Les nouveautés techniques

Les nouveaux moyens de diagnostic

Des études sont en cours pour optimiser le dépistage des cancers à leur stade initial. Ces techniques consistent à colorer la paroi de l’estomac lors d’une fibroscopie.
Deux techniques sont en cours de validation. La première technique utilise un colorant (indigo-carmin) déposé sur la paroi, la seconde méthode fait appel à une injection de fluorescéine qui est détectée en lumière ultraviolette.

L’éradication de l’infection à //Hélicobacter pylori//

Des recherches sont en cours pour évaluer l’efficacité de l’éradication de l’Hélicobacter pylori. Pour ce faire, différents traitements antibiotiques sont étudiés. De plus, un vaccin est en cours d’évaluation. L’éradication de cette bactérie pourrait faire encore diminuer la fréquence du cancer de l’estomac.

Les nouveautés en chirurgie

Parmi, les progrès récents, on peut citer :

  • L’amélioration des techniques de recherche du ganglion sentinelle devrait déboucher sur une optimisation des curages ganglionnaires et les rendre plus efficaces.
  • Les résections plus limitées de l’estomac ont pour but de diminuer les effets secondaires de la chirurgie et d’améliorer la qualité de vie, tout en gardant l’efficacité de l’opération.
  • La résection de certaines tumeurs limitées par voie endoscopique est en cours de validation, ainsi que le curage ganglionnaire.
  • Les techniques de reconstruction de l’estomac permettent, dorénavant, d’éviter le reflux des aliments vers l’œsophage, la malabsorption et la perte de poids.


Les lasers à colorant

Cette technique utilise la photochimiothérapie.

L’hématoporphyrine (HPP) a une forte affinité pour les tissus dont les cellules se divisent beaucoup. On parle de fort index mitotique. Le colorant est administré au malade avant que le tissu tumoral ayant capté l’HPP ne soit soumis à l’irradiation d’un laser produisant un rayonnement dans le rouge avec longueur d’onde de 630 nm. Cette irradiation entraîne des réactions de photosensibilisation. Elles produisent des métabolites toxiques qui, pour les cellules ayant absorbé l’HPP, provoquent leur destruction. Cette méthode prometteuse est actuellement testée dans les cancers de l’estomac et du bas œsophage

Mise à jour

19 mars 2013