Les facteurs environnementaux

Une maladie de la moelle osseuse préexistante

Une maladie de moelle osseuse peut être un facteur de risque dans le développement  d'une leucémie aiguë :

  • Les états pré-leucémiques peuvent évoluer vers une leucémie myéloïde aiguë
  • Les syndromes myéloprolifératifs, comme
    • La leucémie myéloïde chronique (LMC) qui peut se transformer en leucémie aiguë myéloïde (LAM)
    • La splénomégalie myéloïde qui peut évoluer vers une LAM
    • La maladie de Vaquez et thrombocytopénie essentielle (TCE) peuvent se transformer en LAM ou en leucémie lymphoblastique aiguë (LAL)



LES RADIATIONS IONISANTES

C'EST ÉTABLI ...

Il est bien démontré, aussi bien chez les survivants d’explosion atomique de Hiroshima ou de Nagasaki que chez les sujets exposés professionnellement au risque.

LES IRRADIATIONS PROFESSIONNELLES

C’est une maladie professionnelle

Le délai d’apparition est en moyenne 10 à 15 ans après l’exposition.

Une étude menée en France a suivi une cohorte de plus de 29 000 travailleurs du CEA et de la COGEMA, exposés aux rayonnements ionisants depuis les années 1950. Cette étude  montre une mortalité inférieure à celle de la population nationale, mais avec un excès de mélanomes malins et de myélomes multiples, et un risque de leucémie augmentant avec la dose d’exposition. Surtout, on constate un accroissement significatif du risque de décès par leucémie (hors leucémie lymphoïde chronique) avec la dose de rayonnement ionisant reçu avec un risque relatif estimé de 2,2 (intervalle de confiance 90 % 1,1 à 3,34) pour la comparaison exposition à 100 mSv versus exposition nulle.

Pour en savoir plus...

Vous pouvez consulter le site Internet de Institut national de recherche et de sécurité ( INRS ) pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.

LA RADIOTHÉRAPIE

Les malades traités par radiothérapie ou par produits isotopiques ont un risque accru de leucémie aiguë de type myéloïde.
Ces leucémies sont classées dans le groupe des leucémies dites  secondaires. Le délai d’apparition est plus court, de l’ordre de 3 à 5 ans.

Le benzène

L’effet leucémogène  du benzène, c’est-à-dire sa propension à induire des leucémies, est connu depuis de nombreuses années.
Une étude récente a montré une augmentation du risque à proximité de stations services, en ville...
En cas d’exposition professionnelle chronique à ce toxique, on observe une augmentation de fréquence des leucémies aiguës. C’est une maladie professionnelle reconnue.

Les leucémies professionnelles

LES PRODUITS CONCERNÉS

Le délai de prise en charge

Il est variable selon le type de maladie :

  • Les hypoplasies et les aplasies médullaires, 3 ans (exposition d'au moins 6 mois)
  • Les syndromes myélodysplasiques, 3 ans
  • Les syndromes myéloprolifératifs, 20 ans
  • Les leucémies, sous réserve d'une durée d'exposition d'un an, 15 ans (TRA19), 20 ans (TRG 4) ou 30 ans (TRG 6) pour les irradiations

Les tableaux

Les leucémies font parties des tableaux TRA 19 et 20 et TRG 4 et 6.
Les critères pour la qualification en maladie professionnelle sont présentés dans le tableau ci-dessous.

 

TABLEAUX 

SUBSTANCES

TRG 6

TRA 20 

Travaux ayant exposé aux rayonnements ionisants, aux substances radioactives naturelles ou artificielles

TRG 4

TRA 19 

Production et utilisation du benzène : vernis, peintures, colles, solvants, industrie du caoutchouc, exposition aux carburants automobiles, industrie chimique

 

LA CHIMIOTHÉRAPIE ANTICANCÉREUSE

C'EST RARE DE NOS JOURS...

Depuis plus de 20 ans, on sait aussi que la chimiothérapie anticancéreuse peut se compliquer de leucémies aiguës myéloïdes (LAM). Cette complication est rare mais mérite d’être systématiquement recherchée. Cette association est documentée pour les traitements des lymphomes, y compris la maladie de Hodgkin, les cancers du sein, de l’ovaire et du testicule. On distingue deux grands types de LAM secondaires .

CE QUI EST DÉCRIT..

LAM secondaire aux alkylants

Les médicaments en cause sont, essentiellement, le melphalan, le busulphan, la procarbazine, le chlorambucil et le cyclophosphamide. Le risque augmente avec le nombre de cures de chimiothérapie. Elles surviennent après un délai de 5 à 7 ans après une phase d’état pré-leucémique (myélodysplasie pré-leucémique - SMD).

LAM secondaires aux épipodophylotoxines (étoposide - VP16)

Elles sont généralement plus précoces, non précédées de SMD et comportent des translocations chromosomiques impliquant la bande 11q 23 (t(9;11), principalement
puis t(6;11).


LAM secondaires aux agents inhibant l’enzyme topo-isomérase II

Les médicaments en cause sont l’étoposide et le téniposide, la mitoxantrone  et plus rarement les anthracyclines comme l’Adriblastine™ et la Farmorubicine™.
Elles apparaissent après des traitements donnés pour le traitement des tumeurs solides.
Elles sont caractérisées par un délai d’apparition plus court : 2 à 3 ans, l’absence de phase pré-leucémique et l’association à des anomalies cytogénétiques spécifiques, t(8 ;21), t(15 ;17) inv(16), identiques à celles observées dans les LAM primaires. 

Les virus

LE VIRUS D'EPSTEIN-BARR

Le virus

C’est un virus de la famille des virus de l’herpès (Herpesviridae). Les infections dues à ce virus sont communes et le plus souvent bénignes, comme la mononucléose infectieuse.
L'EBV est impliqué dans la genèse du lymphome de Burkitt. C'est une maladie l'enfant jeune très répandue en Afrique tropicale, dans les zones d'endémie palustre.

Son implication …

Ces enfants ont des modifications des chromosomes (caryotype) qui se caractérisent par une translocation entre le chromosome 8 et le chromosome 14 ce qui est exprimé, par les scientifiques, par la formule t(8 ;14)(q24 ;q32). La translocation juxtapose l’oncogène c-myc et le gène déterminant la production des chaînes lourdes des immunoglobulines, situé sur le chromosome 14 en 14q32

LE VIRUS HTLV1

C'est un rétrovirus de la famille des retroviridae.
L’infection se transmet par l’allaitement, le sang  et les rapports sexuels. Ce virus est impliqué dans le développement de lymphomes et de leucémies à cellules T. La zone géographique est restreinte au Japon (Kyushu) et aux Caraïbes. C'est un lymphome T mature avec atteinte médiastinale.

Les autres facteurs de risque

LES TOXIQUES

Le tabagisme pourrait augmenter le risque, jusqu’à trois fois, de leucémie aiguë lymphoïde (LAL), surtout chez les sujets de plus de 60 ans.

Des études ont montré que le risque de LAL était augmenté chez les agriculteurs. Cette augmentation de risque pourrait être liée à l’utilisation de pesticides.

Il existe une augmentation du risque de LAL liée à l’utilisation de teintures pour les cheveux ainsi que l’emploi des produits pour « permanent"e. 

 LES NAISSANCES PAR CÉSARIENNE  

Plusieurs études et la méta-analyse du Childhood Leukemia International Consortium (CLIC) ont montré une légère augmentation de leucémies aiguës lymphoblastiques des les enfants nés par cette méthode.

facteurs protecteurs ou de risque à l'origine des leucémies de l'enfant

Facteurs "protecteurs"Facteurs de risque 
  • Nombreuses infections dans première enfance 
  • Niveau socio-économique bas 
  • Nombreux enfants dans la maison 
  • Nombreux frères et sœurs 
  • Ne pas être l’aîné de la fratrie 
  • Plus de 6 mois d’allaitement maternel
  • Peu d'infections dans la première enfance 
  • Niveau socio-économique élevé 
  • Existence de translocations chromosomiques avant la naissance 
  • Enfants d'agriculteurs

Mise à jour

22 avril 2016