La prévention

L'indice du rayonnement ultraviolet total

SON CALCUL 

Cet indice donne une estimation du rayonnement UV maximal atteignant en moyenne la surface terrestre. L'intensité du rayonnement UV au sol varie du matin au soir. Elle atteint son maximum en milieu de journée, en l'absence de couverture nuageuse.  

Le calcul de cet indice prend en compte les effets nocifs de chaque longueur d'onde UV au niveau de la peau et élimine les variations, en étant mesuré pendant 10 à 30 minutes. 

EN PRATIQUE...

Il se présente comme une prévision de la quantité maximale d'UV nocifs pour la peau devant atteindre la surface terrestre à midi au soleil.
Ses valeurs partent de zéro et plus elles sont élevées, plus la probabilité des lésions cutanées et oculaires lors de l'exposition est grande et moins cela prendra de temps pour qu'elles surviennent.
Dans de nombreux pays près de l'équateur, les valeurs estivales peuvent atteindre 20.
Au cours de l'été européen, l'indice ne dépasse pas 8, généralement, mais il peut être plus élevé, notamment sur les plages.
On associe habituellement aux diverses valeurs d’indices UV, les significations suivantes : 

  • Exposition faible : 1 et 2
  • Exposition modérée : 3 et 4
  • Exposition forte : 5 et 6
  • Exposition très forte : 7 et 8
  • Exposition extrême : 9 et au-delà

@ Vous pourrez trouver beaucoup d'informations utiles sur ce problème en allant visiter le site
www.soleil.info/.

Comment prévenir la maladie ?

LA PRÉVENTION PRIMAIRE

Elle est basée sur les conseils de protection solaire ou « de conduite pratique vis à vis du soleil » car, les différentes enquêtes grand public montrent que les risques de cancers cutanés induits par le soleil sont connus mais sans que cela modifie leurs habitudes solaires. Des campagnes de sensibilisation ont lieu en France, mais semblent de peu de poids encore.

LA PRÉVENTION SECONDAIRE

Elle est basée sur le dépistage précoce des mélanomes.
L’auto surveillance réalisée par le patient lui-même, qui a l’avantage de pouvoir être réalisée fréquemment mais qui nécessite une formation par le médecin ou l’infirmière.
Le dépistage précoce par le médecin lors de visites régulières. Ce type de dépistage est recommandé pour les sujets à risque.

La prévention primaire par la réduction de l’exposition aux rayons UV...

A PRENDRE TRÈS AU SÉRIEUX...

Le soleil est le seul facteur d'environnement impliqué dans l'épidémiologie du mélanome.
De nombreuses études épidémiologiques descriptives et cas-témoins attribuent le rôle majeur aux expositions:

  • Intermittentes
  • Reçues dans l’enfance 

IL FAUT RÉDUIRE PAR TOUS LES MOYENS L’EXPOSITION AUX UV

C'est un moyen très efficace pour réduire le risque de mélanome en réduisant l’exposition aux rayons ultraviolets solaires et aux UV  artificiels, comme ceux des saunas.
L'exposition excessive aux radiations ultraviolettes doit être découragée.
Si vous désirez vous exposer au soleil longtemps, il est très important de vous protéger la peau avec une crème antisolaire adaptée à votre peau et à l’ensoleillement. Il est important de ne pas utiliser de façon régulière des crèmes contenant des psoralènes (essence de bergamote) qui augmentent l’action des UV sur la peau.

La chimioprévention

C’est l’utilisation de substances, naturelles ou synthétiques dans l’espoir de réduire le risque de développement d’un cancer ou de prévenir une récidive.
En laboratoire, plus de 400 substances ont le potentiel de bloquer la cancérogenèse. Quarante d’entre elles font l’objet de recherches importantes portant sur un grand nombre de patients à haut risque de développer un cancer pour de prouver leur efficacité.
A ce jour, cependant, aucune étude n’a encore prouvé scientifiquement son utilité dans la prévention du cancer du mélanome.

En résumé

  • Efficacité reconnue
    • Protection de la peau contre les UV
  • Efficacité probable
    • Les écrans solaires
    • Le nicotinamide 500 mg chez les sujets à haut risque

Mise à jour

21 octobre 2015