Les objectifs

Cinq situations redevables d'un traitement chirurgical

POUR GUÉRIR

Définition

C’est une chirurgie dite en intention de guérir. Elle est définie par l'exérèse de l'ensemble de la tumeur avec une marge de sécurité suffisante, variable selon le type tumoral, et de l'ensemble de la zone adjacente pouvant être envahie par les métastases régionales de la tumeur.
Avec ou sans radiothérapie, l’intervention chirurgicale doit guérir les cancers à faible potentiel métastatique ou les tumeurs pour lesquelles, actuellement, les traitements médicaux n’ont pas fait preuve de leur efficacité.


La chirurgie radicale intégrée dans un plan thérapeutique

La chimiothérapie peut être le premier traitement avant la chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante ou de première intention) chaque fois que :

  • La tumeur est en poussée évolutive
  • Le traitement médical préalable permettra une meilleure exérèse moins mutilante d’une volumineuse tumeur (cancer de la vessie, du sein, ORL, de l’œsophage, etc.).

 

POUR RÉDUIRE LA MASSE TUMORALE (CYTO-RÉDUCTION)

Elle s’adresse aux tumeurs chimiosensibles pour lesquelles le volume et/ou la diffusion métastatique ne permettent pas une exérèse radicale mais seulement une réduction tumorale maximale. Celle-ci entraîne le phénomène de recrutement cellulaire nécessaire à une activité optimale des traitements cytotoxiques.
Elle s’applique essentiellement aux cancers épithéliaux de l’ovaire et aux cancers non séminomateux du testicule.

POUR AMÉLIORER LES SYMPTÔMES

Elle comme objectif d’améliorer le confort et parfois la survie des malades. Il peut s’agir de techniques de dérivation permettant la progression du bol alimentaire, de la bile ou du liquide céphalospinal (LCS).

POUR DIAGNOSTIQUER

Elle peut être décidée pour affirmer le diagnostic et préciser le stade de la maladie (stadification).

POUR RECONSTRUIRE


Son objectif est de diminuer les séquelles d’une chirurgie mutilante, comme la reconstruction mammaire, après mammectomie ou la pose d’une prothèse du genou après un traitement pour un ostéosarcome.

Les différents types de chirurgie

Chirurgie

Objectifs & caractéristiques

Diagnostique

Prélèvement de tout ou partie de la tumeur permettant de poser ou confirmer le diagnostic par un examen anatomo-pathologique et d’en évaluer le potentiel évolutif

Prophylactique

Intervention sur des lésions bénignes dont le potentiel d'évolution vers des lésions malignes est certain

A visée curative

Exérèse de l’organe ou d'une partie de l'organe qui contient la tumeur et vérification de l’absence d’extension tumorale en bordure de la tumeur (marges de sécurité)
Souvent associée à une exérèse des ganglions (curage) lymphatiques drainant le territoire de la tumeur et dont l’examen histologique permet de déterminer l’extension régionale éventuelle de la tumeur

Des métastases

Exérèse de métastases (hépatiques, pulmonaires,...) pouvant permettre une plus grande efficacité de la chimiothérapie dans un second temps, ou la diminution de symptômes compressifs
Indications limitées à certains cas de cancers

De réduction tumorale

Pour favoriser l'action de la radiothérapie ou de la chimiothérapie, en l'absence de possibilité d'ablation totale de la tumeur
Indications limitées à certains cancers

Réparatrice et reconstructrice

Intervention visant à restituer le fonctionnement d'un organe ou une fonction physiologique, rétablir l'aspect physique, ou atténuer les effets secondaires d'autres traitements

Palliative

Interventions visant par exemple à préserver une fonction vitale affectée par le cancer, consolider un os fragilisé pour éviter une fracture, soulager des douleurs (notamment osseuses) ou agir sur une compression liée à l'extension d'une tumeur

Opérable versus résécable...

Un patient est dit "opérable"

Quand il jouit, malgré son cancer, d’un bon état général qui lui permet d’accéder à une intervention chirurgicale réalisée sous anesthésie.


Une tumeur est dite "résécable" 

Quand elle peut être retirée complètement par chirurgie notamment parce qu’elle est accessible, ou parce qu’elle est suffisamment petite et localisée, ou parce que sa résection (encore appelée exérèse ou ablation) ne compromet pas des organes vitaux.

Mise à jour

15 avril 2020