Les antalgiques de niveau II

Ils sont recommandés pour traiter les douleurs d’intensité modérée

Ce sont des opioïdes faibles recommandés pour traiter les douleurs d’intensité modérée, correspondant, sur une échelle visuelle (EVA), à des valeurs comprises entre 4 et 7.

LA CODÉINE et le phosphate de codéine

EN PRATIQUE...

Ils sont prescrits à la dose de 30 à 60 mg toutes les 4 ou 6 heures. En fait, si ces médicaments sont largement proposés sous cette forme outre-Atlantique, les associations utilisant de faible dose de codéine, sont préférées en France.

  • La dihydrocodéine, n’est disponible en France qu’en présentation à libération prolongée couvrant 12 heures (Dicodin LP TM ) et à la posologie de deux comprimés dosés à 60 mg par jour.
  • La codéine existe sous forme de sirop pour les enfants (Codenfan™). La posologie est de 3 mg/kg/j en 4 à 6 prises, soit 1 mg/kg/prise toutes les 6 heures (sans dépasser 1 mg/kg/prise x 6 fois/j)

La codéine n'induit que peu de dépendance et d'accoutumance. Il est utile de prévenir la constipation qui est un des effets secondaires le plus fréquent.
Environ 10 % des patients ne répondent pas à la codéine.

LES ASSOCIATIONS

La codéine peut être associée à d’autres médicaments antalgiques sous forme d’une association fixe qui peuvent potentialiser son efficacité, comme, par exemple :

  • La  Viscéralgine Forte™  associant 20 mg de codéine et 500 mg de noramidopyrine, un antispamodique
  • Des associations contenant du paracétamol
    • L'Algisédal™ : 25 mg de codéine et 400 mg de paracétamol
    • L'Efferalgan Codéine™ : 30 mg de codéine et 500 mg de paracétamol
    • Le Co-Doliprane™ : 20 mg de codéine et 400 mg de paracétamol
    • L'Oralgan™ : 25 mg de codéine et 300 mg de paracétamol
    • La Véganine™ : 20 mg de codéine et 500 mg de paracétamol, 500 mg d'aspirine

LA POUDRE ET EXTRAIT D’OPIUM

Des médicaments contenant de la morphine ou de l'opium-base peuvent être utilisés. Les principaux produits sont :

  • La Lamaline™ : extrait d'opium 15mg soit (3 mg de morphine) et paracétamol
  • Le Supposédol™ : extrait d'opium 22mg (soit 4mg de morphine), scopolamine et adrénaline
  • La Spasmalgine™ : extrait d'opium 10 mg (soit 5 mg de morphine), papavérine et atropine
  • Le Sédol™ : chlorhydrate de morphine et 6,6 mg et scopolamine

LE TRAMADOL

EN BREF

Cette molécule analgésique est classée au niveau 2 de l’OMS. Sa puissance analgésique est d’environ un quart à un tiers de celle de la morphine.
Sur le plan pharmacologique, elle possède à la fois

  • Des propriétés morphiniques, avec une forte affinité pour les récepteurs morphiniques (µ)
  • Une action au niveau des voies descendantes inhibitrices
  • Une  action sur la recapture de la noradrénaline et la libération de la sérotonine. 

Son administration

Il existe trois types de formes pharmaceutiques, actives par voie orale

  • Les formes à libération immédiate, dosées à 50 mg, à prendre toutes les 6 heures
    • Contramal™ ou Topalgic™, sous forme de gélules
    • Zumalgic™ ou Prédalgic™, en  comprimés effervescents
  • Les formes à libération prolongée, dosées à 100, 150, 200 mg, à prendre toutes les 12 heures
    • Contramal™ ou Topalgic™, sous forme de comprimés
    • Zamudol™, sous forme de gélules
  • Les associant 37,5 mg de tramadol et 325 mg de paracétamol comme l'Ixprim TM , le Zaldiar™


LE TAPENTADOL (PALEXIA/NUCYNTA™)

C'est une molécule appartenant à la même famille pharmacologique.
Ce médicament est indiqué pour le traitement des douleurs aiguës modérées à sévères qui ne peuvent être correctement traitées que par des antalgiques opioïdes.
La posologie doit être adaptée à l'intensité de la douleur, au traitement antalgique pris antérieurement. La dose initiale est de 50 mg qui peut être renouvelée toutes les 4 à 6 heures.

LA NALBUPHINE

La nalbuphine est un antalgique actif par voie orale. Il appartient à la classe des analgésiques de palier 2.

Sur un plan pharmacologique, c'est un agoniste des récepteurs µ et un antagoniste des récepteur kappa.
Cette molécule a peu d’effet dépressif sur l'appareil respiratoire et cardiovasculaire, peu d’effets digestifs et moins de myosis qu’avec la morphine. En revanche, il y a plus de dysphorie.
La dose équi-analgésique est de  20 mg nalbuphine = 10 mg morphine.
Elle possède un effet plafond compris entre 0,3 et 1 mg/kg/dose.

La dose habituelle est de 10 à 20 mg par voie intraveineuse (IV), intramusculaire (IM) ou sous-cutanée (s.c.). Elle peut être renouvelée, si nécessaire, toutes les 3 à 6 heures.

Mise à jour

29 avril 2020