En hormonothérapie

Les inhibiteurs de l’aromatase

EN BREF...

Le rôle des médicaments anti-aromatase est très important dans le traitement du cancer du sein de la femme ménopausée.
Ces médicaments suppriment l’activité d'une enzyme, l’aromatase. Les anti-aromatases de type II bloquent l'activité aromatase, de façon réversible et temporaire. Il s’agit de l’anastrozole (Arimidex ™) et du létrozole (Fémara ™).

UNE UTILISATION PENDANT 5 ANS DE PLUS, MA.17R...

Le protocole de l'étude

Cet essai a enrôlé 1 918 femmes ménopausées atteintes de cancer du sein RH+ en rémission. Les participantes ont reçu 5 ans de thérapie par l’anti-aromatase létrozole (Femara®) alors qu’elles avaient déjà reçu 5 ans de traitement par une anti-aromatase (précédés ou non d’une thérapie par tamoxifène).

Les 5 ans de létrozole supplémentaires...

La survie globale
Elle st de 93 % dans le groupe traité 5 ans versus 94 % dans le groupe traité pendant 10 ans par le létrozole.

Le risque de récidive

Après 5 ans de suivi, 95% des femmes recevant du létrozole et 91 % de celles recevant un traitement de 5 ans n’avaient pas de cancer du sein, soit une différence de 4% en termes de réduction de récidive du cancer primitif.

L’incidence annuelle des cancers du sein controlatéraux
Elle est diminuée de 58 % : 0,21 % dans le groupe létrozole vs 0,49 % dans le groupe traité 5 ans uniquement.

La tolérance
Les 5 années supplémentaires n'entrainent pas de nouvelles toxicités mais sont associées à une augmentation du risque fracture ou de développer une ostéoporose.

UNE UTILISATION EN NÉO-ADJUVANT

Les recherches actuelles portent sur l'utilisation, en tant que traitement néo-adjuvant. En effet, des résultats de petites études non randomisées, portant sur l’intérêt de ces médicaments comme traitement néo-adjuvant avant une intervention pour un cancer du sein ou comme alternative à la chirurgie chez les femmes très âgées, sont très encourageants.
L’étude avec le letrozole, LNSG est en cours pour confirmer ces résultats préliminaires.

UNE UTILISATION EN PRÉVENTION

Une étude conduite par le NCIC Clinical Trials Group Mammary Prevention.3 trial (NCIC CTG MAP.3) portant sur 4560 femmes à risque de développer un cancer du sein et âgée en moyenne de 62 ans a étudié l'effet de 3 ans d'examestane par rapport à un placebo. Les résultats de cette étude ont montré une diminution du risque relatif de développer un cancer invasif du sein de 65% (intervalle de confiance 95% de 30 à 82%) au prix d’une tolérance acceptable.

EN ASSOCIATION

L’association évérolimus-exémestane a été homologuée « dans le traitement du cancer du sein avancé avec RH-positifs, HER2-négatif, en association avec l’exémestane, chez les femmes ménopausées sans atteinte viscérale symptomatique, dès récidive ou progression de la maladie et précédemment traitées par un inhibiteur non stéroïdien de l’aromatase ».

L'association hormonothérapie et thérapies ciblées

C'EST UNE PISTE INTÉRESSANTE

Des travaux in vitro et in vivo, ainsi que de récents essais thérapeutiques ont démontré un intérêt à combiner les thérapies ciblées à l’hormonothérapie afin de lutter contre l’hormonorésistance.

LES ÉLÉMENTS DE RÉPONSE

L’étude TanDEM

Cet essai a testé l'intérêt de l'association trastuzumab (Herceptin TM ) à l’anastrozole (Arimidex
TM ) chez 208 patientes ayant un cancer du sein métastatique surexprimant Her2.
Les résultats montrent un doublement du temps sans progression de la maladie : 4.8 mois après anastrozole + trastuzumab versus 2.4 mois après anastrozole seul.

Letrozole (Femara TM ) versus letrozole + lapatinib (Tyverb
TM )

Une autre étude a comparé l’efficacité, en termes de survie sans progression, entre letrozole (Femara
TM  ) et l'association letrozole + lapatinib (Tyverb TM ) chez des 1 286 patientes ménopausées ayant un cancer du sein métastatique RE+ et/ou RP+, Her2- ou +++.
L’association lapatinib – letrozole augmente significativement le temps sans progression avec une médiane de 8.2 mois contre 3 mois dans le bras letrozole seul, et ce plus spécifiquement chez les patientes ayant un cancer du sein surexprimant Her2.
Sur le plan de la tolérance, les patientes traitées par l’association lapatinib – letrozole ont présenté plus de diarrhées et de rashs cutanés (éruptions) en comparaison au letrozole seul.

D'autres essais...

Des résultats semblables ont été trouvés avec d'autres associations thérapie ciblée à l’hormonothérapie : tamoxifène + gefitinib (Iressa TM )  ; anastrozole + gefinitib.

Mise à jour

8 juin 2016