Localisations Hémopathies malignes (cancers du sang) Lymphomes hodgkiniens (maladie de Hodgkin)

[imprimer la page]

Les signes & les symptômes

  • Les ganglions médiastinaux

Souvent…

DES GANGLIONS (ADÉNOPATHIES) SUPERFICIELS

Dans la plupart des cas, un ou plusieurs ganglions lymphatiques sont retrouvés au moment du diagnostic. Ils peuvent siéger au cou, dans le creux sus-claviculaire mais aussi dans tout autre territoire.
Leur apparition est rapide et ils sont d'emblée gros, c'est-à-dire de plus de 2 cm de diamètre.
Lorsque l'on palpe le ganglion, il n'est pas douloureux mais il est dur et élastique. S'il y a plusieurs ganglions, ils ne sont pas tous de la même taille.

DES ADÉNOPATHIES PROFONDES

Les ganglions médiastinaux

Le médiastin est la partie du thorax située entre les deux poumons contenant le cœur, et où passe l'œsophage, la trachée, les deux bronches souches et, dans certaines pathologies, des ganglions.
Les adénopathies médiastinales sont retrouvées dans environ 10 % des cas. C'est souvent à l'occasion d'une radiographie systématique de médecine du travail, de médecine scolaire ou sportive, que l'attention est attirée par un élargissement médiastinal.
Les adénopathies siègent habituellement des deux côtés de la trachée (latéro-trachéales) et réalisent un aspect dit en cheminée.
Plus rarement, les adénopathies lorsqu’elles sont volumineuses peuvent se traduire par des signes de compression, comme des quintes de toux, un essoufflement (dyspnée) ou des  douleurs de la poitrine (thoraciques).

Les autres localisations

Le diagnostic des formes à début rétro-péritonéal, peut être tardif. C'est parfois devant la découverte d'une adénopathie sus-claviculaire gauche que l'imagerie médicale trouve les lésions initiales lombo-aortiques

DES SIGNES GÉNÉRAUX

Ils sont variables et moins d’un tiers des patients sont symptomatiques. Dans ce cas, on peut observer les signes suivants que les médecins appellent parfois symptômes "B" en référence aux lymphocytes B

  • Une fièvre isolée, prolongée non expliquée par une cause infectieuse
  • De la fatigue non expliquée
  • Des sueurs abondantes, surtout si elles sont nocturnes
  • Un amaigrissement récent important significatif (> 5 kg)
  • Des démangeaisons (prurit) sans lésion de la peau et sans jaunisse
  • Des douleurs à l’ingestion d’alcool dans les ganglions
  • Des anomalies biologiques


UNE PRISE DE SANG ANORMALE

Une prise de sang, réalisée à l'occasion des signes généraux ou lors de la découverte d'un ou plusieurs ganglions, peut montrer les anomalies suivantes :

  • Une augmentation marquée de la vitesse de sédimentation (VS) et de la CPR, traduisant un syndrome inflammatoire
  • Une augmentation du nombre de globules blancs (hyperleucocytose) portant sur les polynucléaires (polynucléose) surtout si elle touche les polynucléaires neutrophiles et éosinophiles.


Les autres circonstances de diagnostic

Les complications neurologiques sont rarement révélatrices.
La maladie peut être découverte par la biopsie d’une adénopathie chez un malade porteur du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ou au décours d’un SIDA.


Ne pas négliger...

  • L'apparition d'un ganglion (adénopathie) isolé, non expliqué par une infection
  • Une fièvre isolée, prolongée, non expliquée par une cause infectieuse
  • Des sueurs abondantes
  • Un amaigrissement important
  • Des démangeaisons (prurit) sans lésion de la peau


Mise à jour

11 décembre 2016



Glossaire - Plan du site - Mentions légales
Ce site respecte les principes de
la charte HONcode
. Vérifiez ici.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
arcagy