Les causes environnementales

Les facteurs modifiables...

Le rapport sur les causes de cancer en France rédigé conjointement par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), les académies de médecine et des sciences et la Fédération des Centres de Lutte Contre le Cancer a conclu que la mortalité par cancer est due pour :

  • 24 % au tabac (H : 33 – F : 9)- première cause de cancer en France
  • 7 % à l’alcool (H : 9,4 – F : 3)
  • 3 % au surpoids et à l’insuffisance d’exercice physique (H : 1,6 – F : 5,5)
  • 2 % aux cancers professionnels (H : 3,7 – F : 0,5)
  • 0, 2 à 1 % à la pollution selon que l’on tient compte uniquement des facteurs cancérogènes établis ou qu’on y ajoute les cancérogènes probables.

 

Au total, ces facteurs rendent compte d’environ la moitié des cancers de l’homme et d’environ le quart des cancers de la femme...

(Source : P. Boffetta, M. Tubiana, C. Hill, M. Boniol, A. Aurengo and R. Masse et al., The causes of cancer in France, Ann Oncol 20 (2009), pp. 550–555)

Causes selon IARC (2007) et fraction à l'origine d'un cancer..

Causes (IARC 2007)Fraction attribuableNombre de cancers
Tabac 18.2% 50 600
Radon chez les fumeurs 9.3% 2600
Alcool 8.1% 22 700
Infections 3.3% 9100
Inactivité physique 2.3% 6300
Traitements hormonaux 2.1% 5800
UV 2% 5600
Expositions professionnelles 1.6% 4300
Radon chez les non humeurs 2.8% 800
Polluants 0.1% 300

 

L'ALIMENTATION & LE MODE DE VIE

LES FACTEURS FAVORISANTS

Certaines caractéristiques de comportement, liées aux habitudes en particulier alimentaires, sont des facteurs importants dans le développement d’un cancer. Les facteurs suivants augmentent significativement le risque de développer certains types de cancers.

L'ALCOOL

L'alcool est la deuxième cause de cancer en France.
La consommation d'alcool est en baisse. La population buvait 36 verres par adulte de 15 ans et plus par semaine en 1950, elle n’en boit plus que 18 en 2015 ; ceci reste néanmoins largement au-dessus de la recommandation de ne pas dépasser 11 verres par semaine qui est le seuil au-delà duquel les effets nocifs l’emportent sur les effets bénéfiques.
Cette consommation est aujourd'hui de 25,4 g d'alcool par adulte et par jour (ou 2,54 verres de boisson alcoolisée servis dans un bar ou un café). On estime qu'environ deux hommes sur trois et une femme sur trois boivent régulièrement.
La consommation d’alcool potentialisée par le tabagisme augmente le risque de cancer, même à dose modérée.

D'AUTRES FACTEURS

Les graisses


Les alimentations riches en graisse saturées, marqueurs de l'alimentation occidentale.
La consommation de graisses est également associée à un risque accru de cancer. Différentes études ont montré une relation positive étroite entre les apports lipidiques journaliers et la mortalité par cancer du sein.
L'augmentation de la consommation lipidique expliquerait l'augmentation récente du cancer du colon et du cancer de la prostate au Japon.
La consommation de graisses saturées et tout particulièrement de viande rouge est également associée au risque de cancer du côlon mais les études cas-témoins ou de cohorte sont souvent contradictoires

Les aliments

Certains xénobiotiques ou des traces de produits phytosanitaires ou de pesticides ont été associés à une élévation du risque de cancer.
La contamination des aliments par des saprophytes, comme l'aflatoxine produite par un parasite végétal de la cacahuète, est impliquée dans le cancer du foie. La fumosimine du maïs est associée au cancer de l'œsophage.
Lorsqu'ils sont altérés par les procédés de conservation. La salaison ou fumage es associée au cancer de l'estomac. La cuisson à très haute température (barbecue) est impliquée dans certains cancers.

L'OBÉSITÉ

CE QUE NOUS SAVONS...

 

Il était connu que le risque de développer un cancer du sein après la ménopause, un cancer de la vésicule biliaire, un cancer de l’endomètre ou un cancer du rein était associé à l’obésité. On estimait alors qu’environ 6 % de cancers chez la femme était attribuables au surpoids ou à l’obésité. L’étude « Million Women Study », publiée récemment dans la revue britannique « British Medical Journal » a confirmé ces résultats. Un excès de poids, chez la femme, est associé à une augmentation du risque relatif de développer la maladie.

 

Localisation

Augmentation du risque relatif

Intervalle de confiance 95%

Adénocarcinome de l’œsophage

Cancer de l’endomètre

Cancer du rein

Myélome multiple et leucémies

2,2

2,5

1,6

1,6

[1,4 à 3,6] 

[1,8 à 3,4]

[1,3 à 2,1]

[1,1 à 2,1]

 

POURQUOI ?

 Deux explications sont habituellement avancées. Le tissu adipeux, d’une part, contient un grand nombre de cellules souches, d’autre part, il possède une fonction endocrine, comme, par exemple la production d’œstrogènes.

Le diabète

UN RISQUE CONFIRMÉ...

Une étude récente publiée par la revue Diabetes Care (2012;35:1835-44) à partir d'une cohorte prospective portant sur 1 053 831 participants (467 143 hommes et 586.688 femmes) et comprenant  5 % de diabétiques (26 565 hommes et 26.090 femmes) suivis sur 26 ans a confirmé que le diabète était un facteur de risque de développer un cancer par rapport à la population non-diabétique.

SELON LE SEXE...


Chez les femmes, le diabète est associé à une augmentation significative du risque relatif de décès par cancer :

  • Du foie de 40 % (intervalle de confiance de 5 à 86 %)
  • Du pancréas de 31 % (14 à 51 %)
  • De l’endomètre de 33 % (8 à 65 %)
  • Du côlon de 18 % (4 à 33 %)
  • Du sein de 16 % (3 à 29 %)

 

Chez les hommes, le diabète est associé à  à une augmentation significative du risque relatif de décès par cancer :

  • Du sein : 420 % (220 à 80 %)
  • Du foie : 226 % (89 à 270 %)
  • De la sphère ORL 44 % (7 à 94 %)
  • Du pancréas 40 % (23 à 59 %)
  • De la vessie 22 % (1 à 47)
  • Du côlon 5 % (3 à 29%

LES FACTEURS TOXIQUES

De nombreuses substances toxiques ont été incriminées dans la genèse de certains cancers, comme :

  • Le tabac est en cause dans la genèse des cancers du poumon, de la vessie, du pancréas, du rein, de l’estomac, du col de l’utérus.
  • La consommation de tabac en association avec l’alcool est à l’origine de certains cancers du larynx, du pharynx, de la bouche et de l’œsophage.
  • Les colorants sont impliqués dans la genèse des cancers de la vessie.
  • La suie et les goudrons sont à l’origine de cancers du poumon.
  • L’exposition aux fibres d’amiante est en cause dans le développement des mésothéliomes et de cancers du poumon.
  • L’aflatoxine est incriminée dans le cancer du foie.
  • Les pesticides
    • Avérés (Groupe 1) : lindane
    • Probables (Groupe 2A)
      • DDT
      • Diazinon
      • Malathion
      • Glyphosate

La maxime de Paracelse reprise par Claude Bernard...

« Tout est poison, rien n’est poison, tout est question de dose »

LES CANCERS PROFESSIONNELS

LE CONTEXTE

Il existe un certain nombre de substances considérées comme des cancérogènes certains pour l’homme. Ces substances appartiennent au Groupe 1 défini par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de Lyon.

Les substances du Groupe 1 peuvent être, soit inscrites dans un des tableaux des maladies professionnelles, soit relever du système complémentaire.

LES TABLEAUX ... 

Une liste spécifique de cancérogènes correspond à une localisation de cancer précise. Le tableau ci-dessous donne une liste des principaux cancers professionnels. On trouvera une liste, plus précise, de ces produits cancérogènes dans les différents chapitres consacrés aux cancers professionnels.

 @ Les différents tableaux des cancers professionnels sont présentés dans un chapitre spécifique CANCERS PROFESSIONNELS 

Exemples de maladies professionnelles

 

 Métiers 

 Cancérogènes

 Tumeurs

Colorants, caoutchouc

Amines aromatiques

Vessie

Industrie chimique

Benzène

Leucémies
Syndromes myéloprolifératifs

Industrie de l'amiante (asbeste)

Asbestose

Mésothéliome

Industrie du Cadmium

Cadmium

Prostate

Industrie chimique

Chrome

Bronches, Poumons

Industrie chimique

Produits nitrosés

Glioblastome

Mines

Oxyde de fer

Bronches, Poumons

Divers métiers

Nickel

Sinus de la face,
Bronches

Divers métiers

Arsenic

Peau,
Angiosarcome du foie,
Poumons

Industrie du plastique

Chlorure de vinyle

Angiosarcome du foie

Sujets soumis aux radiations

Irradiation

Poumons,
Leucémies,
Sarcomes osseux

Charbon, Asphalte, Pétrole

Hydrocarbones polycycliques

Peau,
Poumons,
Vessie

Fermiers, Marins

UV (rayons ultra violet)

Peau,
Lèvres

Travail du bois, cuir

Tanins

Sinus nasal,
Ethmoïde

 

Classification de l'IARC des cancérogènes

Groupe
IARC

Caractéristiques
1

Indications suffisantes de cancérogénicité pour l'homme
Cancérogène pour l'homme : 118 agents

2 A Indications limitées de cancérogénicité chez l'homme et suffisantes chez l'animal.
Probablement cancérogène pour l'homme : 79  
2 B Forme 1 : Indications limitées de cancérogénicité chez l'homme et insuffisantes chez l'animal.
Forme 2 : Indications insuffisantes chez l'homme et suffisantes chez l'animal.
Possiblement cancérogène pour l'homme : 290  
3 Indications insuffisantes chez l'homme et insuffisantes ou limitées chez l'animal
Non classifiable : 501
4

Indications suggérant une absence de cancérogénicité chez l'homme et chez l'animal de laboratoire
Probablement pas cancérogène : le caprolactame

 

Mise à jour

23 octobre 2020