La chirurgie diagnostique

DIAGNOSTIQUER & STADIFIER

BIOPSIER LA LÉSION...

Avant de traiter une lésion d’aspect cancéreux, il est obligatoire d’avoir une preuve histologique (plus rarement uniquement cytologique) de malignité. La biopsie des tumeurs doit apporter, non seulement un diagnostic histologique précis, mais aussi permettre d’établir les facteurs histo-pronostiques.

  • La différenciation de la tumeur.
  • Le grade histologique.
  • L’état de la néovascularisation, de la réaction stromale, de la nécrose tissulaire, de la présence d’emboles lymphatiques ou veineux.
  • Les caractéristiques biologiques de la tumeur : récepteurs hormonaux, facteurs de croissance, oncogènes, ploïdie, cinétique cellulaire, etc.


Le chirurgien doit donc prélever un volume tumoral suffisant et représentatif de la tumeur et le confier, en totalité, au laboratoire avec tous les renseignements cliniques nécessaires. La technique de biopsie doit répondre à des critères précis (critères OMS 1966).

Pour les biopsies des tumeurs cutanées ou muqueuses, la biopsie doit porter à la jonction zone saine - zone pathologique.
Les biopsies des polypes et des lésions proliférantes doivent aussi comprendre le pied d’implantation de la tumeur en entier. 

STADIFIER...

En dépit de progrès de l’imagerie médicale, l’étude, durant l'intervention, de l’extension des tumeurs reste un élément essentiel dans le processus décisionnel du traitement à appliquer.
La stadification chirurgicale (sTNM) (s pour surgery) fait suite à la stadification clinique (cTNM) et elle est précède la stadification anatomo-pathologique (pTNM). Elle est plus précise que la classification clinique, car elle permet :

  • De mieux définir le pronostic de la maladie et préciser la stratégie thérapeutique
  • De tenter de connaître l’histoire éventuelle des tumeurs et leur évolution sous et après traitement

Les autres méthodes

LA LAPAROSCOPIE

Elle est très fréquemment utilisée car de plus en plus les exérèses de tumeur sont effectuées par voie endoscopique pure.

La chirurgie colique par laparoscopie

Elle permet d'enlever une tumeur colique en n'utilisant que de petites incisions. L'utilisation de ces petites incisions diminue la douleur post-opératoire, le temps d'hospitalisation et un retour plus rapide à une activité normale et au travail. Cependant, cette technique ne peut pas être appliquée à tous les malades nécessitant une exérèse colique.

La laparoscopie est également utilisée pour les actes de chirurgie d'inventaire

Il s'agit d'une laparotomie systématique de seconde intention ou 'second look' dans les cancers ovariens.

Autres techniques validées

La  prostatectomie radicale par laparoscopie extra-péritonéale est maintenant bien codifiée. L'urologue pratique quelques minimes incisions à travers lesquelles il insère le laparoscope, mais aussi de petits instruments chirurgicaux, tenus par les bras d'un robot.
Il en va de même pour la chirurgie du cancer du rein.


LA LAPAROTOMIE EXPLORATRICE

Elle a perdu beaucoup de son importance du fait de l'amélioration des techniques de diagnostic, notamment due au scanner ou à l'IRM.

Mise à jour

6 janvier 2016