Le pronostic

Les facteurs suivants sont reconnus pour influer sur le pronostic de la maladie

L'âge < 60 ans versus > 60 ans

L'importance du syndrome tumoral qui peut être estimé, par l'imagerie médicale ou par certains tests biologiques (taux de LDH dans le sang)  

L'existence ou non de localisations neuro-méningées   

Le nombre de globules blancs (leucocytose), en particulier s'il est supérieur à 40 000/mm 3    

L'existence d'un-type cytologique défavorable

    • Une LAL est de meilleur pronostic qu'une LAM
    • Une LAM1 ou une LAM2 est de meilleur pronostic qu'une LAM4 ou LAM5
    • Les LA inclassables, bi- ou multi-phénotypiques   
    • Un caryotype de moins bon pronostic avec des anomalies du chromosome 5 et du chromosome 7 ; l'existence de cassures chromosomiques multiples   

La réponse initiale à la chimiothérapie  

    • Une rémission complète lors de la première cure de chimiothérapie est un élément favorable

Quelques chiffres...

DÉFINITION

Le pourcentage de patients en vie à 5 ans est un critère souvent utilisé en oncologie. Il est important de se rappeler qu’il s’agit d’une notion statistique tirée des résultats d’études scientifiques portant sur un grand nombre de malades. Il se réfère au pourcentage de patients qui vivent en rémission, au moins 5 ans, après le diagnostic de leur leucémie. Beaucoup d’entre eux vivent plus de 5 ans après le diagnostic, et le taux de 5 ans est utilisé pour établir un standard de discussion du pronostic.
Ce taux exclut les patients décédés d’autres maladies et est considéré comme la façon la plus pratique d’établir le pronostic des patients ayant un type et un stade précis de leucémie.

LES CHIFFRES

Ce qu'il faut comprendre...

Les taux de longue rémission ou de guérison à 5 ans sont basés sur des patients dont la leucémie aiguë a été diagnostiquée et traitée initialement il y a plus de 5 ans.
Chez les patients diagnostiqués plus récemment, on peut d’attendre à un pronostic plus favorable en raison des progrès thérapeutiques qui sont apparus depuis.

Pour les LAM

Le pronostic est réservé. Le taux de survie à 5 ans n'est que de 20 % mais il est plus favorable pour les patients jeunes (moins de 55 ans), 59 %. Il n'est que de 15%, à 10 ans.

Longue rémission ou guérison

 

LALLAM
  • Chez l’enfant
    • 70 à 80 %      
  • Rares chez l’adulte
    • 35 à 50 %  
  • Patients de moins de 60 ans
    • 35 à 40 %
  • Patients plus âgés
    • 15 à 20 %
  • Rares chez l’enfant
    • Plus de 50 %

 

Mise à jour

3 février 2016