En savoir plus... Recherche clinique Les techniques utilisées

[imprimer la page]

Les techniques utilisées

Un essai non comparatif

Un essai est dit non comparatif, ou non contrôlé, lorsque l'évaluation de l'effet d'un nouveau traitement sur certains paramètres, cliniques, biologiques ou d'imagerie médicale, des malades traités n'est pas comparée à celle d'un groupe témoin recevant un placebo ou un traitement de référence.


Un essai comparatif

LE PRINCIPE

Les résultats obtenus dans le groupe recevant la nouvelle thérapeutique, sont comparés à ceux obtenus dans le groupe recevant le traitement de référence.
Les modalités d’analyse sont variables en fonction des plans d’analyse statistique.

LES COMPARATEURS

Essai contre placébo ?

Le placebo est un médicament ne contenant pas de principe actif mais qui est identique par son aspect à celui du médicament actif. Pour des raisons éthique évidentes, une étude contre placebo n'est acceptable que s'il s'agit d'une maladie bénigne dont on veut réduire la durée ou les symptômes. Ce n'est pas le cas en oncologie.

Essai contre un traitement de référence

En cancérologie, la comparaison se fait vis-à-vis du traitement standard de la maladie dont l'efficacité a été scientifiquement provée dans l'indication évaluée.

LES MODALITÉS

Un essai en ouvert

On parle d’essai en ouvert lorsque la nature du traitement administré est connue à la fois par du malade et du médecin.

Un essai randomisé

C'est un essai dans lequel il y une répartition aléatoire des patients entre le groupe  expérimental qui teste l'intervention étudiée et le groupe de comparaison qui reçoit le traitement standard (en oncologie).
Cette méthodologie permet d'étudier les effets relatifs des interventions thérapeutique et permettre une interprétation causale.

Essai en aveugle

L'objectif de ce type de méthodologie est de maintenir la comparabilité entre l’administration des traitements et l’évaluation du critère de jugement.
Un essai est en simple aveugle lorsque seul le malade traité ignore quel type de traitement il reçoit, médicament étudié, placebo ou médicament de référence.
Un essai est en double aveugle ou en double insu lorsque ni le malade ni le médecin ne connaissent la nature du ou des traitements administrés.
Les produits étudiés ont alors un nom de code dont la correspondance ne sera dévoilée qu'à la fin de l'essai.

Essai parallèle ou séquentiel
 
L'essai est en groupes parallèle lorsque deux groupes différents de malades participent simultanément à l'essai.
L'essai est dit séquentiel ou en cross-over lorsque le même groupe de malade reçoit d'abord un traitement « A » et ensuite un traitement « B », l'ordre pouvant être « A puis B » ou « B puis A ».

Essai monocentrique ou multicentrique
 
Lorsqu'un seul centre effectue l'essai, celui-ci est dit monocentrique.

Souvent, un seul centre n'est pas en mesure de trouver un nombre suffisant de malades susceptibles d'entrer dans l'étude, on fait alors appel à plusieurs centres qui adoptent le même protocole et l'essai est, alors, dit multicentrique.

L'essai peut, en outre, être régional, national ou international.

LE TYPE D’ÉTUDE

Un essai d’efficacité

Pour ce type d'étude, la question à laquelle doit répondre l’essai est : "l’effet de l’intervention évaluée est-il différent de celui de l’intervention de référence ?"
Les résultats obtenus permettent de conclure soit à une différence ou à une absence de différence, mais pas à une égalité.

Un essai d’équivalence

Dans ce cas, la question posée est : "l’effet de l’intervention évaluée est-il équivalent de celui de l’intervention de référence ?"
Les résultats permettent de conclure à une équivalence, ou pas.

LES CRITÈRES DE JUGEMENT


Le critère de jugement principal

Il est défini en fonction de l’objectif principal de l'essai car l'étude est bâtie autour de lui. Il permet de déterminer le nombre de sujets nécessaires et l'analyse sera faite autour de lui.
En cancérologie, il peut s'agir du taux de réponse, du temps sans progression de la maladie ou de la survie globale.

Le ou les critères de jugements secondaires

Ils permettent d'apprécier les autres effets du traitement, comme par exemple son impact sur la qualité de vie.
Les résultats obtenus permettent d’exprimer les conclusions sous forme d’hypothèses.

NOTION DE PUISSANCE DE L'ESSAI


La puissance d’un essai est représentée par son aptitude à mettre en évidence l’effet thérapeutique recherché. Il est fonction d'un certain nombre de paramètres :

  • Pharmacologiques : posologie qui ne doit être ni trop faible, ni trop élevée
  • Statistiques :
    • Nombre de patients à inclure
    • Nombre d’évènements attendus dans le groupe contrôle et le groupe traité
    • Précision de l’évaluation du critère principal de jugement

  • Méthodologiques :
    • Le plan d’expérimental choisi : période d’observation (non observants, non répondeurs)
    • Organisation de l’essai et des "perdus de vue"



Les effets secondaires

Bien que tous ces détails soient mentionnés et détaillés dans le formulaire de « consentement éclairé » de l'essai thérapeutique, il est conseillé d'en discuter précisément avec une personne responsable de l'essai thérapeutique.
Préalablement, vous devez en être complètement averti sur les modalités du protocole expérimental par rapport :

  • A d’éventuels effets secondaires du traitement et aux modalités prévues par le protocole expérimental pour vous soulager
  • A la façon dont le traitement pourrait affecter votre vie de tous les jours


Mise à jour

10 octobre 2013



Glossaire - Plan du site - Mentions légales
Ce site respecte les principes de
la charte HONcode
. Vérifiez ici.
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON
arcagy