Le bilan initial

LA CONSULTATION INITIALE CHEZ LE SPÉCIALISTE

La première étape de l'évaluation consiste en un recensement complet des antécédents médicaux et l'examen clinique.

Votre passé médical

Le médecin vous demandera de préciser les symptômes que vous ressentez. Il vous interrogera sur votre passé médical et sur tous vos autres problèmes de santé. Il s'informera sur les facteurs de risques de maladies bénignes ou malignes de l’œsophage. Par exemple, le médecin s’enquiert de savoir si vous avez été traité pour un cancer ORL ou du poumon ou si vous avez eu une radiothérapie du thorax pour un cancer du sein ou une maladie de Hodgkin, si vous avez été traité pour un œsophage de Barrett.

L’examen clinique

Il est approfondi pour rechercher toutes anomalies du cou et de l’abdomen. Seront particulièrement recherchés, une zone douloureuse, une augmentation du volume du foie, d’éventuels signes de jaunisse et la présence de liquide dans l’abdomen (ascite). Les ganglions lymphatiques situés au-dessus de la clavicule seront palpés.
Tout développement ou induration de ces ganglions lymphatiques peut donner des informations précises sur l'extension du cancer en dehors de l’œsophage.

Les examens de départ

LES EXAMENS BIOLOGIQUES

Les examens de laboratoire de base comprennent une analyse de sang comprenant une numération formule sanguine (NFS) afin de rechercher la présence d’une anémie.
Un test de recherche de sang dans les selles (Hemoccult-II™) afin de déceler des quantités microscopiques de sang est pratiqué.

LA FIBROSCOPIE

Pourquoi ?

C’est le principal examen permettant d’évoquer le diagnostic. L’examen consiste à introduire dans l’œsophage un tube fin et souple muni d’un système optique et d’une lumière.

Que voit-on ?

Quand il est vu au moyen d’un endoscope, le cancer de l’œsophage peut apparaître comme un ulcère ou comme une masse bourgeonnante ou encore comme une zone muqueuse plate infiltrée. Si des anormalités sont constatées directement ou après coloration (bleu de Toluidine, Lugol), une biopsie (prélèvement d’un échantillon de tissu) peut être réalisée en utilisant des instruments opérant à travers l’endoscope. Les échantillons de tissu seront ensuite examinés sous le microscope afin de voir s’il s’agit d’un cancer ou non, et, si c’est le cas, de quel type de cancer il s’agit.

En pratique…

C’est un examen qui peut se pratiquer sans être hospitalisé, mais vous ne pourrez pas conduire pour rentrer chez vous. L’examen dure environ 15 minutes. Il y a quelques précautions à prendre. Il faut être strictement à jeun, sans manger, ni boire, ni fumer six heures avant l’examen. En cas de biopsie, les traitements comme l’aspirine, le Ticlid™, le Plavix™ ou les anticoagulants seront arrêtés 24 heures avant l’examen.
Pendant que vous serez légèrement endormi (injection d’un léger sédatif), vous serez allongé sur le côté. Le médecin introduira par la bouche un fibroscope (mince tube flexible) portant une lampe à son extrémité. Cet instrument permet au médecin de visualiser la paroi interne de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum (partie haute de l’intestin grêle).
La fibroscopie n’est pas un examen douloureux mais est simplement désagréable lors du passage du fibroscope dans le nez et/ou dans l’arrière gorge.
Dans certains cas, un traitement sédatif peut être administré avant l’examen. Un gel, anesthésiant le fond de la gorge, est appliqué (par gargarisme). Son effet dure une quinzaine de minutes.
Il faut savoir que de petits saignements sont parfois observés après des biopsies, dans les 24 heures suivant l’examen.

LE TRANSIT ŒSOPHAGIEN

Cet examen est réalisé après la fibroscopie. Le patient boit un produit contenant de la baryte. La baryte est opaque aux rayons X et permet de visualiser l'intérieur des organes examinés. La baryte tapisse la paroi de l’œsophage et permet un examen dynamique. En cas de lésion, cet examen permet d’apprécier le degré de rétrécissement de l’œsophage.

Le cas échéant, peut-on vous opérer en toute sécurité ?

Si une opération est envisagée, un bilan de santé général, nutritionnel et bucco-dentaire approfondit s’imposent. De plus le bilan de santé portera en priorité sur le fonctionnement de certains organes.

LE FOIE

Des examens rechercheront des maladies du foie comme une cirrhose ou une hépatite chronique (B ou C). Les fonctions hépatiques seront explorées par des examens de sang : TP, étude des protéines du sang comme la recherche d’un bloc bêta/gamma, tests hépatiques comme les transaminases, gamma-GT.

LES POUMONS

En raison de la situation anatomique de l’œsophage, une chirurgie oblige assez souvent à passer par le thorax. De ce fait, il est important de connaître la fonction respiratoire. Celle-ci sera appréciée par des épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) et la mesure des gaz du sang.

LE SCORE D’OPÉRABILITÉ

Si l'état physiologique permet d'envisager un traitement carcinologique, alors le bilan d'extension de la maladie est justifié. Ce bilan sera au mieux adapté aux possibilités thérapeutiques envisagées.

Le bilan d’opérabilité

  • Bilan nutritionnel : mesure de l'index de masse corporelle (IMC) > 18,5, protidémie, albumine sérique
  • NFS, plaquettes
  • Bilan des fonctions hépatiques : taux de prothrombine (TP), transaminases (ASAT, ALAT), phosphatases alcalines, γ-GT, bilirubine totale
  • Bilan de la fonction rénale : créatinémie
  • Bilan cardiaque : ECG
  • Fonction respiratoire : mesure du volume expiratoire maximal par seconde (VEMS), gazométrie artérielle

Mise à jour

30 septembre 2009