Immunothérapie

Des nouveaux anticorps monoclonaux

POUR LES LYMPHOMES B

L’ofatumumab (Arzerra ™)

C’est un anti-CD20 qui est la version humaine du rituximab (MabThéra™). Cet anticorps humain devrait permettre de diminuer le risque de manifestations allergiques, observées avec le MabThéra™, et peut-être, améliorer les performances du traitement.
Cet anticorps monoclonal est homologué pour le traitement de la leucémie lymphoïde chronique et est en phase 3 de développement clinique dans l'indication lymphome non hodgkinien.

Le Gazyvaro™ (obinutuzumab)

C'est un anticorps nu de type II ciblant le CD20, comme le rituximab. Il est déjà homologué en association avec la bendamustine pour le traitement des LLC.
Des études récentes ont démontré son efficacité dans le traitements des lymphomes folliculaire en première ligne.
Les résultats en traitement de maintenance semblent ausi  très favorables.

L’epratuzumab (LymphoCyde™)

C’est un anticorps dirigé contre le CD22 qui est un antigène très exprimé à la surface des lymphocytes B. Les premiers résultats des études de phase II, en association avec le MabThéra™, semblent intéressants.
Il bénéficie en France d'une
ATU (Autorisation Temporaire d'Utilisation) .
 
Les anticorps anti-IL6

Des molécules sont en cours d’expérimentation, en particulier en association avec les intensifications thérapeutiques dans les formes de mauvais pronostic.

POUR LES LYMPHOMES T

L’alemtuzumab (MabCampath™)

C’est un anticorps dirigé contre le CD52 qui est un antigène exprimé à la surface des lymphocytes T. Ce médicament est homologué pour le traitement de la leucémie lymphoïde chronique chez les malades qui ne répondent plus aux autres traitements, y compris le Fludara™.
Les premiers résultats des essais thérapeutiques, sont encourageants dans le traitement des lymphomes à cellules T.

LES IMMUNOTOXINES

L'Adcetris™ (brentuximab vedotin)

Le brentuximab vedotin est un anticorps monoclonal qui cible les cellules porteuses du CD30+ qui sont essentiellement certains lymphocytes des lymphomes à grandes cellules et de la maladie de Hodgkin.
C'est un immunotoxine car l'anticorps monoclonal est couplé à un médicament antitumoral, l'auristin E (MMAE). Cette molécule cytotoxique inhibe la tubuline nécessaire au fuseau lors de la division cellulaire.
Les études de phase 3 ont confirmé les espoirs mis dans cette approche thérapeutique. Ce médicament vient d'être homologué aux États-Unis et en Europe pour le traitement :

  • Des lymphomes hodgkiniens CD30+ en rechute ou réfractaires après une transplantation autologue de cellules souches ou au moins deux lignes de traitement lorsque la transplantation autologue ou une chimiothérapie avec plusieurs médicaments ne sont pas indiquée
  • Des lymphomes anaplasiques à grandes cellules systémiques en rechute ou réfractaires 
Le polatuzumab vedotin

C'est aussi un anticorps monoclonal conjugué à la l'auristin E (MMAE) devrait être homologué prochainement pour le traitement des lymphomes à grandes cellules.qui est en cours de développement.

 

Les autres pistes

D'AUTRES CIBLES POUR DES ANTICORPS MONOCLONAUX

On peut citer les molécules suivantes qui sont en cours de développement clinique avancé :
  • Les médicaments ciblant le CD40 comme le SGN-40, et donc une forme de TNF,
  • Les anticorps monoclonaux bispécifiques.
DES PETITES MOLÉCULES

Pour le traitement des lymphomes folliculaires, on peut citer
  • Le vénétoclax est un inhibiteur de molécules anti-apoptotiques qui cible la protéine Bcl2.
  • Le tazemetostat appartient à la classe des médicaments régulateurs de l’épigénétique en ciblant l'EZH2
  • Le copanlisib est inhibiteur de la tyrosine kinase PI3 K α-δ qui bloque la transduction du message reçu par le récepteur membranaire du lymphocyte B (BCR), il vient d'être homologué pour le traitement des lymphomes folliculaires
  • Le duvelisib (Verastem™) appartient à la même classe d'inhibiteur du PI3 K γ-δ. Il est en Phase 3 de développement.
Pour le traitement des lymphomes du manteau et de certains lymphome B diffus à grandes cellules
  • L'ibrutinib est un autre inhibiteur de tyrosine kinase ciblant la protéine de Bruton
  • Le bortezomib est inhibiteur du protéasome déjà homologué pour le traitements des myélomes.
  • Le venetoclax est un inhibiteur de molécules anti-apoptotiques qui cible la protéine Bcl2 aurait aussi un intérêt dans le traitement de ce type de lymphome
  • Le birabresib est un inhibiteur des bromodomaines de certaines protéines (BRD2, BRD3, BRD4)

Le 166 holmium-DOTMP

C’est une nouvelle modalité de radiothérapie ciblée sur le squelette.
Le rayonnement est produit par l’holmium 166 se lie spécifiquement à un composé de l’os le DOTMP.

Cette nouvelle modalité thérapeutique est en cours de développement, phase 3, en association avec la chimiothérapie conventionnelle.

Les CAR-T

LE PRINCIPE

C'est une thérapie très innovatrice mais complexe dans sa mise en oeuvre.
Elle est basée sur l’utilisation de lymphocytes T du patient lui-même, capables de reconnaitre spécifiquement les cellules lymphomateuses.
Les CAR T-cells (pour cellules T porteuses d’un récepteur chimérique) sont des lymphocytes T du patient, prélevés, puis modifiés génétiquement in vitro de manière à leur faire exprimer un récepteur artificiel, dit chimérique. Ce récepteur est conçu de telle manière que sa partie extra-cellulaire reconnaisse un antigène tumoral, le plus spécifiquement possible afin d’éviter les effets néfastes sur d’autres organes du patient.

LES APPLICATIONS

Yescarta™ (axicabtagene ciloleucel)

Ce CAR-T est homologué comme traitement de 3ème ligne de certains lymphomes agressifs de type B exprimant la protéine de surface CD19+.
Les résultats positifs obtenus ayant permis son homologation semblent être pérennes dans le temps.

Kymriah™ (tisagenlecleucel)

Cette immunothérapie contre la protéine de surface CD19. Il vient d'être homologué aux États-Unis pour le traitement des leucémies aiguës et devrait l'être prochainement pour le traitement des lymphomes diffus à grandes cellules.

Le lisocabtagene maraleucel (JCAR017)

Cette thérapie appartient à la même classe d'immunostimulant ciblant la protéine de surface CD19.
Les résultats des premières études semblent favorables.

Mise à jour

5 juin 2018