help

La radiothérapie

Les techniques

LE PRINCIPE

Il s’agit d’un traitement local. La radiothérapie est l'utilisation de rayons à haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses et les empêcher de se multiplier. Les rayons de haute énergie sont délivrés sur une zone précise du corps, siège de la maladie, en préservant le plus possible les tissus normaux voisins. Les appareils utilisés sont appelés « accélérateur » ou « cobalt » selon le type de rayonnement émis.
Il existe trois types de radiothérapies : la radiothérapie externe (radiothérapie transcutanée) « RTE », la curiethérapie ou brachythérapie et la radiothérapie métabolique. Ces deux dernières modalités ne sont pas utilisées dans le traitement des lymphomes.


LA RADIOTHERAPIE EXTERNE

Radiothérapie conventionnelle fait appel à l’effet photoélectrique et le spectre des rayons X. La moyenne de l’énergie délivrée est de 70 kev. La cobalthérapie utilise comme source radioactive le cobalt 60. Il émet des rayons gamma de 1,25 mev. Le rendement en profondeur est de 60% à10 cm et de 100% à 0,5 cm sous la peau.
Il existe plusieurs types d’accélérateurs linéaires. Certains délivrent 25 ou 43 mev en utilisant rayons X «durs », d’autres emploient des électrons et ont une puissance de 6 à 32 mev. Le rendement en profondeur est de 80% à 10 cm pour les photons de 25 mev.
Les photons X de haute énergie des accélérateurs linéaires ont remplacé les photons du cobalt 60 et présentent plusieurs avantages
 

  • Une amélioration du rendement en profondeur,
  • Un rayonnement diffusé latéral réduit permettant une protection des tissus sains,
  • Un sous dosage des plans superficiels par rapport aux plans profonds,
  • Une répartition de dose relativement homogène.

Peu d’indications dans le traitement des lymphomes…

LE CONTEXTE

La radiothérapie a maintenant une place très réduite pour ce qui concerne la plupart des lymphomes. Elle est réalisée en utilisant les techniques les plus modernes disponibles dans des centres spécialisés.

SES RARES APPLICATIONS

Comme la radiothérapie est un traitement « locorégional », c’est-à-dire traitant la maladie dans une zone précise, elle doit être la plus limitée possible.
Pour les lymphomes folliculaires, aux stades I et parfois II de la classification d’ Ann-Arbor et en l’absence de facteurs de mauvais pronostic associés, comme une baisse de l’état général, une élévation du taux sanguin des LDH, on utilise la technique de « l’involved field », c'est-à-dire l’irradiation de l’aire ganglionnaire atteinte uniquement.
Elle est aussi quelquefois utilisée sur des masses tumorales résiduelles ou sur des localisations particulières, telles que les localisations osseuses et de l'estomac, en cas de lymphome du MALT isolé. 

Mise à jour

12 septembre 2012