Des complications osseuses

Le contexte

Environ un tiers des patients souffrant d’un cancer de la prostate présentent des métastases, dont 90 % au niveau de l’os, soit plus du tiers des hommes ayant un cancer de la prostate.

Les recommandations actuelles

Pour les patients atteints d’un cancer de la prostate non métastatique qui présentent un risque élevé de fracture et reçoivent un traitement par privation androgénique : envisager l’administration de dénosumab à la posologie indiquée pour l’ostéoporose, afin de réduire le risque de fracture. Lorsque le dénosumab est contre-indiqué ou n’est pas disponible, un bisphosphonate peut être utilisé.
Chez les patients à risque élevé atteints d’une maladie localisée, les bisphosphonates ne sont pas recommandés pour réduire le risque de première métastase osseuse.
Chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) non métastatique, le dénosumab n’est pas recommandé.
Pour les patients atteints d’une maladie métastatique

  • L’acide zolédronique ou le dénosumab sont recommandés pour prévenir ou retarder les événements squelettiques.
  • L'utilisation du radium-223 est une option en cas de maladie symptomatique et des douleurs osseuses, afin de réduire les événements squelettiques symptomatiques et d’améliorer la qualité de vie (QdV) liée à la santé.
  • Le radium-223 est efficace pour améliorer la survie globale

Mise à jour

9 février 2020