Epidémiologie

Définition

HISTORIQUEMENT

Le terme métastase, du grec metastasis « je change de place », est apparu au XVIème siècle pour désigner les tumeurs secondaires à une tumeur primitive.
Ce phénomène est individualisé en tant qu’objet de recherche à partir de 1889, date de la publication dans le Lancet 571–573, 1889 par J. Paget de l’hypothèse "seed and soil".

ACTUELLEMENT

Le processus métastatique est défini comme "une dissémination de cellules néoplasiques dans un site secondaire (ou de plus grand ordre) non contigu et distant, au sein duquel ces cellules prolifèrent pour former une masse extra-vasculaire de cellules incomplètement différenciées".

Les métastases osseuses sont fréquentes

POURQUOI ?

Destruction et formation de l'os...

Le tissu osseux qui est un filtre à cellules et est très richement vascularisé, situation propice à une colonisation par les cellules tumorales.
Les lésions osseuses malignes résultent d’un déséquilibre, la destruction étant plus importante que la formation dans l’ostéolyse et inversement dans l’ostéo-condensation.
 Les deux types de lésions coexistent le plus souvent avec prédominance de l’une ou l’autre

Plusieurs types de lésions...

Les métastases osseuses prennent le plus fréquemment un caractère ostéolytique (excès de destruction osseuse), parfois ostéocondensant (excès de formation osseuse) ou mixte.

CE QUE L'ON SAIT...

Souvent dès le diagnostic...

Lors du diagnostic initial de la maladie, on estime qu'environ 20 % des patients présentent déjà une diffusion métastatique d’emblée. Pour les 80 % dont le bilan initial était normal, environ 50 % présenteront avec un délai plus ou moins long, des métastases.
Lors du diagnostic de la maladie, près de 60 % des patients présentent une dissémination métastatique, au moins microscopique qui ne peut, avec les techniques actuelles, être détectée aisément.
C'est la base du rationnel des traitements systémiques adjuvants.

Les mécanismes intimes

Le phénotype des tumeurs à pouvoir métastasiant n’est pas encore connu dans le détails.
Les hypothèses le plus souvent avancées suggèrent l’accumulation au hasard de mutations aboutissant à un phénotype possédant une capacité à métastaser. D’autres facteurs sont aussi importants dans le processus métastatique, comme :

  • L’absence de molécules d'adhésion (intégrines) qui pourrait faciliter la libération de cellules métastatiques à partir de la tumeur initiale
  • La présence de facteurs permettant à la cellule métastatique de survivre dans la circulation lymphatique ou sanguine et de contourner les défenses immunitaires de l’hôte
  • L'existence de facteurs, comme les facteurs angiogéniques, permettant aux cellules de s’implanter dans un site secondaire et de s’y développer pour former la métastase.

 

SITES DES MÉTASTASES OSSEUSES

Un tiers des patients atteints d’un cancer voient se développer des métastases osseuses au cours de leur maladie, dont 70 % au niveau du rachis, principalement thoracique et lombaire. Peuvent, aussi, être touchés, le rachis, le bassin, les côtes, le crâne et les fémurs qui sont des sites métastatiques fréquents.

Dans la plupart des cancers...

COMMENT ?

Les tumeurs osseuses secondaires, ou métastases osseuses sont des tumeurs osseuses les plus fréquentes. Elles correspondent à la localisation et au développement, dans le tissu osseux, de lésions tumorales à partir de cellules ayant migré par voie hématogène ou lymphatique, à partir d’une tumeur primitive.

Pour qu’une lésion secondaire osseuse puisse des développer, il est nécessaire que des cellules de la tumeur primitive aient les propriétés requises pour passer dans la circulation, y survivre, puis trouver des facteurs d’ancrage au niveau osseux et enfin pouvoir s’y développer. Ceci explique que, bien que la quasi-totalité des cancers puissent donner les localisations osseuses secondaires, certains soient plus souvent ostéophiles, comme les tumeurs du sein, de la prostate, de la thyroïde, du poumon et du rein.

QUAND ?

La dissémination osseuse peut précéder ou être contemporaine d’une atteinte viscérale.
Cependant, elle survient, le plus souvent, plusieurs mois ou années qui suivent le traitement du cancer primitif ; les métastases osseuses peuvent, alors, être le mode de découverte initial de la maladie. Dans ce cas, la maladie sera d’emblée généralisée.

QUELLES CONSÉQUENCES ?

Le pronostic d’un cancer avec métastases osseuses reste sombre mais est variable selon la nature de la tumeur primitive.

Les cancers ostéophiles et les autres...

LES SEPT LOCALISATIONS ...

Trois types de cancers dits "ostéophiles"
Ces cancers présentent fréquemment des métastases osseuses, au décours de leur évolution :

  • Le myélome multiple
  • Le cancer du sein
  • La cancer de la prostate

 

Les quatre autres localisations de cancers primitifs
Sont souvent impliquées les localisations suivantes :

  • Le rein
  • Le poumon
  • La thyroïde
  • Le mélanome

 

LES AUTRES CANCERS PRIMITIFS

Elle sont beaucoup plus rarement responsables de métastases osseuses. Il s’agit :

  • Des hémopathies malignes : les lymphomes sont plus rarement métastatiques au niveau osseux que le myélome
  • Des cancers digestifs, surtout le côlon ou le pancréas
  • Les cancers génitaux, testicule, utérus (col et endomètre) et ovaire
  • Les cancers du foie primitifs comme les hépatomes
  • Les cancers de la sphère ORL, larynx, langue et cavum
  • Le sympathoblastome, chez l’enfant

Il faut savoir qu’en dépit d’examens approfondis, dans un quart des cas environ, le cancer primitif n'est pas retrouvé.

CE QUE CONFIRMENT LES GRANDES ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES…

Lors du diagnostic initial du cancer primitif, tous stades confondus, 21 % des cancers du poumon ont des métastases osseuses, 14 % des cancers du rein et seulement 2,5 % des cancers de prostate et 0,5 % des cancers du sein.

Les résultats des études, portant sur de grandes séries, révèlent des métastases osseuses dans :

  • 95 à 100% des myélomes
  • 50 à 80 % des cancers du sein
  • 65 à 75 % des cancers prostatiques
  • 40 à 60 % des cancers de la thyroïde
  • 30 à 40 % des cancers du poumon
  • 20 à 25 % des cancers du rein
  • 30 à 40 % des mélanomes

Cancers & métastases osseuses

LocalisationIncidenceRévélateur de la maladieAspect à la radiographie
Sein 50 à 80 %10 % Lytique ou condensant
Prostate 65 à 75 %30 % Condensant
Thyroïde 40 à 60 %2 % Lytique
Rein 30 à 50 %10 % Lytique
Poumon 30 à 50 %20 % Lytique
Digestif 5 %5% Lytique
Autres  13 % Lytique ou condensant

Les conséquences de la présence de métastases osseuses...

Les conséquences de la présence de métastases osseuses sont reflétées par l’enregistrement des événements squelettiques (Skeletal-related events - SRE) . Il s'agit  :

  • De la douleur, pouvant nécessiter une radiothérapie
  • Des fractures pathologiques
  • Des compressions médullaires avec un risque de paraplégie ou de quadriplégie
  • De l’hypercalcémie
  • D'une chirurgie osseuse, d'une radiothérapie à visée antalgique ou décompressive

 

Quel que soit le type de cancer, les localisations préférentielles sont rachidiennes puis costales puis aux os longs

Les métastases rachidiennes demeurent celles les plus à risque, en nombre, de complications.

Les métastases osseuses, en résumé....

Plus fréquentes des métastases
Plus des deux tiers ont pour origine le cancer du sein, du poumon, de la prostate, du rein, de la thyroïde
Près de moitié des localisations secondaires des cancers chez 30 à 70 % des patients
Sites les plus atteints sont le rachis lombaire et thoracique, le bassin, les côtes, le sternum, les fémurs, les humérus, le crâne

Mise à jour

21 avril 2020