Les colostomies

Vous avez une colostomie…

On va vous aider….
L’équipe soignante vous informera sur les différents types d’appareillages possibles et les méthodes pour régulariser le transit intestinal.
Les soins locaux, indispensables, vous seront enseignés rapidement après l’intervention par une infirmière spécialisée de l’appareillage des stomies : une infirmière stomathérapeute.





Les appareillages…

LES SYSTÈMES COMMERCIALISÉS

Ils se composent de deux éléments, une poche de recueil et un support protecteur adhérent à la peau.

Les systèmes en une pièce

Ils comportent un support protecteur qui est solidaire de la poche. L’ensemble est décollé à chaque changement de poche, une à deux fois par jour. L’ensemble se jette après utilisation.

Les systèmes en deux pièces

Le système avec anneau
Il comporte un anneau qui se fixe sur la peau et une poche qui s’emboîte par déclic. L’anneau de ce système peut être fixe ou flottant. L’anneau flottant est plus maniable.

Le système sans anneau
Il comporte sur le support une interface souple où l’on vient coller la poche. La poche se change une à deux fois par jour. Il suffit, alors de l’enlever et de la changer sans toucher au support. Ces systèmes sont légèrement moins flexibles. Le support, anneau ou interface, peut être laissé en place 2 à 4 jours, en fonction de la nature des selles.

LES POCHES

Elles sont transparentes ou opaques. Ces dernières sont plus discrètes, mais nécessite un certain tour de main avant d’être utilisées.
Il existe deux versions, fermée ou vidable. Le choix d’une version dépend de la localisation de la colostomie.

  • Dans les colostomies gauches, les selles sont solides et peu abondantes et dans ce cas les poches fermées sont le plus souvent préconisées. Elles sont dotées d’un filtre désodorisant afin d’éliminer les gaz et les odeurs.
  • Dans les colostomies transverses droites, les selles sont semi liquides et peu abondantes et dans ce cas les poches vidables munies d’un système de fermeture par barrette sont les plus efficaces. Si vous avez la diarrhée, c’est ce type de poche qu’il faut utiliser.

LES SYSTÈMES OBTURATEURS

Ce sont des accessoires utilisables pour les colostomies gauches avec des selles solides, avec ou sans irrigation colique. Il permet d’éviter la poche de recueil pendant 8 à 12 heures.
Il consiste en un tampon (Conseal™ autoadhésif) en mousse de polyuréthane muni d’un filtre qui est introduit dans la colostomie et adhère à la peau. Introduit dans la colostomie, le tampon réalise un bouchon qui assourdit les gaz et limite l’appareillage. Il peut être laissé en place 8 à 12 heures après une période d’adaptation.

QUEL APPAREILLAGE CHOISIR ?

IL N'Y A PAS DE RÉPONSE STANDARD...

La diversité des appareillages disponibles permet de répondre à la quasi-totalité des situations cliniques nécessitant le port permanent d’une poche. La prescription du matériel tient compte de la morphologie et des activités de chaque patient. Divers laboratoires commercialisent ces dispositifs.
Les marques les plus courantes sont Biotrol™, Coloplast™, Combihésive™, Iléodress™, Stomadress™. Elles apportent une sécurité aux colostomisés mais elles ne permettent pas une réelle continence.

LA PRISE EN CHARGE À 100 %

Des appareillages

Elle se fait sur une base forfaitaire dénommée TIPS (Tarif Interministériel des Prestations Sanitaires). Il faut savoir que le TIPS se rapporte à des types d’appareillages non pas à des marques
Le remboursement de l’appareillage à 100 % est sur la base du tarif TIPS. De ce fait, il ne faut pas confondre 100 % du TIPS et 100 % du prix de vente, si vous n’avez pas de mutuelle !

Les nécessaires de soins

Le remboursement à 100 % de la plupart des articles nécessaires aux soins.

L’irrigation colique

LE PRINCIPE

Cette technique consiste à vidanger le côlon à l’aide d’un lavement évacuateur d’environ 800 ml d’eau tiède par la stomie. Elle est applicable dans de nombreux cas, sauf en cas de diarrhée. L’irrigation colique est réalisée à intervalles réguliers, tous les 2 ou 3 jours. Cette technique est dite continente car elle permet d’éviter, entre deux lavements, l’émission des selles.
Son énorme avantage est de permettre, durant 24 à 48 heures, de ne munir l’orifice de colostomie que de mini-protections entre deux irrigations.

LES INDICATIONS SONT LARGES…

Si vous avez une colostomie dans la partie basse du côlon gauche, l’irrigation colique peut vous êtes proposée par le chirurgien. Sa technique sera enseignée par une infirmière stomathérapeute.
Elle peut être débutée environ un mois après l’intervention chirurgicale, après l’accord de votre chirurgien, lorsque le transit intestinal est devenu normal et régulier.
L’apprentissage est relativement simple et améliorera votre autonomie sociale et personnelle.

EN PRATIQUE

Les irrigations doivent être pratiquées à la même heure chaque jour ou tous les deux jours. Une irrigation colique dure environ une heure.
Il est important de tenir prêts tous les instruments nécessaires à l’irrigation et de convenir du moment propice à l’irrigation.
Le matériel pour irrigation colique est vendu sous forme de trousse, prescrite par le médecin, vendue en pharmacie et pris en charge à 100 %. Cette trousse comporte :

  • Un réservoir gradué pour l’eau, prolongé par un tuyau d’évacuation, muni d’un régulateur de débit commandant le passage de l’eau
  • Une canule à bout conique permettant l’introduction de l’eau dans l’intestin par la stomie
  • Des poches manchons adhésives avec ouverture à chaque extrémité, une pour l’introduction du cône par la stomie, l’autre pour l’évacuation des matières
  • Des pinces et champs de fermeture
  • Des mini poches et/ou systèmes obturateurs

EN PRATIQUE...

Son apprentissage est parfois un peu long. Si vous avez des problèmes avec cette technique, demander les coordonnées de l'association d’anciens malades stomisés la plus proche de votre domicile.

L’irrigation colique, en pratique...

  • Fermer le régulateur et remplir le réservoir avec 1 litre d’eau tiède
  • Enlever l’appareillage, nettoyer et sécher. Placer un manchon sur la stomie
  • Suspendre le réservoir de telle manière que la base soit à hauteur d’épaule (prévoir un crochet ou une patère). Debout ou assis, placer l’extrémité inférieure du manchon dans les WC ou le seau hygiénique...
  • Purger le tuyau à l’aide du régulateur, en laissant couler un peu d’eau
  • Effectuer un toucher stomial avec un doigt ganté vaseliné pour repérer l’orientation à donner au cône d’irrigation
  • Relier le cône au tuyau du réservoir. Introduire le cône dans la stomie en le maintenant fermement pour que l’eau ne reflue pas
  • Ouvrir le régulateur de débit afin de laisser l’eau s’écouler en totalité, en 2 à 5 minutes
  • Fermer le régulateur. Attendre quelques secondes. Retirer le cône : une 1ère évacuation se produit en 10 à 15 minutes
  • Après avoir essuyé ou coupé l’extrémité inférieure du manchon, replier vers le haut, et le fixer sur l’extrémité supérieure avec les pinces
  • Vaquer à vos occupations jusqu’à la fin de l’évacuation, soit pendant 15 à 30 minutes.....

Les soins de la colostomie

Tout d’abord, il est important d’éviter la constipation et la diarrhée...
Des soins doivent être pratiqués non seulement sur la colostomie mais également sur la peau qui l’entoure.
Les selles et sécrétions issues de la colostomie peuvent potentiellement être irritantes sur la peau autour. Elle doit être protégée du contact direct. Le tube de poche qui recueille les selles présente une protection adéquate pour la peau, mais cette protection doit être correctement placée.
En général, l’irritation de la peau autour de la colostomie est due à une mauvaise adhérence de la poche, à son mauvais ajustement ou à une irritation due à l’adhésif de fixation de la poche. Les poches de colostomie doivent être vidées dès que nécessaire, environ une fois ou deux par jour.

Quelques précautions utiles...

  • Choisissez bien votre appareillage de colostomie et posez toutes les questions possibles sur l’appareillage
  • Ayez toujours avoir un stock d’avance et disponible de poches et de matériel d’hygiène
  • Demandez à votre médecin la conduite à tenir en cas de diarrhée
  • Soyez très prudent avec les boissons, les fruits non lavés, les fruits de mer et les laitages
  • N'oubliez pas vos allumettes...

Vivre avec une colostomie …

LE SCHÉMA CORPOREL

Il est vrai que la modification disgracieuse du schéma corporel par la présence d’un anus artificiel aggrave souvent les difficultés organiques, en particulier chez la femme.
L’appareillage (volume, bruit, fuites, odeurs...) contribue à favoriser une attitude de fuite et d’isolement relationnel intime.

ÊTRE ATTENTIF...

Les soins de la colostomie peuvent nécessiter une période d’adaptation, mais les patients s’y habituent souvent très bien et sont capables de reprendre leurs activités habituelles après la fin du traitement.
Après la convalescence, la plupart des patients porteurs de colostomie peuvent retrouver une vie quasi normale. Ils peuvent, en général, manger normalement et s’adonner à un grand nombre d’activités, tant physiques que sociales. Le maniement de poids trop lourds est à éviter car il peut provoquer une hernie.

QUELQUES CONSEILS PRATIQUES

Où trouvez de l’aide ?

Des vidéos sont très utiles pour votre information. Les brochures publiées par les laboratoires contiennent des conseils pratiques, des témoignages et des photographies de stomisés ayant résolu leurs problèmes de réinsertion dans la vie active. Les coordonnées des associations d’anciens malades stomisés et des infirmières stomathérapeutes spécialisées doivent être données au patient.

Quelques trucs...

La plupart des désagréments liés à la colostomie peuvent être évités ou nettement atténués par différents moyens simples :

  • Par les informations fournies par l’équipe soignante sur l’éventualité de troubles post-opératoires et leur possible réversibilité
  • Un bon apprentissage des techniques de soins de la colostomie, vous permettant une bonne autonomie.
  • Le choix d'un appareillage le moins gênant (tampon obturateur, irrigations coliques avec obturation stomiale sans poche)
  • Le choix de sous-vêtements pour masquer la poche
  • La prise de ralentisseurs du transit intestinal

Des conseils sur les positions sexuelles permettant de vous adapter à cette nouvelle situation pourront vous êtes fournies par l’équipe soignante ou les associations de colostomisés. 

Quatre conseils simples...

  • Prenez le temps nécessaire pour un bon apprentissage des techniques de soins de la colostomie
  • Préférez un appareillage le moins gênant possible
  • Choisissez des sous-vêtements adaptés
  • Adoptez des positions sexuelles, plus adaptées

Quelques fausses idées sur la colostomie …

L’irritation de la colostomie est très douloureuses !

La colostomie est irriguée par les vaisseaux sanguins mais n’est pas innervée. La colostomie ne transmet donc pas les sensations, comme la douleur.

Même si le cancer colorectal a été guéri, le transit intestinal ne revient pas à la normale et l’intolérance alimentaire est courante !

Les patients peuvent éprouver au début des effets secondaires liés au traitement comme la diarrhée, les nausées ou les vomissements, mais ces symptômes s’améliorent généralement une fois le traitement terminé. Dès que le cancer est guéri, les patients peuvent mener une vie normale y compris ceux qui ont eu une colostomie.

On ne peut plus faire de sport comme la natation !

Les sports de contact peuvent nécessiter que la colostomie soit bien protégée. Les sports, comme la natation, le jogging ou la marche, peuvent être pratiqués comme auparavant.

On ne doit pas boucler sa ceinture de sécurité !

Le colostomisé peut boucler sa ceinture de sécurité en voiture et en avion à condition de s’assurer qu’elle n’entre pas en contact avec sa colostomie.

On ne peut plus voyager !

Vous pouvez voyager !
Cependant certaines précautions sont nécessaires. Il faut emporter dans un bagage à main sa trousse à irrigation, une réserve suffisante de poches et des ralentisseurs du transit.
Si vous voyagez dans les pays chauds, vous devez vous munir d’antiseptiques intestinaux efficaces également contre les amibes afin de prévenir une « turista » très gênante dans ces cas-là. N’oubliez pas de demander une prescription à votre médecin avant de partir ! Vous devez être très vigilant en ce qui concerne l’eau, les fruits et légumes frais, les poissons, coquillages, laitages et crèmes glacées. Dans tous les cas, l’absorption d’eau, de sel et de potassium doit être augmentée. Le climat tropical n’a pas d’effet important sur les qualités adhésives des poches, mais un changement plus fréquent est toutefois nécessaire. Le voile non tissé qui tapisse la paroi de la poche du côté cutané évite les effets nocifs de la transpiration.

On ne peut plus prendre l’avion !

La pression dans l’avion ne peut pas causer de hernie de la colostomie. Les patients porteurs de colostomie peuvent donc voyager par tous les moyens de transport de leur choix. S’ils voyagent avec des bagages lourds, il est conseillé d’utiliser des caddies pour les transporter car le fait de soulever des poids lourds peut entraîner une hernie.

On ne peut plus travailler !

Un patient avec un anus artificiel peut reprendre son métier, quel qu’il soit, en dehors de certains métiers de force. Pour être dans les meilleures conditions sur le plan professionnel, l’irrigation colique est très utile. Les travaux « physiques » peuvent en général être repris car les adhésifs actuels de type Stomadhésive™ sont plus résistants à la transpiration que les adhésifs conventionnels.

POUR CONCLURE...

  • Vous pouvez manger quasi normalement
  • Vous pouvez voyager
  • Vous pouvez boucler votre ceinture de sécurité
  • Vous pouvez prendre l’avion
  • Vous pouvez pratiquer la plupart des sports
  • Vous pouvez retravailler

Mise à jour

29 avril 2011