Anémie

C'EST FREQUENT...

DÉFINITION

C’est une chute du nombre de globules rouges (hématies) et donc de l’hémoglobine (Hb - pigment rouge du globule rouge) qui sert au transport de l’oxygène vers les tissus.
On parle d’anémie lorsque son taux est inférieur à 12 g/dL.


LES CAUSES PEUVENT ÊTRE MULTIPLES …

Une anémie peut avoir des causes multiples :

  • Une perte de sang,
  • Un déficit en fer ou en vitamine(s),
  • Une chimiothérapie,
  • Une irradiation
  • L’existence d’une tumeur envahissant la moelle osseuse.

 

Les principales causes sont présentées dans le tableau ci-dessous.

LES CONSÉQUENCES

Même si la fatigue domine les symptômes, les conséquences de l'anémie peuvent affecter le fonctionnement de la plupart des fonctions de l'organisme :

  • Système nerveux central : diminution des fonctions cognitives et modification de l'humeur
  • Système cardiovasculaire et respiratoire : tachycardie, faiblesse, essoufflement (dyspnée d’effort ou de repos), décompensation cardiaque
  • Peau en raison d'une perfusion réduite d'où pâleur et froideur
  • Fonction rénale en relation avec une perfusion rénale réduite avec possibilité de rétention hydrique (œdèmes)
  • Système digestif avec un transit intestinal irrégulier
  • Système génital se traduisant par des troubles menstruels, une baisse de la libido, une impuissance
  • Système immunitaire avec immunodépression

Principaux mécanismes des anémies associées au cancer

PériphériquesInflammationInsuffisance médullaire
  • Hémolyse 
  • Saignements 
  • Carences
  • Diminution de la synthèse d'EPO 
  • Apoptose érythroblastique 
  • Dysrégulation du métabolisme du fer
  • Envahissement par des cellules tumorales 
  • Hémophagocytose 
  • Dysmyélopoïèse secondaire

LA CHIMIOTHÉRAPIE, LA RADIOTHÉRAPIE ET LEUR ASSOCIATION

Si vous recevez ce type de traitement, vous avez un risque d'être anémié.

Quand votre taux d'hémoglobine est bas, le taux d'oxygène disponible baisse et l'organisme doit peiner davantage pour compenser, il en résulte des signes, en particulier une grande fatigue.

Quand vous recevez une chimiothérapie et, surtout une radiothérapie, votre taux d'hémoglobine peut tomber en deçà des taux normaux. C'est pourquoi, une vérification périodique du taux d'hémoglobine est indispensable jusqu'à la fin des traitements. Cet effet secondaire est fréquent mais ne pose pas de problème clinique majeur.

Chaque fois que le taux d'hémoglobine s'abaisse en deçà de 10 g/dL vous êtes anémié.

Si votre taux d’hémoglobine est au-dessous de 8,5 g/dL l’anémie devra être corrigée, le plus souvent par une ou plusieurs transfusions.

Echelle de gravité de l'anémie...

  

Seuils d'alerte NCI et OMS  

Taux d'hémoglobine (Hb) g/dL

Taux normal

1 : légère

2 : modérée

3 : sévère

4 : critique

> 11

9,5 à 10,5

8,0 à 9,4

6,5 à 7,9

< 6,5

 

QUE FAIRE POUR PRÉVENIR L'ANÉMIE ?

PRENDRE CERTAINES PRÉCAUTIONS...

Si une anémie doit se produire en cours d'un traitement, il y a peu de chose que l'on puisse faire, pour l'éviter, en revanche on peut en anticiper les conséquences.

EN PRATIQUE...

L’impression de faiblesse et la fatigue étant l'une des conséquences de l'anémie, il est donc très important d'éviter les fatigues inutiles

  • Reposez-vous le plus possible pour économiser votre énergie et évitez les activités prolongées ou épuisantes
  • Prenez des périodes de repos pendant les activités fatigantes. Si nécessaire, faites de courtes siestes au cours de la journée
  • Classez les activités par priorité de façon à garder assez d'énergie pour les activités importantes ou celles que vous préférez
  • Demandez à des amis ou à la famille de vous aider à préparer les repas ou à faire les tâches quotidiennes quand vous vous sentez fatigué !
  • Vous avez des vertiges…
    • Soyez prudent, évitez de vous blesser
    • Déplacez-vous lentement, surtout en changeant de position de couché à debout ; au sortir du lit, asseyez-vous quelques minutes sur le côté avant de vous mettre debout
  • Prenez une alimentation riche en fer, légumes verts, le foie et les viandes rouges cuites ou prenez du fer en supplément alimentaire, si votre infirmière ou votre oncologue vous l’a prescrit

COMMENT TRAITE-T-ON L'ANÉMIE ?

GLOBALEMENT

Selon sa cause et sa gravité, l'anémie peut être traitée de différentes façons. Votre médecin peut vous prescrire :

  • Du fer sous forme de compléments alimentaires ou sous forme de médicaments par voie orale ou injectable
  • Des vitamines, comme de l’acide folique
  • Une ou plusieurs transfusions de sang, si votre anémie devient symptomatique. Elle est recommandée si votre taux d’hémoglobine est inférieur à 8 g/dL
  • De l’érythropoïétine (EPO)

Votre oncologue peut, si nécessaire, décider de retarder les autres traitements jusqu'à ce que le nombre de globules rouges soit revenu à la normale. 

SON TRAITEMENT 

Le traitement martial

Une alimentation normale apporte en moyenne dix fois plus de fer (10 à 20 mg/j) que ne le permet l’absorption intestinale (environ 1 à 2 mg/j).
Une anémie par carence martiale est due à une déplétion des réserves en fer de l’organisme. Normalement, il y a environ 4 g de fer dans l’organisme dont 70 % sont contenus dans l’hémoglobine. Le traitement substitutif repose sur l’apport de sels de fer.

Par voie orale, il s'agit de fer sous forme de

  • Sulfate ferreux : Fero-Grad™ (+ Vit C), Tardyféron™ (+ Vit C), Tardyféron™ (+ acide folique - B9
  • Fumarate ferreux : Fumafer™, Ferrostrane™ (sirop), Ferriprox™ et génériques).

La dose est en moyenne de 150 à 200 mg/jour de fer métal, en prise fractionnée et au décours des repas, afin d’en améliorer sa tolérance digestive. Un apport supplémentaire de 500 mg vitamine C (acide ascorbique) peut augmenter l'absorption du fer. 
Le critère d’arrêt du traitement compensateur est la normalisation de la ferritinémie.
L’inconvénient principal du traitement par voie orale est sa relative mauvaise tolérance digestive. Il peut engendrer des douleurs abdominales, des nausées, des épigastralgies, des épisodes de constipation ou de diarrhée et, enfin, des selles noires. 

Par voie intraveineuse (IV), l’apport de fer peut aussi se faire avec 

  • Les complexes d’hydroxyde ferrique–saccharose : Vénofer™ et Fer Mylan™, 100 mg par ampoule
  • Les complexes d’hydroxyde ferrique–dextran : Ferristat™. 100 à 200 mg par ampoule
  • Le carboxymaltose ferrique (Ferinject™, 100 à 1000 mg par injection) ainsi que d’autres spécialités en cours d’homologation comme le ferumoxytol (Feraheme™), 510 mg par injection ; fer) et l’isomaltoside (Monofer™), 100 à 1000 mg par injection.


La voie IV est indiquée en cas de malabsorption digestive, de pertes sanguines non contrôlables, d’intolérance ou de non-adhérence au traitement martial par voie orale.
L'administration IV s’accompagne d’une coloration rouge des urines et parfois d’un goût métallique. 
Les nouvelles spécialités ont un risque d’anaphylaxie bien moindre (0,002 % d’anaphylaxie fatale), une durée d’injection intraveineuse plus courte et une dose injectable maximale possible par perfusion plus importante.

Les transfusions 


Les transfusions sanguines ne sont indiquées que lorsqu’il existe des signes de mauvaise tolérance de l’anémie.

L'érythropoïétine (EPO)

DE QUOI S'AGIT-il ? 

L’érythropoïètine (EPO)

C'est une hormone naturelle secrétée par le rein qui stimule la production de globules rouges. En augmentant la production de globules rouges, l’EPO réduit votre risque d'être anémié. Elle peut aussi diminuer le nombre de transfusions sanguines nécessaires au cours du traitement anticancéreux.

Ses effets

L'utilisation de l'EPO en cancérologie augmente le taux hémoglobine, diminue le nompbre de transfusions nécessaires, améliore la qualité de vie et diminue la fatigue
Les étude et les méta-analyses ont montré que so utilisation n'a pas d'effet délétère sur la survie si le taux de Hb est maintenu au dessous de 12 g/L.
Son utilisation est contre-indiquée en cas d'une hypertension artérielle (HTA).

Les différentes EPO commercialisées en France

Plusieurs EPO sont à la disponibilité de votre oncologue :

  • Eprex™ : 40 000 U par semaine
  • NéoRecormon™ : 30 000 U par semaine
  • Aranesp™ : 500 µg toutes les 3 semaines
  • Les bio-similaires, comme, par exemple, le Binocrit TM , l'Abseamed TM , le Retacrit TM 

 

LES INDICATIONS EN CANCÉROLOGIE 


Globalement

Elles sont indiquées pour le traitement de l’anémie symptomatique du patient cancéreux adulte en cours des chimiothérapies pour une pathologie maligne non-myéloïde (leucémie).

En pratique...

Selon les nouvelles recommandations, un traitement par EPO pourra vous êtes proposé si votre taux d'hémoglobine est inférieur à 10 g/dL.
Dans ce cas l'EPO sera administrée sous forme d'injections intraveineuses ou sous-cutanées pour augmenter le taux d'hémoglobine. Au bout de 2 semaines, dès que le taux de l’hémoglobine augmente de 1 g/dL, la dose sera diminuée pour obtenir des valeurs supérieures à 10 g/dL
La valeur cible d'hémoglobine est de 10 à 12 g/dL sans dépasser le seuil de 12 g/dL.
Si la quantité de fer contenue dans le sang est basse (saturation de la transferrine < 20%), on pourra associer du fer.

Fer ou EPO ou les deux ?

Type de traitementAvantage(s) de la stratégie
Transfusion Correction immédiate de l'anémie
Fer oral Fer par voie IV > à la voie orale
EPO

Réduction des besoins transfusionnels
Amélioration de la qualité de vie (QoL)
50–70% de taux de réponse

EPO + fer oral Pas d’avantages, plus d’effets secondaires
EPO + fer IV

Augmentation des taux de répondeurs à plus de 90%
Correction des carences martiales
Réduction des besoins transfusionnels
Amélioration de QoL

Mise à jour

28 avril 2020