Avant propos…

Il existe deux types principaux de leucémies aiguës...

Les deux types principaux de leucémies aiguës sont eux-mêmes sous-divisés, en fonction de la cellule bloquée.

Les leucémies aiguës myéloïdes, ou plutôt « non lymphoblastiques » (LAM)

Ce sont des maladies de l’adulte dans 80 % des cas. On distingue deux variétés principales :

  • La leucémie aiguë myéloblastique
  • La leucémie aiguë monoblastique

Les leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL)

Ce sont des maladies de l'enfant dans 80 % des cas. On distingue trois formes principales :

  • La leucémie aiguë lymphoblastique à cellules T
  • La leucémie aiguë lymphoblastique à cellules B, plus rare
  • Les leucémies aiguës lymphoblastiques à cellules pré-B qui expriment l’antigène « CALLA ».

La classification OMS de 2008 

Elle distingue 10 LAL et 18 LAM et cinq formes avec ambiguïté de lignée.

Oncogenèse

Pour se transformer en cellule leucémique, les scientifiques admettent que la cellule souche a subi au moins deux évènements engendrant une mutation.

Une mutation, dite de type II, aboutit à un transcrit de fusion qui induit un blocage de la différentiation cellulaire. Cette mutation implique principalement des facteurs de transcription, mutés ou le plus souvent impliqués dans des translocations chromosomiques récurrentes.

Une mutation, dite de type I, confère un avantage prolifératif et/ou une résistance à l’apoptose du clone malin. Les gènes mutés de cette catégorie sont essentiellement le FLT3 , le cKit et le KRas qui sont des acteurs clés des voies de signalisation intracellulaire.

Mise à jour

15 juin 2015