Epidémiologie du cancer du sein

EN BREF...

Le cancer du sein est une maladie connue depuis l'antiquité dans le bassin méditerranéen et ses premières descriptions remontent à l’Égypte ancienne, 2500 ans avant JC.

Le cancer du sein... C'est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules normales constituant la glande mammaire. A la suite des travaux récents de génétique, il s’agirait, en fait, d’au moins quatre maladies différentes avec des caractéristiques propres.
La maladie peut se voir à tout âge, mais se développe plus souvent autour de la soixantaine, l'âge moyen de découverte est 62 ans. La moitié des cancers du sein sont diagnostiqués entre 50 et 69 ans, 20 % avant 50 ans et 10 % avant 40 ans.


Ce sont des maladies qui demeurent graves mais que l’on peut, maintenant, dépister, traiter et de plus en plus souvent guérir, ce d’autant qu’elles sont diagnostiquées précocement...

Le
cancer du sein chez l'homme, extrêmement rare, sera évoqué dans un chapitre spécifique des cancers masculins .

DANS LE MONDE...

GLOBALEMENT

Dans de nombreux pays, c’est le cancer le plus fréquent chez la femme...

Chaque année, dans le monde, en 2012, 1.7 million de cas ont été  diagnostiqués, soit environ un tiers des nouveaux cas de cancers féminins dans les pays industrialisés et 14 % dans les pays en voie de développement.
 
Les taux d'incidence annuels , standardisés, les plus élevés

Ils sont observés aux États-Unis et au Canada avec 110 cas pour 100 000 habitants ; à l’inverse, au Japon, ils atteignent à peine 16 pour 100 000 femmes. Ces taux bas, sont en rapport avec une fréquence moindre des cancers se déclarant après la ménopause. Il faut savoir que les Japonaises ayant migré aux USA, voient leur taux d’incidence augmenter, indiquant le rôle probable du mode de vie occidentale. Ce taux croît aussi récemment dans les pays asiatiques qui adoptent ce mode de vie.

Le pronostic


En 2015, la maladie était responsable de 522 000 décès. Cependant, le taux de mortalité, ajusté pour l'âge, a baissé de 7 % entre 2005 et 2015.

EN EUROPE


En 2006, l'incidence dans l'Union Européenne était de 109.8 cas pour 100 000 et le taux de mortalité de 38.4 pour 100 000 femmes par an.

EN FRANCE...

LES CHIFFRES EN 2017...


L'estimation pour 201è fait état d'environ 60 000 nouveaux cas. Ceci veut dire qu’environ une femme sur onze développera un cancer du sein dans sa vie.

Selon l'estimation du Centre International de Recherche sur le Cancer ( IARC ), pour 201, l'incidence annuelle, ajustée pour l’âge, pour 100 000 femmes est 94.7.


LES TENDANCES...


L'incidence des cancers invasifs du sein


Elle a cru globalement de 1 à 3 % par an depuis 30 ans. Cependant la courbe, depuis le début des années 2000 s'est infléchie .

L'incidence annuelle standardisée du cancer du sein chez la femme de moins de 35 ans semble augmenter. Le registre Francim a montré une augmentation de 0,65 % par an dans le groupe d'âge de 15 à 39 ans entre 1983-87 et 1998-2002. 


Des explications possibles...


Cette augmentation de l'incidence peut s'expliquer par :


  • Le dépistage, qui permet de détecter précocement des cancers, de les traiter et de sauver des femmes d’un décès par cancer, mais aussi de détecter des petits cancers, qui s’ils n’avaient pas été détectés, n’auraient causé aucun souci à ces femmes
  • Une hausse du risque en raison de l’augmentation de l’exposition à certains facteurs de risques, comme le surpoids et l’obésité ou des facteurs reproductifs (un âge plus tardif à la première grossesse par exemple)

 

LE PRONOSTIC

 

Un diagnostic plus précoce...

 

Actuellement 60 % des cancers du sein sont diagnostiqués au stade localisé, 29 % à un stade avec extension régionale et 12 % à un stade avancé. Seulement 0,5 % d’entre elles étaient diagnostiquées au
stade local étendu.

 

La survie à 5 ans, tous stades confondus est maintenant de 88 %...

 

Néanmoins, cela reste la première cause de mortalité par cancer chez la femme (18,3 % des décès féminins par cancer) avec une estimation de 11 900 décès en 2017. Elle est restée stable jusque vers 1995 et ceci malgré une forte augmentation de l’incidence durant cette période.

En revanche, et cela est très encourageant, elle a diminué significativement jusqu’en 2015. On constate en effet une diminution moyenne de la mortalité de 0,6 % par an entre 1980 et 2012 qui s'est accélérée à 1,5 % par an entre 2005 et 2015.

Pour résumer

En cours de rédaction...

Mise à jour

27 avril 2018