Le dépistage

Des expériences à l’étranger

AU JAPON ET EN ASIE

Les faits

Dans ces pays, le cancer de l’estomac est cinq fois plus répandu que dans les pays occidentaux, le dépistage systématique organisé de masse, mis en place en 1963 au Japon a contribué à réduire le nombre des décès en permettant la détection de la maladie à un stade précoce.

Le test du pepsinogène
 
C'est un test filtre. La mesure du pepsinogène sanguin et de ses deux fractions, de certaines prostaglandines comme la PGI et le PG2, sont de bons marqueurs pour diagnostiquer les gastrites atrophiques.
Un niveau de pepsinogène I d'au moins 3 fois la normale, soit 70 µg/l ou un rapport pepsinogène I/II < 3 implique la réalisation d'une endoscopie.

La gastrofluororadiographie

Le dépistage organisé débute à partir de 40 ans et consiste en une radio de l’estomac par la technique de gastrofluororadiographie. Si les résultats de ’examen sont positifs ou suspects une fibroscopie est pratiquée avec biopsies des lésions ainsi visualisées.

DANS LES AUTRES PAYS

L’utilité d’un dépistage organisé dans la population générale n’est pas démontrée, car ce cancer est devenu peu courant.

En France

Si vous pensez avoir un ou plusieurs facteurs à risque ou des symptômes évocateurs de la maladie, parlez-en à votre médecin qui vous conseillera les examens de dépistage utiles, comme une fibroscopie digestive.

Mise à jour

4 mai 2010