Le bilan initial

Les premiers examens complémentaires...

LA FIBROSCOPIE

Le larynx est situé en profondeur dans le cou et il n'est pas facile de l'examiner.
Son examen repose sur la laryngoscopie indirecte au miroir sous un bon éclairage ou, de nos jours, sur un
examen fibroscopique.
Il se pratique en ambulatoire, sans préparation particulière. Le tube flexible, muni d'une fibre optique à son extrémité, est introduit par la bouche ou le nez. Le fibroscope permet de visualiser les différentes zones de la gorge.

LES GANGLIONS

Comme la maladie peut s'étendre aux organes avoisinants, la bouche, le cou et le nez seront aussi minutieusement examinés.

Les ganglions du cou seront recherchés.

LES EXAMENS DE SANG DE ROUTINE

Les examens de laboratoire comprennent une analyse de sang appelée numération formule sanguine (NFS) afin de rechercher la présence d’une anémie. De plus, un bilan des fonctions hépatiques et rénale sera réalisé.

LA PAN-ENDOSCOPIE

L'EXAMEN

C'est une exploration visuelle de la muqueuse de l'ensemble des voies aérienne et digestive supérieures.
Elle comprend un examen de la cavité buccale, une pharyngo-laryngoscopie directe, une œsophagoscopie, ainsi qu'une palpation du cou sous anesthésie générale.
La panendoscopie est effectuée en plusieurs étapes (sphère ORL, parfois bronchoscopie, œsophagoscopie) avec des instruments rigides et flexibles, nécessitant une anesthésie générale.

L'examen de la cavité buccale est effectué avec une lampe frontale et différents écarteurs.
L'examen du pharynx et du pharyngo-larynx est réalisé à l'aide d'un laryngoscope et de différentes optiques, voire du microscope, avec une coloration.

EN PRATIQUE…


Cet examen est réalisé avec un endoscope rigide, au bloc opératoire sous anesthésie générale à l’aide d’un microscope opératoire.
Une consultation d’anesthésie préopératoire est donc indispensable.

Les suites...

Du fait de la position de la tête, vous pouvez présenter des douleurs dans le cou dans les jours qui suivent l’intervention. De plus, compte tenu des instruments utilisés, on peut, très rarement, observer des plaies de la langue, de la lèvre, des gencives.
Le tube étant introduit par voie buccale, une gêne à la déglutition peut persister quelques jours.
Un œdème du larynx, responsable d’une gêne d’une modification transitoire de la voie sont possibles.

Mise à jour

26 novembre 2018