Localisations Autres cancers Métastases osseuses

[imprimer la page]

Symptômes & Diagnostic

Les signes cliniques

LES MÉTASTASES OSSEUSES PEUVENT ÊTRE ASYMPTOMATIQUES

Bon nombre de métastases osseuses sont indolores et découvertes de façon fortuite sur le bilan d'extension ce qui explique que les médecins les recherche systématiquement et plus particulièrement dans certaines situations comme par exemple :

  • Avant de prendre la décision d'une thérapie lourde car leur présence peut remettre en question la pertinence de ce type de traitement
  • Lorsqu’un marqueur tumoral est très élevé, comme, par exemple :
    • Le PSA, en cas de cancer de la prostate
    • Le CA 15-3, dans le cancer du sein


Il faut savoir que cette situation est variable selon la localisation de la tumeur primitive, rare, en cas de cancer prostatique, chez une malade sur deux, en cas de cancer du sein.
De ce fait, la recherche de localisations osseuses est dans la plupart des cas, en l’absence de symptômes, non justifiée.

DES DOULEURS

C’est la manifestation la plus fréquente. Son mécanisme est complexe car il mêle des phénomènes  inflammatoires, des microfractures et, parfois, des atteintes nerveuses.
Elles sont fugaces au début puis deviennent continues, intenses et perturbant le sommeil.
Dans ce cas, un traitement majeur pour calmer la douleur sera mis en place par l'quipe soignante.

LES FRACTURES PATHOLOGIQUES

Elles représentent une complication, parfois révélatrice dans 5 à 15 % des cas. Elles affectent, le plus souvent, le rachis, le bassin, les fémurs, les humérus.
Elles posent des problèmes orthopédiques qui seront pris en charge, selon le cas, en chirurgie orthopédique ou en radiothérapie.

LES COMPRESSIONS NEUROLOGIQUES

Elles se traduisent par des douleurs mais très différentes des douleurs osseuses et des déficits neurologiques. Ce sont des urgences cancérologiques qui se rencontrent dans 10 à 25 % des cas.
Les compressions de la moelle épinière (médullaires) ou de la queue de cheval (nerfs faisant suite à la moelle épinière et situés dans le canal rachidien) doivent être levées dans les 48 heures. Le traitement associe des corticoïdes, parfois une radiothérapie ou un geste chirurgical en urgence.

L’HYPERCALCÉMIE

C’est aussi une urgence. Il implique une réhydratation massive, une corticothérapie et l’utilisation de bisphosphonates par voie intraveineuse.


Le bilan diagnostique

QUAND ?

Ce bilan n’est pas systématique pour tous les cancers mais sera réalisé s’il s’agit d’un cancer réputé ostéophile. Dans les autre cas, il sera entrepris en cas de signe d’appel, cliniques.

COMMENT ?

La scintigraphie osseuse

Elle utilise les bisphosphonates technétiés. Elle est très sensible (faux négatif 8%), permettant un diagnostic très précoce (avant la traduction radiologique) car elle peut détecter une lésion de 2 mm mais est peu spécifique (faux positifs 40 à 50 %).
L'image obtenue est la traduction d'un foyer d’hyperfixation correspondant à une activité ostéoblastique augmentée, au site de la métastase

L’IRM

Cette technique à un intérêt particulier et représente l'examen de référence pour l’étude du rachis.
Elle permet une excellente visualisation des lésions osseuses. Elle montre des images sombres en T1, du fait de la présence d’eau dans les cellules tumorales.
Elle sera demandée devant toute atteinte vertébrale car elle permet d’estimer la solidité du mur postérieur et de l’arc postérieur de la vertèbre et de rechercher une éventuelle atteinte épidurale. De plus, c'est l'examen de référence devant toute suspicion de compression médullaire.

Les autres méthodes

Les radiographies et la tomodensitométrie peuvent être très utiles dans certaines localisations et pour évaluer le risque de fracture, surtout au niveau des os longs.


les événements osseux liés Skeletal Related Events aux métastases

Des douleurs osseuses imposant le recours à une radiothérapie palliative à visée antalgique
La survenue d'une fracture pathologique
Le recours à une chirurgie orthopédique préventive
La survenue d'une compression médullaire
La survenue d'une hypercalcémie maligne


Mise à jour

25 août 2017



Glossaire - Plan du site - Mentions légales
Ce site respecte les principes de
la charte HONcode
. Vérifiez ici.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
arcagy