En radiothérapie

De meilleures performances avec une sécurité accrue...

L'HYPOFRACTIONNEMENT

C'est une nouvelle méthode consistant à délivrer les rayons sur période plus courte (15 séances en 3 semaines plutôt que 25 en 5 semaines).
Une étude récemment publiée a montré qu'une irradiation de 42,5 Gy délivrée en 16 fractions sur 3 semaines permettait d'obtenir les mêmes résultats que les irradiations sur 5 semaines.
L’hypofractionnement devrait devenir un standard pour les patientes traitées par tangentiels uniquement.
Les bénéfices attendus seraient en termes d’efficacité égale (ou augmentée) avec meilleure tolérance à long terme.

L'IRRADIATION PARTIELLE DU SEIN EN TRAITEMENT ADJUVANT

Des travaux récents ont montré qu'une irradiation  de 40 Gy délivrés en 15 fractions pour des tumeurs  pT1-2 et pN0-1 était équivalente en termes guérison de la maladie et était mieux tolérée. Au niveau du sein, celui présentait une consistance et un apect plus proche de la normale.

L'IRRADIATION PARTIELLE ET ACCÉLÉRÉE A RADIOTHÉRAPIE CONFORMATIONNELLE « Ipas »

En pré-opératoire

La totalité de la dose est délivrée en une seule fraction par un faisceau direct et en utilisant différents types de rayonnements.

En post-opératoire

Elles font appel à la curiethérapie interstitielle à bas débit (BDD) ou à haut débit (HDD). De fins tubes plastiques sont tout d'abord placés dans le tissu mammaire près de la tumeur afin de guider les produits radioactifs vers la zone malade. Des petites pastilles, contenant la substance radioactive, appelée iridium 192, sont alors insérées dans ces tubes et enlevées au bout de quelques jours.
La dose totale en BDD3 est de 50 à 55 Gy. Elle est de 34 à 38 Gy en HDD, soit 8 à 10 fractions, à raison de deux séances, espacées de 6 heures, par jour.
Maintenant, on peut aussi utiliser un dispositif avec ballonnet, appelé Mammosite™. Une source d’iridium 192 à HDD est projetée à travers le cathéter puis positionnée au centre du ballonnet pour délivrer en quelques minutes la dose totale à 1 cm autour de la surface du ballonnet.

Les indications possibles

Les critères d’utilisation sont actuellement, un âge supérieur à 50 ans, une tumeur de moins de 2 cm et une forme histologique de cancer canalaire invasif, un curage ganglionnaire négatif, une cavité opératoire supérieure à 3 cm. Des essais thérapeutiques en cours devraient apporter plus d'informations à ce sujet au cours des prochaines années.

Autres modalités d'application

Radiothérapie partielle accélérée

Cette technique consiste à irradier une partie seulement du sein, contenant l’ancienne zone tumorale.

Du fait de la réduction du volume irradié, une accélération du traitement est possible (la dose journalière dépassant 2 Gy).

Il semble qu'avec un suivi médian de 5 ans qu'il n'y ai pas de différence de survie globale, ni de survie sans récidive et les résultats cosmétiques semblent meilleurs.

Offrant des résultats carcinologiques similaires (sous réserve d’un recul encore insuffisant), l’irradiation partielle accélérée pourrait permettre de diminuer les doses délivrées au cœur.

La radiothérapie per-opératoire (consistant à délivrer une forte dose sur le lieu tumoral immédiatement après son excision) est encore à l’étude.

Radiothérapie hypofractionnée

Une étude récente publiée dans la revue britannique The Lancet 2020;395(10237):1613-26 a montré qu'une radiothérapie hypo-fractionnée, 26 Gy en 5 fractions sur une semaine était non inférieure à une radiothérapie standard (40 Gy en 15 fractions sur 3 semaines) en termes de contrôle local et impact sur les tissus sains chez des patientes présentant un cancer du sein à un stade précoce recevant une chimiothérapie adjuvante.

 

La protonthérapie

Plusieurs études ont évalué cette technique dans les irradiations de sein gauches, avec ou sans aires ganglionnaires associées pour éviter une toxicité cardiaque.

De fait, les caractéristiques physiques des protons permettent une chute rapide de la dose délivrée, grâce à un étalement du pic de Bragg.

La protonthérapie permettrait de réduire la dose moyenne cardiaque (maximale à 3 Gy dans les irradiations locorégionales) sans majoration des volumes cardiaques irradiés à faibles doses (volume maximal recevant 5 Gy à 8 %)

Mise à jour

22 mai 2020