Les facteurs constitutionnels

L'HÉRÉDITÉ

LES FORMES SPORADIQUES

Elles représentent la grande majorité des cas.

LES FORMES AVEC ASSOCIATION FAMILIALE

Il s'agit de familles dans lesquelles ont retrouve des cancers de l’endomètre. Elles représentent environ 15 à plus de 30 % des cas.

Les formes avec prédisposition génétique majeure

Elles sont beaucoup plus rares et les spécialistes estiment l’incidence à moins de 5 % des cas.  La transmission est soit monogénique soit autosomale dominante.

Le syndrome HNPCC ou syndrome de Lynch I (hMLH 1 et h MSH 2 )

Ce syndrome associe un cancer du côlon à un risque plus élevé de cancers l'endomètre, de l'ovaire et des voies biliaires ou urinaires.
Le syndrome de Lynch est responsable de 6 % des cancers de l’endomètre. le cancer de l'endomètre peut être révélateur de la maladie.

Facteurs de risque génétiques des cancers de l’endomètre

Formes héréditaires
(prédisposition génétique majeure)
Facteurs de susceptibilité génétique
(facteurs mineurs de prédisposition génétique)
  • Syndrome de Lynch (HNPCC)
  • Maladie de Cowden
  • Mutations constitutionnelles du gène POLD1
  • Polymorphismes dans différents gènes, identifiés dans le cadre d’études pangénomiques
  • Association possible de plusieurs polymorphismes et interaction avec des facteurs d’environnement
  • Rendant compte de certaines agrégations familiales « non syndromiques »

 

 

LES FACTEURS DE RISQUE RECONNUS

LA RACE

Le cancer de l’endomètre est plus commun chez les femmes noires américaines que chez les femmes blanches ou asiatiques. La raison de ce risque accru est inconnue. Aucune autre différence raciale n'a été notée dans les autres types de cancer de l’endomètre.

L'AGE

Le cancer de l’endomètre de l'utérus a tendance à se développer chez les femmes après la ménopause.
Chez femmes plus jeunes, le risque est beaucoup plus faible (5 % des cancers de l'endomètre).

Des réponses à certaines de vos interrogations...

Je suis seule a être atteinte d'un cancer de l'endomètre,
Quel risque pour les autres femmes de la famille ?
Des femmes dans ma famille ont eu un cancer de l'endomètre,
S’agit-il d’un cancer héréditaire ?
  • Pas d’augmentation notable du risque, si absence de mutation MMR
  • En pratique : surveillance accrue par votre gynécologue
  • Augmentation du risque, si votre mère a eu un cancer de l’endomètre et/ou en cas d’association avec un cancer colorectal non polyposique HNPCC
  • En pratique, prévoyez une consultation d’oncogénétique

 

 

 

Mise à jour

18 avril 2016