Les nouvelles chimiothérapies

L'utilité des traitements d'entretien ou de maintenance

LES BASES THÉORIQUES

"Stop and Go"

Le nombre optimal de cycles de chimiothérapie a été établi par la recherche clinique avec une logique de type " stop and go " ; le traitement étant arrêté en fonction de la réponse au terme de quatre ou six cycles de chimiothérapie puis repris au moment de la progression de la maladie

Le notion de traitement d’entretien ou de consolidation

C'est une modalité ancienne de traitement qui avait été abandonnée durant la dernière décennie en raison des problèmes de tolérance.
C'est un traitement aidant à contrôler le cancer après sa disparition ou sa diminution  à la suite au traitement initial de celui-ci. C'est en fait "une seconde ligne" anticipée...

Les objectifs du traitement de maintenance

Ce traitement doit prolonger la survie et/ou de maintenir la qualité de vie. Le médicament utilisé pour la maintenance doit atteindre un objectif clinique pertinent, être bien toléré et sans toxicité cumulative.

DEUX OPTIONS...

En continuant l'administration d'un des médicaments du doublet initial

Le traitement est alors poursuivi après stabilisation ou réponse objective de la maladie. Ce peut être aussi la continuation de l'administration d'un traitement ciblé comme le bévacizumab ou le cétuximab.

En utilisant un médicament différent

Ceci correspond alors à une seconde ligne précoce, avec, par exemple, le docétaxel.

CE QUI EST ÉTABLI...

Plusieurs essais publiés récemment ont montré un effet positif sur le temps sans progression (TSP) et la survie, notamment avec :

  • Le pemetrexed (Alimta) dans un essai portant sur 663 patients donne un avantage du traitement de maintenance sur le temps sans progression et la survie
  • L'erlotinib pour les patients avec un récepteur EGFR muté
  • L'association bévacizumab (Avastin) et erlotinib (Tarceva) qui améliore la survie sans progression de la maladie.

 

Traitement de maintenance : les questions

  • Qui ? 
    • Un patient dont la maladie est contrôlée après traitement d’induction
  • Le traitement doit être...
    • Bien toléré sur une durée longue
    • Ne pas nécessiter d'hospitalisation
    • Maintenir la qualité de vie
  • Pour quel objectif principal ?
    • Allonger la survie sans progression et la survie globale

De nouvelles modalités de traitement

ES NOUVELLES APPLICATIONS DE CERTAINES MOLÉCULES

Des nombreux essais thérapeutiques sont en cours dont le but est de comparer, par rapport aux doublets à base de cisplatine, l’efficacité et la tolérance des nouvelles molécules comme :

  • Le pemetrexed (Alimta™)
  • La vinorelbine (Navelbine™)
  • L’irinotecan (Campto™)

Par rapport aux doublets classiques, d’autres études cliniques ont été mises en place pour comparer l’efficacité et la tolérance, en première ligne de traitement des formes avancées de la maladie, de nouvelles associations de cisplatine et d’un nouveau produit comme :

    La gemcitabine (Gemzar™),
    La vinorelbine (Navelbine™),
    Les taxanes (Taxol™ or Taxotère™)

DOUBLETS OU TRIPLETS ?

Des essais cliniques ont débuté pour comparer l’efficacité et la tolérance d’une triple association (triplet) contenant un ou deux des nouveaux produits comme la gemcitabine (Gemzar™), la vinorelbine (Navelbine™) et l’irinotecan (Campto™) par rapport aux « doublets » à base de cisplatine.

CHEZ LE PATIENT ÂGÉ

Des études cliniques se déroulent pour préciser quelle est la meilleure stratégie à utiliser chez les patients âgés de plus de 70 ans ainsi que chez les malades fatigués.

Mise à jour

9 septembre 2015