Les nouveautés pour le diagnostic

L'intérêt des photographies standardisées

LES PHOTOGRAPHIES

Son intérêt a été démontré. Actuellement, leur réalisation pratique avec les techniques photographiques habituelles est difficile et la standardisation de la méthode n'est pas encore établie. Les procédés de vidéo-photographie sont en attente d'évaluation et de progrès techniques, en particulier, dans le domaine de l'analyse automatisée d'images.

L'UTILISATION DES TECHNIQUES DE VISUALISATION MICROSCOPIQUE DE LA PEAU IN VIVO

Ces techniques nécessitent un entraînement pratique à une nouvelle séméiologie. Dans des mains expérimentées, ces techniques améliorent la spécificité du diagnostic clinique de mélanome d'environ 20 %. Ces progrès pourraient donc être utiles pour le diagnostic de second mélanome et la surveillance des populations à risque de mélanome.

Les nouvelles techniques d'imagerie

Parmi les nouvelles techniques, il faut citer :

  • La tomodensitométrie hélicoïdale (scanner spiralé),
  • L'échographie ganglionnaire superficielle qui peut permettre un diagnostic plus précoce des récidives locorégionales,
  • L'amélioration des produits de contraste en imagerie par résonance magnétique (optimisation des doses de gadolinium, utilisation de substances super-paramagnétiques).
  • L'immunoscintigraphie est proposée pour la détection précoce de métastases ou pour la recherche des zones de drainage lymphatique.

A l'heure actuelle, cette méthode reste du domaine de la recherche et ne peut encore être proposée, en pratique courante.

Les marqueurs de prolifération et/ou de risque métastatique

LES MARQUEURS DE PROLIFERATION ET DE MALIGNITE

Ils font appel à des techniques d'immuno-histochimie (PCNA, Ki67, HMB50) ou à des études de l'ADN (études de la ploïdie des cellules).
L'utilisation de marqueurs quantitatifs de mitose, comme le Ki67 ou des marquages au BrdU peuvent permettre d'espérer une réalisation très aisée de cet indice de grand intérêt.

LES MARQUEURS DE RISQUE METASTATIQUE

Les marqueurs actuellement étudiés sont principalement des molécules d'adhésion dont lesmodifications d'expression peuvent être corrélées avec un risque métastatique accru. Les méthodes d'amplification génique de marqueurs spécifiques de mélanome par PCR suscitent un espoir important même si une trop grande sensibilité de la méthode les rend peu utiles en pratique clinique.

LES ETUDES MOLECULAIRES ET GENETIQUES

Elles sont en plein développement et permettent d'espérer des progrès dans le dépistage de groupes à risque de mélanome, et dans les formes familiales. Il faut souligner qu'aucunes des techniques citées précédemment ne fait l'objet de preuves incontestables de son utilité pratique à ce jour. Leur évaluation précise reste donc nécessaire.

Mise à jour

Lundi 23 Février 2009