L'épidémiologie

C’est une tumeur maligne du système pigmentaire...

C’est une forme particulière de cancer de la peau. C’est une tumeur maligne du système pigmentaire (mélanocytes) qui survient soit primitivement en peau saine, le plus souvent, soit par dégénérescence d'un nævus préexistant.
Le mélanome, en dehors de sa forme ophtalmologique, est exceptionnel chez l'enfant, rare avant 20 ans. Au-delà, il survient à tous les âges.

Globalement, une incidence en augmentation…

L'incidence annuelle d'une maladie est exprimée en nombre de cas par pour 100 000 habitants, ajusté pour l'âge. Pour le mélanome, elle est très variable, selon la latitude et la composition ethnique des populations.

  •   0,4 cas en Afrique Noire
  •   0,8 cas en Asie
  • 10 cas en Europe
  • 14 cas aux USA
  • 36 cas en Australie

En France, des taux en forte augmentation en 2017…

Le mélanome représente entre 2 et 3 % de l’ensemble des cancers. Le mélanome cutané se situe au 8ème rang des cancers chez l’homme et au 6ème rang chez la femme.

Les derniers chiffres publiés, font état de 15 404 cas nouveaux cas de mélanome recensés en France.
L’incidence annuelle standardisée pour 100 000 des mélanomes cutanés était de 13,6 chez l'homme et 13,5 chez la femme.
Dans les deux sexes, l’incidence de ce cancer est en forte augmentation depuis 1980 avec toutefois un petit ralentissement de cette croissance entre 2005 et 2012 (2,9 % et 1,7 % par an, respectivement, chez l’homme et chez la femme)
C’est le premier des cancers en termes d’augmentation de fréquence !

Le pic d'incidence se situe entre 40 et 50 ans. L’âge moyen au diagnostic est de 61 ans, chez la femme et de 64 ans chez l'homme.

LE PRONOSTIC

Le pronostic de la maladie est généralement bon, avec un taux élevé de guérisons si le mélanome est détecté tôt et traité. Les mélanomes sont guéris, le plus souvent par la seule chirurgie.

Pour les formes évoluées et notamment les formes métastatiques, le pronostic demeure sombre mais s'est fortement amélioré avec l'introduction des inhibiteurs des points de contrôle immunologiques.

Le taux de survie relative à 5 ans est de 88 % pour les stades localisés et de 18 % dans les situations métastatiques.

En France, le mélanome à été responsable en 2017 de 1 783 décès, dont 57 % sont dénombrés chez l'homme, ce qui représente 1 % des décès par cancer.

Mise à jour

14 septembre 2018