help

L'avenir

Un nouveau marqueur

L'OSTÉOPONTINE

Une étude clinique a montré que la présence de taux sériques élevés d'ostéopontine, une glycoprotéine impliquée dans les interactions cellule-matrice, constitue un outil de dépistage efficace pour le mésothéliome pleural. Dans un essai publié récemment, la sensibilité de la méthode a été confirmée. Des taux élevés d'ostéopontine sont retrouvés en cas de mésothéliome, quelque soit son type histologique et y compris pour les formes à un stade précoce.
La mesure des taux sériques d'ostéopontine chez les sujets avec un antécédent d'exposition à l'amiante pourrait devenir un outil sensible et spécifique pour la détection précoce de la maladie.

LA FIBULINE 3

La fibuline-3 est une glycoprotéine extracellulaire de la classe des fibulines. Ce sont des protéines qui assurent le lien entre la composante fibrillaire et la composante amorphe des fibres élastiques. 
Des chercheurs ont mis en évidence l'intérêt du dosage de la protéine fibuline-3 présente à la fois dans l'épanchement pleural (pleurésie) et dans le sang. Le taux de fibuline-3 permettrait de distinguer les personnes atteintes d'un mésothéliome pleural, de celles présentant d'autres types d'épanchement pleural et des personnes saines ayant été exposées à l'amiante.
Les taux pourraient s’élever dès le stade précoce du mésothéliome, et pourraient constituer un marqueur tumoral intéressant..

Taux d'ostéopontine dans le sang

 

Situation Taux d'ostéopontine dans le sang (ng/ml)
Pas d'exposition à l'amiante 20
Exposition à l'amiante sans cancer 30
Mésothéliome 133

Les thérapies ciblées

LES INHIBITEURS DE L'ANGIOGENÈSE

Le contexte
Le mésothéliome une tumeur très angiogénique. Le taux de VEGF circulant habituellement très élevé dans cette tumeur et celui-ci serait un facteur pronostique défavorable.
De nombreuses molécules inhibitrices des récepteurs du VEGF comme le bévacizumab, le sorafenib, le vandetanib, le sunitinib et le cediranib, en association avec le pemetrexed font l'objet d'une recherche clinique importante.

Avastin™ (bévacizumab), un nouvel espoir...
Les résultats de l'étude IFCT-GFPC-0701 MAPS de Phase-III, comparant l'association pémétrexed + cisplatine à l'association pémétrexed + cisplatine + bévacizumab a montré la supériorité de cette dernière stratégie en termes de survie mais au prix d'effets secondaires classiquement rencontrés avec l'Avastin™.

Ofev™ (nitédanib)
C'est un inhibiteur de tyrosine kinase ciblant le VEFGR, de PDGFR, les FGFR, Src et Abl actif par voie orale.
Ce médicament dispose d'une Autorisation Temporaire d'Utilisation (ATU) de cohorte pour le traitement de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI).
Les résultats des étude de Phase 2 semblent intéressants en association avec la chimiothérapie conventionnelle.

LES INHIBITEURS DE L'EGFR

L'activité des inhibiteurs de tyrosine kinase de l'EGFR comme celle de l'imatinib semble quasiment nulle en monothérapie.

APPROCHES MULTIMODALES

C'est une approche thérapeutique qui associerait la chirurgie, la chimiothérapie adjuvante et la photothérapie dynamique intrapleurale.

L'immunothérapie

UNE IMMUNOTHÉRAPIE PAR BLOCAGE DE LA MOLÉCULE CTLA-4

Ipilimumab (Yervoy™)

C'est une immunothérapie ciblée reposant sur le blocage de la molécule CTLA-4 (cytotoxic T-lymphocyte antigen 4) , exprimée à la surface des lymphocytes et dont le rôle physiologique est de limiter l’activation du système immunitaire.
Le CTLA-4 (cytotoxic T-lymphocyte antigen 4 ) est  une glycoprotéine homologue du CD28 exprimée à la surface des lymphocytes T CD8+ activés. Elle permet d'inhiber la production d'IL2 et d'arrêter la progression du cycle cellulaire. 
Bloquer l’attachement du CTLA-4 au récepteur B7 se révèle une stratégie active qui devrait permettre de maintenir maintenir l'action antitumorale des cellules T qui pourraient, en retour, s'attaquer aux cellules tumorales.
Il est homologué pour le traitement des mélanomes avancés.
Une étude publiée récemment tend à  démontrer l'intérêt de cette approche thérapeutique pour le traitement des mésothéliomes avancés.

LES INHIBITEURS DE PD1 ou de PD-L1

Opdivo™ (nivolumab)

C'est un anticorps monoclonal dirigé contre le récepteur PD1, PDL1. Cette immunothérapie serait efficace pour le traitement des rechutes de la maladie (étude CONFIRM). 
Une étude rétrospective française a porté sur 109 patients ayant reçu au moins une injection de nivolumab en deuxième ligne ou plus pour un mésothéliome avancé à montré un taux de réponse objective et de 16 % (17/109) et le taux de contrôle de la maladie de 47 %. Après un suivi médian de 21 mois la survie sans progression était de 4 mois et la survie globale de 13 mois.

Keytruda™ (pembrolizumab)

C'est un anticorps monoclonal dirigé contre le récepteur PD1 qui est déjà homologué pour le traitement des mélanomes avancés. Utilisé chez les patients atteints d’un mésothéliome pleural préalablement traité, indépendamment de l’expression du ligand 1 de mort programmée (Programmed Death-Ligand 1, PD-L1), cette immunothérapie a permis l'obtention de réponses thérapeutiques durables.
Dans une étude publiée dans The Lancet, l'association pembrolizumab et chimiothérapie (sel de platine + permetrexed) s'est révélée supérieure à la chimiothérapie seule en termes de progression sans maladie et de survie.

UN VACCIN

Un vaccin utilisant une bactérie modifiée et rendue inoffensive, la listeria a été génétiquement modifié pour exprimé la mésothéline. Les bactéries infectent alors les cellules dendritiques qui, a leur tour, induisent une réaction contre la tumeur.
Les premiers résultats, sur une petite série de patients sont spectaculaires mais devront être confirmés.

La recherche clinique

Toutes les informations sur les essais thérapeutiques en cours et recrutant des patients en France peuvent être obtenues sur les sites Internet suivants :

  • Le site Internet de l’Institut National contre le Cancer INCa
  • Le site Internet américain du registre américain PDQ™ du  National Cancer Institute (NCI) qui collige tous les essais thérapeutiques en cours dans le monde : www.clinicaltrials.gov (l'etude BEAT-meso recrute des patients en France).

Mise à jour

15 décembre 2023