Les Inhibiteurs du RET

L'oncogène RET

L'ONCOGENE RET

Depuis sa découverte en 1985, l'oncogène RET a été reconnu comme une cible importante pour le traitement de certains cancers.
C'est aussi un récepteur à tyrosine-kinase transmembranaire.
Il est nécessaire au développement, la maturation et le maintien de nombreux tissus et types cellulaires (rein, cellules souches spermatiques, neurones,…). Il contribue à l'activation des voies de signalisation intra-cellulaire : RAS-MAPK, JAK-STAT, PI3K-AKT, PKC,…

LES ALTERATIONS DE L'ONCOGENE RET

Des altération du RET sont retrouvées dans les carcinomes médullaires de la thyroïde et le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC). Les plus fréquentes sont les mutations, les fusions et les amplifications. Ces anomalies au niveau de RET sont rares et retrouvées dans seulement 2 % des CBNPC. Encore plus rarement, des anomalies sont identifiées dans d'autres tumeurs plus rares.
De ce fait, l'oncogène RET est considéré comme une cible thérapeutique intéressante...

LE RETEVMO™

Le selpercatinib est un inhibiteur de la tyrosine kinase RET codée par le proto-oncogène RET. Ce médicament est maintenant homologué en monothérapie dans le traitement du

  • Cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé présentant une fusion du gène RET, qui nécessitent un traitement systémique après un traitement antérieur par immunothérapie et/ou chimiothérapie à base de platine
  • Cancer de la thyroïde avancé présentant une fusion du gène RET, qui nécessitent un traitement systémique après un traitement antérieur par sorafénib et/ou lenvatinib.

Il actif par voie orale (gélules à 20 et 80 mg et suspension buvable dosée à 20 mg/mL).

LE PRALSETINIB

Cet inhibiteur spécifique du RET Est en cours d'homologation pour le traitement des cancers du poumon non à petites cellules (CBNPC) métastatiques avec fusion de RET après échec d’une chimiothérapie à base de sels de platine.

Les inhibiteurs multikinases

Pour les cancers de la tyroïde

Le Carbometyx™ (cabozantinib) cible le VEGFR, le MET, et le RET.
Le Caprelsa™ (vandetanib) cible le VEGFR, l'EGFR et le RET.
Le Lenvima™ (lenvatinib) inhibe la tyrosine kinase du VEGFR, du  FGFR, du RET, du PDGFR et du Kit. 

Pour d'autres indications

Le Stivarga™ (regorafenib) inhibe le VEGFR le Kit, le RET, et les RAF-kinase. Il est homologué pour le traitement de certains cancers du côlon, du foie et le Gist.

Mise à jour

22 mai 2021