et les adolescents. Ceci explique que l’évolution de la taille sera suivie précisément, en particulier dans le cadre des traitements de la leucémie.


Les effets sur l’estomac

Ces médicaments ont tendance à entraîner une hypersécrétion gastrique et une diminution du mucus ce qui augmente le risque d’ulcères digestifs. Des médicaments spécifiques sont alors nécessaires pour contre balancer cet effet.

Les effets sur le système nerveux central (SNC)

Ils peuvent se traduire par une augmentation de l’appétit (effet orexigène), un effet antipyrétique.
Ils se traduisent aussi par des troubles de l’humeur et comportementaux, avec une certaine euphorie, parfois des insomnies.

Les effets sur les lignées sanguines

Ce sont des effets importants qui expliquent la place qu’occupent ces médicaments dans les protocoles de traitement des hémopathies.
Les corticoïdes augmentent le taux des éléments figurés, normaux, du sang périphérique. Ceci se traduit par :

  • Une augmentation du taux des globules rouges, des plaquettes et des polynucléaires neutrophiles.
  • Dans une moindre mesure, une élévation du nombre de lymphocytes, de polynucléaires basophiles et éosinophiles.

(* Thomas Addison - médecin anglais 1793 -1860 - On The Constitutional And Local Effects Of Disease Of The Supra-Renal Capsules, London, Samuel Highley, 1855)

Molécule Activité 
Minéralo-corticoïde
Activité 
Annti-inflammatoire
Dose
Hydrocortisone 1 1 20 mg
Prednisone 
Prednisolone
0.8 4 5 mg
Méthylprednisolone 0.5 5 4 mg
Dexa et béta-méthasone 0 25 - 30 0.75 mg

EN CANCÉROLOGIE

COMME TRAITEMENT DE FOND

C'est un traitement validé des leucémies, des lymphomes, de la maladie de Hodgkin et du myélome multiple.
Les leucémies sont traitées par corticothérapie, sous forme de prédnisolone ou de dexaméthasone à la dose de 40 mg/m²/J. Ces doses peuvent être augmentées en cas de résistance.
Chez l'enfant, elle permet des rémissions complètes dans 50 à 60 % des leucémies aiguës lymphoblastiques et doit être associée à une chimiothérapie afin d'obtenir des taux de rémission complète de plus de 80 %. En outre, 
la corticothérapie permet de diminuer le nombre de leucocytes périphériques et diminue la sortie de la moelle osseuse et des organes atteints des cellules tumorales.

COMME TRAITEMENT DE SUPPORT

Ils sont employés de façon beaucoup plus générale dans les traitements palliatifs.
Ils sont prescrits, en urgence, dans le traitement de l'hypercalcémie, de métastases entraînant des compressions, en particulier cérébrales.

COMME ADJUVANT À LA CHIMIOTHÉRAPIE

Une corticothérapie est associée systématiquement aux taxanes, d'une part pour prévenir certains effets secondaires, comme les nausées et les vommissements et, d'autre part, pour potentialiser leur effet.


LES MÉDICAMENTS

D’assez nombreuses molécules sont utilisées, les plus fréquemment proposées sont les suivantes :

  • L’hémisuccinate de méthylprednisolone (Solumédrol™) par voie injectable
  • La prednisone (Cortancyl™) par voie orale
  • La prédnisolone (Solupred™) par voie orale
  • La méthylprednisolone (Médrol™), par voie orale
  • La dexaméthasone (Décadron™), actif par voie orale et le Soludécadron™, actif par voie injectable

 

Mise à jour

19 mai 2018