Les poumons

Un peu d'anatomie...

LEUR ASPECT

Les deux poumons sont situés dans la cage thoracique et sont séparés l'un de l'autre par un espace. Cet espace s’appelle le médiastin et contient le cœur et ses gros vaisseaux ainsi que l’œsophage.


Chaque poumon a une forme conique, avec un sommet (apex) qui remonte jusqu'à la base du cou, une face latérale convexe qui s'applique contre la paroi thoracique, une base concave qui repose sur le muscle diaphragme, et une face interne plaquée contre le médiastin. Elle reçoit, en sa partie médiane, le hile, la bronche souche issue de la division de la trachée, les vaisseaux sanguins et les nerfs.


LEUR ARCHITECTURE

Les poumons sont divisés en lobes par des sillons : les scissures, visibles sur leur face externe.
Le poumon droit compte trois lobes, supérieur, inférieur et moyen. Le poumon gauche compte seulement d eux lobes , supérieur et inférieur. Chaque lobe se subdivise en plusieurs segments.
Chaque lobe pulmonaire possède une bronche segmentaire, puis chacun des segments se subdivise en deux, trois sous-segments et ainsi de suite jusqu'aux lobules pulmonaires.
Chaque bronchiole se ramifie à l'intérieur de son lobule. Les dernières ramifications, appelées bronchioles terminales, s'ouvrent sur les alvéoles, richement vascularisées.
Les poumons sont donc constitués de l'ensemble de ces alvéoles accolées entre elles. C’est le siège des échanges gazeux.


LA PLÈVRE

Chaque poumon est entouré d'une enveloppe, la plèvre.
La plèvre est composée de deux feuillets étroitement appliqués l'un sur l'autre. Ils se réunissent au hile du poumon, en formant une sorte de sac sans ouverture autour d'une cavité virtuelle. Cette cavité est appelée la cavité pleurale. Le feuillet externe de la plèvre est accolé à la paroi thoracique.
La cavité pleurale permet le glissement des poumons lors des mouvements respiratoires. Parfois du liquide s’accumule dans cette cavité. On parle alors d’épanchement pleural ou de pleurésie. Dans certain cas, de l’air peut faire irruption dans la cavité pleurale. On parle alors de pneumothorax.
C’est à partir de ce tissu que se développe le mésothéliome.


L’AIR DES POUMONS…

L’air qui arrive aux poumons traverse le larynx et emprunte la trachée qui se prolonge dans les poumons les deux bronches souches et les bronchioles et arrive, enfin aux alvéoles pulmonaires.
Les poumons contiennent environ 200 millions d’alvéoles pulmonaires ce qui représente une surface d’échange d’environ 100 m².

Les vaisseaux des poumons

LES ARTÈRES PULMONAIRES

Elles sont issues du cœur droit, véhiculent du sang pauvre en oxygène mais chargé en gaz carbonique. C'est la petite circulation. Elles pénètrent dans les poumons par le hile, comme les bronches souches. Elles se divisent en artères lobaires puis segmentaires, de façon parallèle à la ramification bronchique, par divisions successives. Elles se terminent à la surface des alvéoles en un réseau de capillaires. Dans l’alvéole le sang libère le gaz carbonique et se charge d'oxygène. Le transport gazeux se fait à travers la « barrière alvéolo-capillaire ».

LES VEINES PULMONAIRES

Au-delà, les capillaires se réunissent de nouveau, pour former le réseau veineux pulmonaire, qui aboutit aux veines pulmonaires qui se jettent dans l'oreillette gauche du cœur.

LES VAISSEAUX LYMPHATIQUES

Au niveau du poumon, existent deux types de vaisseaux lymphatiques :
  • Les premiers sont situés sous la plèvre viscérale et vont rejoindre les hiles pulmonaires par des trajets qui restent sous-pleuraux.
  • Les seconds suivent les axes péribronchovasculaires et rejoignent les hiles pulmonaires en remontant le long de l'arbre bronchique.

Ces deux types de vaisseaux peuvent s'anastomoser à ce niveau ou poursuivre leur trajet séparément vers le médiastin. En revanche, ils sont anatomosés par des capillaires en périphérie pulmonaire au niveau des septa interlobulaires.

Les vaisseaux lymphatiques cheminent ensuite dans le médiastin homolatéral et rejoignent la circulation sanguine au niveau des confluents veineux de la base du cou (confluents jugulo-sous-claviers dits de Pirogoff).


Parallèlement, et avec la même fréquence, ils se divisent pour rejoindre les vaisseaux lymphatiques du médiastin controlatéral. Dans le médiastin postéro-inférieur et au niveau péritrachéobronchique, ils s'anastomosent par des collatérales avec le canal thoracique et la lymphe rejoint ainsi par l'intermédiaire de ce dernier la circulation sanguine.


Les vaisseaux lymphatiques sont valvulés et pulsatiles : le trajet de la lymphe est unidirectionnel et aucun reflux n'est possible en l'absence d'atteinte (insuffisance) valvulaire.


Sur le trajet de ces vaisseaux lymphatiques sont interposés des nœuds lymphatiques : ce sont ceux censés être présents dans les stations numérotées de 1 à 14

  • 2 R- 4R chaîne paratrachéale droite; 2L-4L chaîne paratrachéale gauche
  • 5 ganglions sous-aortiques
  • 6 ganglions para-aortiques
  • 7 ganglions inter-trachéo-bronchiques
  • 8 ganglions latéro-œsophagiens
  • 9 ganglions du ligament triangulaire
  • 10-11 ganglions intra-pulmonaires et extra-lobaires
  • 12-13-14 ganglions intra-lobaires

Le tableau ci-dessous résume la cartographie utilisée pour la stadification T.N.M. 8ème édition).

Les chaines ganglionnaires

Ganglions sus-claviculairesGanglions du médiastin supérieurGanglions aortiquesGanglions du médiastin inférieurGanglions N1
(1) - Para-trachéaux supérieur(2D et 2G) 
- Pré-vasculaires (3a) et rétro-trachéaux (3p) 
- Para-trachéaux inférieurs (4D et 4G)
Subaortiques (5) 
Para-aortiques (aorte ascendante) (6
- Subcaréniens (7) 
- Para-oesophagiens (8)
- Ligament pulmonaire (9) 
- Hilaire (10) 
- Interlobaire (11) 
Periphériques 
- Lobaire (12) 
- Segmentaire (13) 
- subsegmentaire (14) 

Mise à jour

0134391717