Le bilan pré-thérapeutique

Le bilan standard

Une IRM abdominale et scanner thoracique ou un scanner thoraco-abdominal sont réalisés afin de préciser la morphologie tumorale, la localisation, le nombre et la taille des lésions, la vascularisation portale et sus-hépatique, l’existence ou non de localisations ganglionnaires ou viscérales (poumons, surrénales…), et le retentissement éventuel sur les voies biliaires. Le scanner permet aussi le calcul des volumes hépatiques.
L’écho-Doppler peut permettre de préciser l’état du flux portal ou sushépatique.
Un scanner cérébral et scintigraphie osseuse sont à effectuer seulement en cas de point d’appel clinique.

L'évaluation du foie non tumoral

Le niveau d’atteinte du foie en termes de fibrose est une donnée importante. Pour cela, un bilan étiologique de la maladie de foie (hépatopathie) sous-jacente sera demandé car les indications thérapeutiques peuvent dépendre de l’étiologie.
En cas de fibrose sévère, les examens complémentaires (TP, albuminémie, bilirubinémie, ALAT/ ASAT, évalueront la sévérité de atteinte hépatique bilan clinique, biologique.
Le bilan permet de recherche de signes d’hypertension portale et de déterminer le score de Child-Pugh (A = 5-6, B = 7-9 et C = 10 à 15). La méthode de détermination est présentée dans le tableau ci-dessous. Le score MELD peut parfois être utilisé :

Score de Child-Pugh

Score 1 point2 points3 points
Encéphalopathie Non Confusion Coma
Ascite Non Minime Abondante
Bilirubinémie (µmol/l) < 35 35 à 50 > 50
Albuminémie (g/l) > 35 28 à 35 < 28
Taux de prothrombine (TP) >50 40 à 50 < 40
Score total A = 5 à 6 B = 7 à 9 C = 10 à 15

La recherche de varices oesophagiennes

L’hypertension portale

La cirrhose du foie peut diminuer ou bloquer l'évacuation du sang de la veine porte vers les veines sus-hépatique. Il existe alors une augmentation de la pression (hypertension) dans les vaisseaux du territoire porte. Cet état est appelé une hypertension portale. Lorsque la pression devient très élevée, la veine porte à tendance à aller vers des voies vasculaires de dérivation. Une de ces voies de dérivation est constituée par les veines entourant la partie basse de l'œsophage. Lorsque ces veines se dilatent, on parle alors de « varices oesophagiennes ». Ces varices peuvent se rompre et entraîner une hémorragie grave se traduisant par des vomissements de sang (hématémèse).

La fibroscopie gastrique

Si une intervention chirurgicale est envisagée, une fibroscopie gastrique ou un transit baryté seront demandés afin de vérifier l'état de la partie basse de l'œsophage et de l’estomac.

EN RÉSUMÉ…

  • Vérifier l'absence de métastases cérébrales ; examen clinique, scanner (TDM), IRM
  • S’assurer qu’il n’y a pas de dissémination dans le thorax (poumons, médiastin, plèvre, paroi) : radiographie du poumon, scanner thoracique, voire IRM, TEP
  • Confirmer l’absence d’extension aux os : prise de sang, scintigraphie osseuse, scanner centré sur une zone suspecte, IRM du rachis

Mise à jour

14 janvier 2015