Les signes & les symptômes

Une masse non douloureuse qui grossie...

Les symptômes et les signes cliniques des tumeurs des tissus mous sont peu évocateurs de la nature de la lésion.
En général, il s'agit d'une masse,
découverte par le malade lui-même, non douloureuse, augmentant rapidement de volume, plus ou moins volumineuse.
Parfois, il existe des douleurs à type de paresthésies. Plus rarement, c'est la découverte d'un ganglion qui amène au diagnostic.
Beaucoup plus rarement, elle est découverte de manière fortuite, à l’occasion d’un examen complémentaire, comme une échographie ou un scanner.

Il faut consulter si...

  • Une masse fait > 5 cm (taille de balle de golf)
  • Si elle siège à la cuisse ( siège le plus courant de STM)
  • Une tumeur devient douloureuse
  • Une tumeur augmente la taille
  • Une masse profonde d’un muscle, quelque soit sa taille
  • Une récidive après excision d’une masse

Plus rarement…

Des douleurs ou des signes fonctionnels de type compressifs peuvent parfois être le facteur de découverte.
En fonction de la localisation de la tumeur, des signes spécifiques peuvent être rencontrés comme :

  • Une diminution de la force musculaire
  • Des troubles sensitifs des extrémités
  • Un œdème
  • Des troubles urinaires, en cas de localisation abdominale de la tumeur

POINTS IMPORTANTS

LE SIÈGE DE LA TUMEUR

Il est évocateur car dans 2 cas sur 3, la tumeur affecte un membre. De plus, les trois quarts des sarcomes affectent les membres inférieurs et le tronc, en particulier le rétropéritoine. Les localisations les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Le membre inférieur et la hanche : 40 %
  • Le membre supérieur et l'épaule : 20 %
  • L'abdomen : 20 %
  • Le tronc : 10 %
  • La tête et le cou : 10 %

 

LA CROISSANCE DE LA TUMEUR

Elle varie en fonction de l’agressivité du sarcome. Les tumeurs de bas grade peuvent évoluer sur de très longues périodes et être prises, pour des tumeurs bénignes, en particulier s’il s’agit de lipome.A l’inverse, l'aspect infiltrant et l'évolution plus ou moins rapide du volume tumoral ne possèdent pas de valeur formelle de malignité ou de bénignité.

Mise à jour

7 octobre 2009