Les différents stades

Pourquoi définir un stade de cancer?

POURQUOI ?

L'évaluation du stade d'évolution d’un cancer demande un ensemble de tests de diagnostic et d'examens permettant d'évaluer le type et l'étendue de la maladie. La détermination précise du stade d'un cancer est l'un des facteurs déterminant pour le choix du type de traitement. Le but de l'évaluation précise du stade a trois objectifs.

  • Thérapeutique : permettre d'établir le traitement le plus adéquat pour le patient,
  • Pronostique : contribuer à tenter de prévoir l’évolution de la maladie,
  • Prospectif : aider de futurs patients en répertoriant votre réponse au traitement et en la comparant aux réponses d'autres traitements à un même stade du même cancer. Ceci est nécessaire pour que les médecins puissent déterminer quel traitement donne les meilleurs résultats selon les patients et les cancers, de façon à écarter les traitements donnant les réponses les moins performantes.

 

COMMENT ?

Selon les résultats de l'examen clinique et de la biopsie, certains examens d'imagerie médicale peuvent être réalisés. Des analyses sanguines peuvent aussi être effectuées pour permettre de faire un bilan de santé et de détecter si le cancer s'est étendu à certains organes.

Le système TNM

Une classification du stade est un code standard international par lequel les équipes de cancérologie décrivent l'extension d'un cancer. Le système appliqué est le système TNM (de l'American Joint Committee on Cancer - AJCC).
Les caractéristiques, TNM, attribuées au cancer, peuvent être regroupés en un petit nombre de stades. Les stades sont exprimés par un chiffre allant de 0, pour le stade le moins avancé, à IV pour la forme la plus avancée.

Le système TNM se subdivise en deux

  • La stadification clinique pré-thérapeutique, désignée par TNM ou cTNM, c indiquant que le stade a été déterminé par l’examen clinique
  • La stadification anatomopathologique et post-chirurgicale désignée par pTNM, p indique que le stade a été donné par l’examen anatomopathologique, par l'examen au microscope de la tumeur qui a été retirée. L’estimation du pronostic est meilleure avec le pTNM qu’avec le cTNM.

Les valeurs de TNM (2017) pour le cancer de l’œsophage

 

Tumeur  T
Grade histologique

Ganglions N

Métastases M
Grade histologique G

  • Tx = renseignements insuffisants
  • T0 = pas de tumeur 
  • Tis = in situ, dysplasie de haut grade
  • T1 = envahissant la lamina propria , la muscularis mucosae ou la sous-muqueuse
    • T1a = envahissant la lamina propria ou la muscularis mucosae
    • T1b = envahissant la sous-muqueuse
  • T2 = envahissement de la musculeuse propre
  • T3 = envahissement de l’adventice
  • T4 = extension aux structures adjacentes
    • T4a = résécable envahissant plèvre, péricarde, diaphragme, péritoine adjacent
    • T4b = non résécable envahissant d’autres structures (aorte, corps vertébral, trachée…)
  • Grade (G)
    • G1 = bien différencié
    • G2 = moyennement différencié
    • G3 = peu différencié
    • G4 = indifférencié   
  • Nx = non évaluables
  • N0 = pas d’envahissement 
  • N1 = 1 à 2 ganglions envahis
  • N2 = 3 à 6 ganglions envahis
  • N3 ≥ 6 ganglions envahis

 

  • M0= absence
  • M1= présence

 


 

La stadification des cancers de l'oesophage

Au terme du bilan d’extension, l’équipe médicale aura déterminé si des cellules cancéreuses se sont étendues à d'autres parties du corps. Ce bilan permet d'évaluer le stade de la maladie, notion déterminante pour mettre en œuvre une stratégie thérapeutique. 

Stadification (AJCC-UICC 7ème édition)

StadeTumeur = TGanglion(s) = NMétastases = M
0 Tis N0 M0
IA 
IB
T1 
T2
IIA 
IIB
T3 
T1, T2
N0 
N1
IIIA 

IIIB 

IIIC
T3 
T1,T2 
T3 
T4a 
T4b
N1 
N2 
N2 
N1, N2 
Tout N
IV Tout T Tout N M1

La classification de Siewert (2005) pour les adénocarcinomes

Elle définit trois type de lésions

  • Type I : adénocarcinome de l'œsophage distal dont le centre de la tumeur est situé entre 1 cm et 5 cm au dessus de la jonction œsogastrique
  • Type II : adénocarcinome à localisation cardiale moyenne dont le centre est situé entre 1 cm au-dessus (limite supérieure) et 2 cm (limite inférieure) au-dessous de la jonction œso-gastrique. Cette entité correspond aux adénocarcinomes du cardia vrai
  • Type III : lésion du cardia à localisation gastrique prédominante dont le centre tumoral est situé entre 2 cm et 5 cm au-dessous de la jonction œso-gastrique : il s'agit d'un cancer gastrique sous-cardial.

 

La classification des cancers du cardia est définie en fonction de la distance entre le centre de la tumeur et la ligne Z

  • 5 à - 1 cm : Siewert I (adénocarcinome sur endobrachyœsophage)
  • 1 à + 2 cm : Siewert II (vrai adénocarcinome du cardia)
  • 2 à + 5 cm : Siewert III (adénocarcinome gastrique sous-cardial). :

Stadification spécifique aux adénocarcinomes (AJCC 8ème édition - 2017)

Stade Tumeur (T)Ganglions (N)Métastases (M)
IA T1a N0 M0
IB T1b
IIA T2
IIB T1 
T3
N1 
N0
IIIA

T1
T2

N2
N1

IIIB

T2
T3
T4a

N2
N1-N2
N0 - N1

IVA

T4a
T4b
Tout T

N2
Tout N
N3

IVB

Tout T

Tout N

M1

Au delà de la stadification...

LE GRADE HISTOLOGIQUE

Comment ?


Le médecin anatomopathologiste examine les tissus prélevés lors de la biopsie ou lors de l'intervention au microscope (examen histologique).
Après examen, il leur attribuera un grade pathologique qui aide à préciser la stratégie thérapeutique et d'évaluer le pronostic de la maladie.
Plus les tumeurs sont indifférenciées, c’est à dire différentes des structures normales, plus elles sont agressives. A l'inverse, plus une tumeur est différenciée, c’est à dire proche de la structure normale, plus son évolution est favorable.

En pratique...

La lettre G (grade) suivie d'un chiffre allant de 1 à 4 indique l’aspect histologique de la tumeur. Ce type de gradation est utilisé pour les cancers invasifs mais pas pour les cancers in situ .
A partir de ces données, les tumeurs sont parfois désignées comme étant bien différenciées, modérément différenciées ou peu différenciées.
Par exemple, les cancers G1 (grade 1) ont des cellules dont l'aspect est relativement normal. Les cellules se multiplient peu (faible nombre de mitoses.)
Les cancers G4, le grade le plus haut, ont des cellules très indifférenciées, un nombre de mitoses est élevé. De nombreuses cellules présentent des anomalies des noyaux cellulaires (ploïdie).
Les cancers G2 ont des caractéristiques intermédiaires entre les grades 1 et 4.

LE RÉACTION DU STROMA

L'apparence des cellules tumorales, l’aspect du stroma (tissu entourant la tumeur) qui est le reflet de la réaction hôte tumeur est décrit. La présence d'un stroma, abondant et fibro-élastique, est considérée comme de bon pronostic. A l'inverse, la présence de zones de nécrose (destruction cellulaire) serait un signe de moins bon pronostic

LA PLOÏDIE


La ploïdie des cellules cancéreuses se réfère à la quantité d'ADN qu'elles contiennent dans leur noyau. S'il y a une quantité normale d'ADN, les cellules sont dites diploïdes. Si le taux d'ADN est anormal, les cellules sont dites aneuploïdes. Certaines études ont montré que les cancers de l’œsophage aneuploïdes ont tendance à être plus agressifs. Le pourcentage de phase « S » pourrait avoir un intérêt pronostic dans certaines formes de la maladie.

LES AUTRES PARAMÈTRES

L’index Ki-67


Le taux de division des cellules cancéreuses peut aussi être estimé par le test Ki-67. Un index Ki-67 élevé indique que les cellules cancéreuses se divisent rapidement, mais les médecins spécialisés n'accordent pas tous un intérêt à ce test pour déterminer le pronostic de la maladie.

HER2/neu


Dans 15 à 20% des cancers de l’œsophage, principalement de la .jonction gastro-œsophagienne, il existe un taux trop élevé d'une protéine accélératrice de la croissance des cellules, appelée HER2/neu ou C-erbB-2. Cette protéine est mise en évidence à la surface des cellules.

Mise à jour

28 Novembre 2018