Les signes et symptômes

Au début…

Comme pour tous les cancers, il n’existe pas de signes ou de symptômes spécifiques du cancer de la prostate.
Au début, la maladie est très souvent asymptomatique, c’est-à-dire qu’elle se développe sans symptômes cliniques particuliers.
Ceci s’explique par le fait que la plupart des cancers de la prostate prennent naissance dans la partie périphérique de la glande. Cette partie de la prostate n’est pas directement au contact de l’urètre et ne créée donc pas de signes urinaires.
Parfois, il s’agit d’une découverte fortuite à l’occasion d’un dosage systématique du PSA ou lors d’un toucher rectal.

Plus tard

DES SYMPTÔMES ÉVOQUANT UN PROBLÈME BÉNIN DE PROSTATE

La tumeur peut compresser l’urètre et, alors, causer des symptômes qui ne sont pas différents, au début, de ceux rencontrés chez les patients porteurs d’un adénome prostatique ou d’une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).

  • Des envies fréquentes d’aller uriner ou pollakiurie, surtout la nuit,
  • Un jet d'urine faible ou interrompu,
  • Des douleurs ou des brûlures lors des mictions ou dysurie.

Contrairement à l’HBP, c’est un prostatisme plus rapidement progressif.



DES SYMPTÔMES EN RAPPORT AVEC UNE EXTENSION DE LA MALADIE …


Il peut s’agir de signes d'extension, comme par exemple :

  • Des douleurs périnéales ou hypogastriques (du bas ventre)
  • Des douleurs osseuses révélatrices de métastases dans les os
  • Des signes d'insuffisance rénale par obstacle sur le bas appareil urinaire

Tout homme de plus de 40 ans ayant des symptômes semblables doit consulter son médecin qui pourra le diriger vers un urologue.

Les symptômes d'alerte

  • Besoin d'uriner fréquent (pollakiurie), surtout la nuit
  • Jet d'urine faible ou interrompu
  • Douleurs ou brûlures lors des mictions (dysurie)
  • Difficulté à uriner en début de miction ou à retenir les urines (mictions impérieuses ou incontinence)
  • Difficulté à maintenir une érection ou impuissance
  • Éjaculation douloureuse et de plus faible volume
  • Présence de sang dans les urines ou le sperme
  • Douleurs dans les hanches ou le haut des cuisses
  • Douleurs fréquentes ou raideur dans le bas du dos; après 50 ans attention aux faux lumbagos qui ne sont pas améliorés rapidement par un traitement !

Mise à jour

Jeudi 19 Janvier 2009