En immunothérapie

Des nouveautés pour les formes dites triples négative

Pour les stades localisés (II et III)

L’adjonction du carboplatine à la chimiothérapie, comprenant anthracyclines et taxanes (FEC), augmente la survie sans rechute à près de 80 % et l'ajout d'un inhibiteur de checkpoint immunologique (immunothérapie ciblée - pembrolizumab), permet, elle aussi, d'augmenter le taux de survie sans rechute

En première ligne métastatique

Si les tumeurs surexpriment le récepteur du ligand de mort programmée PDL-1, l’adjonction de pembrolizumab à la chimiothérapie conventionnelle permet d’augmenter la survie globale
En cas de mutations BRCA1 ou BRCA2 souvent associées aux formes triples négatives, les inhibiteurs de l’enzyme PARP1, impliquée dans la réparation des cassures simple brin de l’ADN, l’olaparib, inhibiteur oral de PARP1, permet une augmentation de la survie sans rechute.

UN CHAMP IMPORTANT DE RECHERCHES....

GLOBALEMENT..

Ces médicaments stimulent le système de défense (immunostimulants) est une option thérapeutique possible. L’utilisation de cette approche, dans le traitement du cancer du sein, fait aussi l’objet de nombreux essais thérapeutiques à travers le monde.
Ils sont fabriqués pour guider les cellules du système immunitaire, sont, aussi, en cours d'expérimentation.
Les inhibiteurs des  point de contrôle comme les antiPD1 et les anti-PDL1 font l'objet de nombreuses dans le traitement de certains cancers du sein.

LE TECENTRIQ™

Son mode d'action

L'atezolizumab est un anticorps monoclonal humanisé qui se lie directement à PD-L1 et assure un double blocage des récepteurs PD-1 et B7.1, empêchant l’inhibition de la réponse immunitaire médiée par PD-L1/PD-1 et réactivant la réponse immunitaire antitumorale sans induire de cytotoxicité cellulaire anticorps-dépendante.

Son indication dans le traitement du cancer du sein

L'atézolizumab est maintenant homologué, en association au nab-paclitaxel, pour le traitement des cancers du sein triple négatifs localement avancés non résécables ou métastatiques, dont les tumeurs présentent une expression de PD-L1 ≥ 1 % et n’ayant pas précédemment reçu de chimiothérapie en situation métastatique.
La dose recommandée est de 840 mg administrée par perfusion intraveineuse, suivie de 100 mg/m² de nab-paclitaxel. Pour chaque cycle de 28 jours, il est administré aux jours 1 et 15, et le nab-paclitaxel est administré aux jours 1, 8 et 15.

mise à jour

19 novembre 2021