L'immunothérapie

Les anti-CD38

LE DARZALEX™ (DARATUMUMAB)

Une nouvelle classe de médicaments...


Le daratumumab est un anticorps monoclonal qui cible une petite molécule à la surface des plasmocytes anormaux appelée CD38.
Il actif par voie IV et est administré une fois par semaine pour 3 cycles, puis toutes les 3 semaines pour 3 nouveaux cycles et enfin une fois par mois.

Son efficacité

Les résultats de la recherche clinique ont montré que cet anticorps à la dose de 1,3 mg/m² en IV était très peu toxique, et très actif, car il donne des résultats en monothérapie, c’est-à-dire utilisé tout seul, chez des patients lourdement traités et en rechute.
Les résultats d'une étude CASTOR en association avec le Velcade™ (bortezomib) et la dexaméthasone, ont montré un effet très positif sur le temps sans progression de la maladie à 12 mois (61 % versus 27 %) et la survie des malades.
Les résultats de l'étude POLLUX sont positifs. Cette étude a comparé la triple association, daratumumab + lenalidomide + dexamethasone à la double association lenalidomide + dexamethasone. La triple association, chez des patients en rechute et réfractaires aux traitements standards est supérieure en termes de survie sans progression de la maladie.
Sa tolérance est acceptable avec néanmoins une risque de thrombopénie (baisse du taux de plaquettes, d'anémie et de neutropénie (baisse du taux de globules blancs).

Son indication

Ce médicament est homologué en monothérapie, pour le traitement des rechutes et  formes réfractaire, pour lesquelles les traitements antérieurs incluaient un inhibiteur du protéasome et un agent immunomodulateur et dont la maladie a progressé lors du dernier traitement ;

En association avec le lénalidomide et la dexaméthasone, ou le bortézomib et la dexaméthasone, pour le traitement des patients adultes atteints d'un myélome multiple ayant reçu au moins un traitement antérieur.
A terme, ce médicament pourrait être proposé en première ligne.


ISATUXIMAB (SYLVANT™)

C'est un autre anticorps monoclonal cible les cellules cancéreuses exprimant l'antigène CD38 qui est en Phase 3 de développement.
L’association avec le lenalidomide et la dexaméthasone a un profil de tolérance acceptable et semble efficace chez les patients en rechute lourdement pré-traités.
Ce médicament est actuellement homologué que pour le traitement de la maladie de Castleman.

Les anti-SLAM7 - L'EMPLICITI™ ( ELOTUZUMAB)

EN BREF...

Un anticorps dirigé contre le SLAM7

C'est un anticorps monoclonal, immunostimulant, actif par voie IV.
Cet anticorps cible spécifiquement  la protéine SLAMF7 (Signaling Lymphocyte Activation Molecule) ou CS1 de surface cellulaire qui n’est présente qu’à la surface des plasmocytes anormaux ainsi que sur les cellules tueuses naturelles (NK). En revanche, on ne la retrouve pratiquement pas sur les cellules normales.
 L’action de l’élotuzumab sur cette protéine entraîne la mort des cellules malades qui la portent. De plus, il stimule les cellules NK. Il a peu de toxicité.

Son efficacité (essai de Phase 3 ELOQUENT-2)

A la dose de 10mg/kg, en association avec le lénalidomide et la dexaméthasone (RevDex), il permet d'obtenir une amélioration significative du temps sans progression de la maladie et de la survie globale chez les malades en première rechute en comparaison avec l'association classique lénalidomide + dexaméthasone.
Il est bien toléré

EN PRATIQUE...


Empliciti™ (elotuzumab) vient d'être homologué en Europe comme traitement de seconde ligne, en association avec le lénalidomide.

Mise à jour

30 mai 2019